Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Sociologie de la pratique des affaires

Michel Villette
p. 637-639

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Michel Villette, professeur à l’ENSIA

1Beaucoup de travaux de sciences sociales consacrés à l’étude des élites économiques sont centrés sur le style de vie des grands patrons, leur sociabilité, la façon dont ils mettent en scène leur personnage public et légitiment leur position sociale, établissent des lignées dynastiques, pratiquent le mécénat et la philanthropie, etc. À rebours de cette tendance, nous nous sommes intéressés au détail des opérations les plus lucratives.

2Nous avons étudié la manière dont de grands hommes d’affaires du XXe siècle, en Europe et en Amérique, s’y sont pris pour accumuler des capitaux et passer, en moins de vingt ans, d’entreprises où l’on compte en millions à des entreprises où l’on compte en milliards. Pour chaque homme de notre échantillon, nous avons dessiné la courbe de croissance du chiffre d’affaires des entreprises sous son contrôle et calculé les taux de croissances annuels. Certaines années, ces taux atteignent 300 % ou plus, d’où la question : Quelles sont les opérations qui permettent de telles accélérations de croissance ?

3Pour le savoir, nous avons lu d’un œil critique les biographies, avec une nette préférence pour les biographies autorisées, exemptes d’interprétations malveillantes.

4Les résultats obtenus sont en rupture manifeste avec la vision contemporaine de l’entrepreneur et les explications dominantes de la réussite en affaires.

5Premièrement, à l’issue de ce travail, il paraît difficile de vouloir expliquer la réussite en affaires par l’Innovation : l’Innovation coûte cher, comporte de nombreux aléas et ne rapporte de l’argent qu’à long terme. Seuls en profitent ceux qui ont les moyens de la financer et d’en garder le contrôle.

6Deuxièmement, la relation postulée par la théorie économique entre gains et risques ne semble pas très pertinente pour décrire les grandes réussites en affaires, qui s’expliquent par la mise en place d’habiles dispositifs de réduction des risques plutôt que par une prise de risque excessive.

7L’homme d’affaires se définit par son aptitude à créer toujours et partout les dissymétries les plus fortes possibles en sa faveur et à entretenir le flou autour de cette dissymétrie, en jouant sur le caractère subjectif et changeant de la valeur des biens et sur les ambiguïtés de la morale sociale et du droit. Plus le fonctionnement des marchés est imparfait, plus la tolérance des institutions est grande à l’égard de ceux qui tirent parti de ces imperfections, et plus il y a de chance pour que quelques individus vigilants, bien placés et bien informés puissent accumuler en peu de temps une masse énorme de capitaux. On peut donc dire que si l’innovation est bien le moteur de la dynamique capitaliste, des formes continuellement renouvelées de prédation en sont la condition de possibilité.

8À l’avenir, il nous semble possible et souhaitable de pousser les recherches plus loin dans ce sens, pour donner à la chrématistique (l’art d’acquérir des richesses, selon la terminologie d’Aristote) toute son importance en tant que fait social, au lieu d’en abandonner l’analyse aux seuls économistes. Selon un programme déjà énoncé à de multiples reprises, il s’agit de dépasser un état de la division du travail intellectuel où les sociologues étudient le côté mondain des affaires, les psychologues les ressorts cachés du leadership et les économistes les échanges économiques « à l’état pur ».

9Il s’agit aussi d’aller au-delà de la monographie. Historiens et sociologues s’efforcent de décrire les particularités culturelles, sociales, politiques, géographiques, techniques des milieux d’affaires qu’ils étudient. Cependant, par-delà les lieux et les périodes, il convient nous semble-t-il de saisir ce que les hommes d’affaires peuvent avoir en commun, qu’ils travaillent au XVIe ou au XXIe siècle, qu’ils soient Chinois, Brésiliens, Texans ou Marseillais, qu’ils travaillent dans le textile ou dans la banque. On devrait découvrir alors que, si pour faire des affaires il faut savoir parfaitement exploiter les spécificités locales, les manières d’exploiter ces spécificités sont partout étonnamment semblables. La grammaire des affaires est simple et partout à peu près la même, mais les ingrédients mobilisés pour composer la phrase bien formée d’une « bonne affaire » sont infiniment variés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Villette, « Sociologie de la pratique des affaires », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 637-639.

Référence électronique

Michel Villette, « Sociologie de la pratique des affaires », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17849

Haut de page

Auteur

Michel Villette

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals