Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Philosophie et épistémologie

Les constructions de l’animalité

Florence Burgat
p. 650-651

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Florence Burgat

1La première séance du séminaire a été consacrée à une interrogation sur les domaines privilégiés de la construction du concept d’animalité auxquels nous allions nous attacher tout au long de l’année : la philosophie de la vie, d’une part ; l’approche phénoménologique du comportement animal, d’autre part.

2Les deux grands paradigmes biologiques – le paradigme aristotélicien et le paradigme cartésien – ont fait l’objet de notre premier examen. L’importance de l’héritage cartésien, c’est-à-dire la pérennité du modèle mécaniste dans la biologie contemporaine, a été soulignée. Les problèmes posés par les relations de l’âme et du corps (qui conservent toute leur actualité sous le nom de « relations de l’esprit et du corps ») ont constitué l’un des points sur lequel nous avons insisté, dans la mesure où les questions qui seront posées plus tard par le concept de « comportement » y trouvent leur origine et leur prolongement.

3Cet aperçu nous a conduits à prendre la mesure de l’importance qu’il convient d’accorder au vivant végétal au sein d’une philosophie de la vie qui tente de cerner le propre de la vie animale, à laquelle sont notamment réservées l’auto-motricité et la perception, et donc un libre déplacement dans le monde.

4Nous avons poursuivi notre investigation des conceptions de la vie en explorant les orientations qui affectèrent la physiologie au XVIIIe siècle : le mécanisme, l’animisme et le vitalisme. Les auteurs qu’il nous a ainsi été donné d’étudier sur les points évoqués sont, outre Aristote et Descartes, Leibniz et Gassendi, Xavier Bichat, Lamarck, Claude Bernard.

5La notion bergsonienne d’« élan vital » a occupé en partie deux séances : en effet, la discussion que Bergson engage, tant contre le mécanisme que contre le finalisme, et la distinction qu’il met en place au sein des règnes vivants marquent une étape importante de la philosophie de la vie.

6C’est alors vers les approches phénoménologiques que nous nous sommes tournés. Le cours que M. Heidegger a dévolu à l’animalité durant l’année 1929-1930 a été lu de très près : nous y avons consacré deux séances. Il s’est agi de montrer que, malgré une appréhension nouvelle de la question de l’animalité, Heidegger en reste à une pensée de « la vie en général », dont les principaux traits ne diffèrent guère de ceux mis en place par le modèle mécaniste.

7Aussi sommes-nous entrés dans le domaine de l’éthologie dite phénoménologique, où s’est déployée une réflexion philosophique appliquée au comportement animal, prenant pour méthode celle que la phénoménologie a mise en place (soit, pour le dire schématiquement, une attention particulière à ce qui se manifeste – raison pour laquelle le comportement occupe une place aussi centrale : il est ce par quoi la vie se manifeste, se donne à voir). Le concept de « monde animal » (ainsi que toutes les notions qu’il charrie) élaboré par J. von Uexküll a occupé deux séances.

8Puis c’est aux travaux, d’une part, de M. Merleau-Ponty sur le concept de comportement, d’autre part, à ceux de F. J. J. Buytendijk sur les fondements de la psychologie comparée ainsi que sur le propre animal que nous nous sommes intéressés. Enfin, j’ai voulu rendre hommage à Jacques Derrida, en consacrant la dernière séance à la présentation des analyses qu’il consacra, dans la dernière partie de son oeuvre, à la question de l’animal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Burgat, « Les constructions de l’animalité », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 650-651.

Référence électronique

Florence Burgat, « Les constructions de l’animalité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17865

Haut de page

Auteur

Florence Burgat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals