Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Signes, formes, représentations

La naissance d’un auditeur nouveau au XXe siècle : enjeux et ressources de l’histoire du disque pour la sociologie et l’histoire de la musique

Sophie Maisonneuve
p. 653-654

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sophie Maisonneuve

1À partir d’une étude détaillée du processus d’invention du disque comme médium musical de 1877, année de l’invention du phonographe, à la fin des années 1940, qui marquent la massification du marché de la musique enregistrée, la conférence a visé à interroger les enjeux et méthodes possibles d’une histoire de la musique considérée sous l’angle des modalités concrètes de sa production, de sa circulation et de son appropriation. De fait, l’adoption du disque comme médium musical au début du XXe siècle résulte de l’invention progressive et conjointe d’un médium à partir d’un objet technique aux applications initialement envisagées pour d’autres usages, d’un objet esthétique (la musique enregistrée) et d’une disposition culturelle – en particulier d’une écoute nouvelle.

2À partir de l’étude de cas précis, trois axes thématiques ont permis de mettre à l’épreuve et de confronter les théories et outils méthodologiques habituellement développés par l’histoire de la musique et ceux proposés par la sociologie de la culture, mais aussi par la sociologie des sciences et des techniques, par l’anthropologie du corps ou encore par l’histoire de l’art. Dans un effort de dépassement de l’opposition habituelle entre analyse « interne » et explication « externe » au fondement de la construction des rapports entre ces disciplines, on a ainsi tenté de reconsidérer certains schèmes d’analyse tant de la musicologie que de certains pans de la sociologie.

3Le premier axe, « comment penser les dynamiques culturelles », a ainsi conduit à analyser les processus d’innovation culturelle, à souligner l’importance des usages et dispositifs matériels dans une histoire culturelle de la musique renouvelée, à forger des outils pour penser la formation de mondes amateurs, à éprouver à propos de la musique la pertinence de la notion de « patrimonialisation » habituellement convoquée pour les arts plastiques et monumentaux, et à contribuer à une réflexion sur les processus d’« artification ».

4Le deuxième axe, « qu’est-ce que la musique classique », a visé à interroger le présupposé implicite dominant en musicologie d’un héritage universel et intemporel de la musique (incarné dans sa représentation comme monument de « chefs-d’œuvre » « déjà là » livrés dans leur essence et dont, au mieux, la « réception » est historicisée) : tant l’approche historiographique des processus de « redécouverte » que celle, comparative, des pratiques patrimoniales et commémoratives, ont conduit à réfléchir sur la construction de la discipline elle-même.

5Enfin, le troisième axe, « écouter la musique », a permis d’étudier la littérature de cette thématique émergente des études culturelles sur la musique et d’y apporter, à partir du recours critique aux outils de la sociologie des techniques et de l’anthropologie du corps, des ouvertures sur les questions nodales de la « fidélité » et de l’« authenticité ».

6Le séminaire espère ainsi avoir ouvert des perspectives d’échange entre chercheurs de formations diverses et incité à sortir l’objet musical de son statut marginal au sein des sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Maisonneuve, « La naissance d’un auditeur nouveau au XXe siècle : enjeux et ressources de l’histoire du disque pour la sociologie et l’histoire de la musique », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 653-654.

Référence électronique

Sophie Maisonneuve, « La naissance d’un auditeur nouveau au XXe siècle : enjeux et ressources de l’histoire du disque pour la sociologie et l’histoire de la musique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17869

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals