Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’analyse et d’intervention sociologiques

Karine Renon et Christine Castelain Meunier
p. 670-672

Texte intégral

Karine Renon, ingénieur d’études au CNRS

Soutien méthodologique et théorique pour les projets de recherche des étudiants

1Le séminaire a d’une part permis aux étudiants inscrits en DEA, thèse ou diplôme d’exposer leurs travaux de recherche, même à l’état de projet, et d’en débattre autant en vue d’un approfondissement sur le plan méthodologique et théorique qu’en traitant des difficultés concrètes rencontrées sur le terrain.

2Il a d’autre part été consacré à la présentation par Karine Renon et à la discussion de certaines approches théoriques et démarches de méthodes. On a ainsi suivi le déroulement d’une recherche dans ses différentes dimensions (conceptualisation, stratégies d’investigation qualitatives, analyse des données) en tant que procédure d’objectivation et insisté sur l’importance et les difficultés du travail de conceptualisation. On a également abordé la production de nouveaux critères de validation et de stratégies d’investigation dans les recherches qualitatives. Lors des séances qui ont examiné des approches théoriques d’auteurs récents, avec en particulier une ouverture sur la sociologie allemande contemporaine, l’accent a été mis sur les paradigmes sociologiques interprétatifs qui proposent d’étudier l’acteur sous l’angle de sa constitution à la fois subjective et objective, d’investiguer les formes de subjectivité dans l’expérience sociale, et d’analyser l’individualisation comme phénomène émergent fondamental des sociétés contemporaines.

Christine Castelain Meunier, chargée de recherche au CNRS

Hommes-femmes : « crever l’abcès ». Mobilité des identités. Masculinités contemporaines et culture intimiste. Paternités plurielles

3Nous avons continué notre réflexion sur les dynamiques de décomposition-recomposition des modèles culturels d’affirmation du masculin, à partir :

  • des ajustements à la conjoncture ;
  • de la dialectique des rapports homme-femme ;
  • de la perte de légitimité des modèles traditionnels d’affirmation du masculin ;
  • de la polyculture masculine, dans le sens de la sortie de la monoculture masculine, de la subjectivité ;
  • du déploiement de la masculinité défensive.

4Nous avons rendu compte de l’accentuation des écarts entre les « hommes en changement », en distance par rapport au machisme et « les masculins défensifs », qui réhabilitent d’anciens modèles.

5Nous avons rendu compte de la fracture socioculturelle générationnelle, entre différents types d’hommes et différentes manières de concevoir et d’exercer la paternité.

6Nous avons analysé le développement de la « culture intimiste » masculine. Les nouveaux rapports au corps, à la mode. Mais aussi par le biais de la communication téléphonique entre des pères « séparés » et leurs enfants, d’une part et d’autre part, par l’usage du téléphone portable par les jeunes générations masculines et la question de la culture de situation et de l’intimité paradoxale.

7Nous avons commenté une recherche que nous avons réalisée à partir de l’analyse de 82 mails, envoyés par des jeunes âgés de 20 à 30 ans, sur leur sexualité. Qui met en évidence :

  • le souci du bien-être de la partenaire et ;
  • l’importance de la prise en considération de ses désirs ;
  • la recherche de relation dans le sens du désir de tout combiner ;
  • la prise de distance par rapport aux modes d’entrée sur la sexualité auxquels recouraient les générations précédentes. Mais aussi ;
  • la référence au langage pornographique.

8Nous avons rendu compte d’une recherche que nous avons réalisé auprès de 200 hommes et de 200 femmes, âgés de 20 à 35 ans, sur les représentations spontanées et les représentations profondes du masculin et du féminin.

9Nous avons mis en évidence des axes autour desquels se redéfinissent les modèles culturels d’affirmation du masculin, ou au contraire autour desquels les anciens s’opposent aux nouveaux : le corps, la mode, la sexualité, la paternité, la communication, la violence.

10Nous avons mis en perspective notre réflexion par rapport à notre ouvrage Les métamorphoses du masculin (Paris, PUF, 2005).

11Christiane Veauvy, est intervenue sur l’Identité, les pratiques, les stratégies des femmes : entre violences et stratégies de liberté, dans les pays du Maghreb et l’Europe du Sud.

12André Rauch, a fait une conférence sur les transformations de l’identité masculine, de l’ordre viril, des questions du corps, des rapports homme-femme. Il a rendu compte des mécanismes de ruptures, engendrés par l’émancipation des femmes.

13Suzana Djordj, a fait part de ses recherches concernant les conflits de pouvoir autour de l’enfant et la médiation par l’élaboration de contes musicaux dont elle est l’auteure et la productrice de CD.

14Gilbert Pham Thanh a fait part de ses travaux sur le corps, la mode, les transformations de la problématique du dandysme.

15Quatre militants de « Mix Cité », dont Thomas Lancelot Vannais, sont venus exposer les motivations et les revendications en faveur de l’égalité et du respect des pluralités identitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Renon et Christine Castelain Meunier, « Centre d’analyse et d’intervention sociologiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 670-672.

Référence électronique

Karine Renon et Christine Castelain Meunier, « Centre d’analyse et d’intervention sociologiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17890

Haut de page

Auteurs

Karine Renon

Christine Castelain Meunier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals