Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen

Ahcène Abdelfettah, Gilles Ladkany, Alain Messaoudi, Nedjma Abdelfettah-Lalmi, Daniel Nordman, Nabila Oulebsir et Michael Werner
p. 692-694

Texte intégral

Ahcène Abdelfettah, maître de conférences à l’Université d’Alger
Nedjma Abdelfettah-Lalmi
Alain Messaoudi, professeur agrégé
Daniel Nordman, directeur de recherche au CNRS
Nabila Oulebsir, maître de conférences à l’Université de Poitiers
Michael Werner, directeur d’études

Les relations scientifiques franco-allemandes à l’épreuve du terrain nord-africain et moyen-oriental (séminaire de recherche organisé avec l’aide du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne)

1Prenant la suite du séminaire qui s’est tenu pendant trois années consécutives sur le thème Construction des savoirs et des disciplines en Afrique du Nord et en Méditerranée (XIXe-XXe siècles) et d’un colloque franco-allemand consacré aux Relations scientifiques franco-allemandes à l’épreuve du terrain nord-africain (septembre-octobre 2004), les séances ont entrepris d’analyser l’évolution spécifique, dans leur contexte universitaire et scientifique respectif, d’un certain nombre de disciplines appliquées aux domaines géographiques nord-africain et moyen-oriental ; entre ces disciplines et les milieux scientifiques, le rôle de la rivalité, des échanges, des influences réciproques ; la place des enjeux politiques, économiques, coloniaux et territoriaux dans le développement franco-allemand des processus cognitifs en France et en Allemagne. Par rapport aux initiatives précédentes, le cadre s’est donc doublement élargi, dans le temps et dans l’espace.

2Deux types d’approches se sont finalement fait jour. D’une part, pour quelques disciplines (comme l’anthropologie, la grammaire comparée, le droit, l’histoire de la médecine), des interventions ont plutôt porté sur des pratiques ou des modèles Intellectuels étudiés dans leur expression culturelle propre, soit en France, soit en Allemagne : Sabine Mangold (Bergische Universitat Wuppertal), « Les études orientales en Allemagne au XIXe siècle » ; Jean Schmitz (Institut de recherches sur le développement, Paris), « Race de langue, race de peau : de la grammaire comparée européenne au début du XIXe siècle à la classification des sociétés » ; Bettina Dennerlein et Lutz Rogler (Zentrum Moderner Orient, Berlin), « Anthropologie, histoire du droit, religion : perspectives sur le droit musulman » ; Daniel Nordman, « Médecine et colonisation au Maghreb au XIXe siècle ». D’autre part, dans quelques autres exposés, ont été plus nettement tentés des essais de confrontation systématique et comparatiste, et étudiés des emprunts et des transferts : Isabelle Surun (Université Lille-III), « Les sociétés de géographie de Paris et de Berlin et les voyageurs en Afrique occidentale (1821-vers 1860) » ; Nabila Oulebsir, « Grécité, Renaissance italienne et art moderne méditerranéen : l’histoire de l’art de Johann Joachim Winckelmann à Jean Alazard (Allemagne-France-Algérie) » ; Cécile Auzolle (Université de Poitiers), « Le mythe de Salomé dans l’opéra en Allemagne et en France au tournant des XIXe et XXe siècles » ; Caroline Ledru (Université Paris-IV), « L’influence de la musique occidentale sur les musicologues et musiciens orientaux, en particulier au Maroc ». Mais des interférences constantes entre ces deux approches, les discussions qui ont suivi, dans lesquelles sont intervenus des spécialistes de l’histoire des savoirs en France, en l’Allemagne et au Maghreb, ont permis de franchir un premier pas dans le programme en cours.

Gilles Ladkany, maître de conférences à l’ENS
Alain Messaoudi, professeur agrégé

Traductions et réceptions de la littérature arabe en France et en Europe, XIXe-XXe siècles

3Nous avons poursuivi le travail entamé l’année dernière sur la connaissance de la langue et de la littérature arabe en France dans le monde colonial français, en l’orientant plus spécifiquement vers la production littéraire. La question de l’enseignement de la langue a été cependant à nouveau abordée par Bruno Halff, inspecteur général honoraire d’arabe, à propos du Développement de l’enseignement de l’arabe en France. Jusqu’à l’aube de la seconde guerre mondiale, l’arabe n’était enseigné que dans les établissements secondaires d’Afrique du Nord, ou plus marginalement, de la mission laïque en Orient, l’ouverture de chaires dans les collèges et lycées de métropole restant fort rare jusqu’à la décolonisation. Ce n’est qu’au tournant des années soixante-dix que le nombre des élèves augmente significativement, dans un contexte nouveau qui engage à repenser programmes et pédagogie (à rompre avec l’orientalisme ?) tandis que se développe après 1975, suite à des accords intergouvernementaux entre la France et les pays d’origine des « travailleurs immigrés », un enseignement parascolaire (Enseignement de langue et civilisation d’origine), donné par des professeurs étrangers, sous le contrôle de l’Inspection française. Les arguments selon lesquels cet enseignement était un facteur d’intégration sociale par la reconnaissance et la valorisation d’un patrimoine culturel ont-ils porté, face à des résistances fortes ? Le pari de faire de l’arabe une langue comme les autres, qui attire des élèves d’origines variées a-t-il été tenu ? Depuis le début des années 1990, la chute des effectifs, comme celle des autres langues « rares », est manifeste – peut-être signe d’appauvrissement et de repli culturel en France. L’enjeu politique des rapports entretenus en France avec la culture arabe valait aussi d’être repéré concernant la production littéraire contemporaine, à l’époque coloniale et aujourd’hui. On s’est intéressé en particulier aux liens privilégiés de l’écrivain égyptien Taha Hussein avec la France, en identifiant les premières marques de reconnaissance dont il a bénéficié en France et en faisant l’histoire de la traduction (à plusieurs mains) du Livre des jours, dont la réception a été amplifiée lors de sa réédition chez Gallimard, gratifiée d’une préface d’André Gide (1947). À cet écrivain « nobélisable », point d’équivalent au Maghreb : est-ce en partie faute d’encouragement et de promotion de la part des pouvoirs français ? D’autres exposés nous ont rappelé que la connaissance de la littérature arabe ne s’inscrivait pas toute entière dans un cadre colonial. Sylvette Larzul (CHSIM), en présentant Les traductions françaises des « Mille et Une nuits », a réaffirmé l’importance de ce texte et souligné ce que son succès à l’échelle européenne devait à la qualité de la traduction d’Antoine Galland, qui restitue l’esprit du texte original en l’adaptant aux codes de la société de cour. Cette excellence explique-t-elle l’échec des traductions de l’époque romantique, malgré l’engouement pour l’Orient qui accompagne la conquête de l’Algérie ? L’orientalisme qui altère l’original comme l’a dénoncé Edward Saïd ne triomphe qu’à l’extrême fin du XIXe siècle, avec la traduction exotique et, sous la couleur locale, fausse, du Dr Mardrus. Pierre Larcher (Université Aix-Marseille-I), en présentant le cas de la poésie préislamique, et, plus particulièrement, des Mu’allaqât, a aussi souligné comment l’intérêt qu’on lui a porté en Europe s’est développé en dehors des logiques coloniales. Il a aussi fait part de sa propre expérience de traducteur, et de la réception de son travail en Europe et dans le monde arabe. En écho au travail d’Hervé Bismuth (Université de Dijon) sur la bibliothèque orientaliste d’Aragon et ses sources arabes – Majnoun Leyla dans Le fou d’Elsa – Rania Samara (Université Paris-III) a montré de quelle façon Aragon avait été lu par les poètes engagés irakiens Bayyati (1926-1999) et Badr Châker es-Sayyâb (1926-1954), rappelant que la circulation des textes se fait aussi en résistance, et contre les pouvoirs établis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ahcène Abdelfettah, Gilles Ladkany, Alain Messaoudi, Nedjma Abdelfettah-Lalmi, Daniel Nordman, Nabila Oulebsir et Michael Werner, « Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 692-694.

Référence électronique

Ahcène Abdelfettah, Gilles Ladkany, Alain Messaoudi, Nedjma Abdelfettah-Lalmi, Daniel Nordman, Nabila Oulebsir et Michael Werner, « Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17911

Haut de page

Auteurs

Ahcène Abdelfettah

Articles du même auteur

Gilles Ladkany

Articles du même auteur

Alain Messaoudi

Articles du même auteur

Nedjma Abdelfettah-Lalmi

Articles du même auteur

Daniel Nordman

Articles du même auteur

Nabila Oulebsir

Articles du même auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals