Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Laboratoire d’anthropologie sociale

Barbara Glowczewski
p. 710-711

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Barbara Glowczewski, directrice de recherche au CNRS

Anthropologie des réseaux et stratégies de communication interculturelles

1Le séminaire s’est tenu sous forme de quatre journées. Peter Sutton (Univ. of Adelaide/Univ. College London), a interrogé la causalité des conditions quart monde des peuples autochtones, suscitant une vive discussion sur son hypothèse de déterminismes culturels et biologiques précoloniaux par opposition aux études postcoloniales qui ramènent ce problème aux effets de la colonisation. B. Glowczewski a mis en contexte son dernier ouvrage, Rêves en colère. Avec les Aborigènes australiens (Plon, « Terre humaine », 2004), à l’aide d’interviews filmées dans le désert, le nord-ouest et la Terre d’Arnhem par le cinéaste australien, Wayne Jowandi Barker. Deux doctorants ont exposé leurs projets en cours : Martin Préaud (EHESS/James Cook University), « Théâtralité et identité culturelle : rituels, danse et théâtre dans l’Australie contemporaine », et Arnaud Morvan (EHESS/University of Melbourne), « Arts indigènes et internationalisation : l’art aborigène australien en France ».

2Les images du 9e festival des arts du Pacifique tournées par Rosita Henry (JCU/SAAS) dans l’État micronésien de Palau en 2004 ont été commentées par B. Glowczewski pour montrer les enjeux géostratégiques mis en œuvre durant ce rassemblement de trois mille participants de trente pays. La discussion animée par Isabelle Leblic (CNRS/LACITO) a porté sur ce réseau qui lie entre eux les peuples d’Océanie, dont ceux de la Nouvelle Calédonie. Cinq doctorants ont par ailleurs fait état de leurs travaux : Lise Garond (École du Louvre/EHESS), sur la représentation des festivals aborigènes sur Internet ; Sébastien Kapp (Paris-V/EHESS) sur la pratique d’écobuage dans le parc national de Kakadu, Stéphane Lacam (EHESS/CREDO), sur le nouveau nomadisme des jeunes Aborigènes qui se déplacent sans cesse entre le désert et la ville ; Dany Bocquet (EHESS), sur la créolité au regard des maternités adolescentes en Guadeloupe et Henri Courau (EHESS/IRD), sur les effets de la fermeture du camp de Sangatte où il a travaillé.

3Jacqueline Clarac (Université des Andes, Venezuela) a expliqué le système de représentation politique qui différencie la région nord où elle travaille de celui de la forêt exposé par Catherine Alès, (CNRS/GSPM-EHESS) : « Autochtones amérindiens et participation politique. Le cas de l’Amazonie vénézuélienne ». Anne Lavanchy (doctorante, Université de Lausanne) a présenté la « Mobilité géographique et autochtonie mapuche au Chili ». Identités locales et métissages émergeant de nouveaux contextes de performances aborigènes furent analysées par trois doctorantes : Ghislaine Van Maanen, (University of Western Australia) pour l’écotourisme, « Cultures en dialogue : comprendre les relations culturelles entre indigènes australiens et non-indigènes à Perth, Australie Occidentale. » ; Jessica de Largy Healy (Univ. of Melbourne/EHESS) pour l’impact du festival Garma prétexte au renouveau des échanges rituels « Art, rites et musique : transpositions du patrimoine Gupapuyngu, dans le domaine public, Terre d’Arnhem » et Estelle Castro (Paris III/Univ. of Queensland) pour l’engagement politique et poétique des jeunes écrivains indigènes, « Du texte (aborigène) au public (hétérogène). Les festivals d’écrivains en Australie : à la croisée des chemins ».

4Rosita Henry (directrice de l’École d’anthropologie, d’archéologie et de sociologie, James Cook University) a analysé l’évolution d’un village alternatif devenu un haut lieu du tourisme de la forêt pluvieuse de la barrière de corail australienne : « Festival Networks and the Performance of Place in Kuranda, North East Australia ». Géraldine Le Roux (doctorante, EHESS/Univ. of Queensland) a comparé la démarche d’artistes aborigènes, samoans ou maori qui travaillent tous en ville sur la critique politique de la colonisation, redéfinissant leur identité à partir d’une relecture de l’histoire précoloniale : « Contemporary Aboriginal art : ’traditional art’, ’urban art’, an arbitrary dichotomy ? ». La discussion mit en perspective l’exposition parisienne Africa Remix. Le professeur Jari Kupiainen, (Media Production and Culture North Carelian Polytechnic, Finlande) a présenté les stratégies de résistance des peuples du Pacifique face à la globalisation, notamment leur ingénieuse utilisation de serveurs informatiques collectifs : « Translocalisation Over the Net : Information Technology and Local Cultures in Melanesia ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Glowczewski, « Laboratoire d’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2006, 710-711.

Référence électronique

Barbara Glowczewski, « Laboratoire d’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2006, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17935

Haut de page

Auteur

Barbara Glowczewski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals