Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Géographie

Géographie culturelle

Augustin Berque
p. 121-122

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Augustin Berque, directeur d’études

Paysage et développement soutenable

1Écourté par une délégation d’un an au Nichibunken (Centre international de recherches sur la culture japonaise, Kyôto) qui s’est achevée le 31 mars 2006, et a été immédiatement suivie par la fermeture des locaux de l’EHESS, l’enseignement s’est limité au troisième trimestre.

2Conçu dans le cadre du projet de recherche coopérative internationale dont j’ai la responsabilité : « L’habitat insoutenable/Unsustainability in human settlements » (2001-2010), et intitulé « Paysage et développement soutenable », le séminaire hebdomadaire du vendredi a livré une partie des résultats du sous-programme de recherche que j’ai codirigé au Nichibunken, Nihon no sumai ni okeru fûdosei to jizokusei (Médiance et soutenabilité dans l’habitation japonaise), en les replaçant dans le contexte historique plus large de l’Asie orientale. L’idée centrale est que l’urbain diffus contemporain, au Japon, est sous-tendu par une mythologie anti-urbaine, celle de l’habitation au plus près de la nature, dont l’origine remonte à un mythe chinois homologue à celui de l’Âge d’Or en Occident, le « Grand Même » (Datong), à savoir l’état d’indifférenciation entre les dieux et les hommes, la nature et la culture, qui aurait précédé la ville et ses murailles. Ce mythe a plus tard engendré le mouvement érémitique mandarinal (yindun), dont est issu, à l’époque des Six Dynasties, le motif de l’ermitage paysager. Transmis par la littérature au Japon à l’époque de Heian, celui-ci devait à la fin du Moyen Âge engendrer l’architecture de la cabane à thé, dont l’influence a été grande sur l’habitat pavillonnaire apparu avec les banlieues modernes à l’époque Meiji. Dans cette optique, le paysage, loin de jouer dans le sens du développement durable, incite au contraire à un mode de vie dont l’empreinte écologique est insoutenable.

3En relation avec ce thème, j’ai accueilli en mai deux invités : Lei Jun, de l’Institut d’écologie et de géographie du Xinjiang (Urumqi), qui a donné des conférences sur le thème « Paysage et développement durable au Xinjiang », et Jordan Sand, de l’Université Georgetown (Washington DC), qui a donné des conférences sur le thème de son livre House and home in modem Japan (Harvard University Press, 2003).

4Parallèlement se poursuivait, un jeudi sur deux, le séminaire collectif (organisé en collaboration avec Philippe Bonnin et Alessia de Biase) « L’habiter dans sa poétique première », dont la première phase de deux années s’est conclue par un colloque international, tenu sous le même titre à Cerisy-la-Salle (1er-8 septembre 2006). L’objectif central de cette recherche commune est de définir, dans une poétique de l’habiter, l’envers même du mécanicisme qui a conduit à l’« habitat Insoutenable » caractéristique de l’état présent de notre civilisation. La première étape avait au contraire cherché à définir le « bassin sémantique » (selon la formule de Gilbert Durand) d’où est issue l’idéalisation de l’habitation au plus près de la nature, moteur foncier de l’éclatement des villes et de l’urbanisation diffuse ; étape qui s’est achevée par la publication du livre collectif (sous la direction d’Augustin Berque, Philippe Bonnin et Cynthia Ghorra-Gobin) La Ville insoutenable, Paris, Belin, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Augustin Berque, « Géographie culturelle », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 121-122.

Référence électronique

Augustin Berque, « Géographie culturelle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17976

Haut de page

Auteur

Augustin Berque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals