Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Archéologie

Histoire et archéologie médiévale

Jean-Michel Poisson
p. 132-133

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Michel Poisson, maître de conférences

L’habitat rural au Moyen Âge : histoire et archéologie

1Une approche d’ensemble du « peuplement castral » reste délicate dans un contexte morcelé en diverses principautés territoriales et où une multitude de seigneuries de taille et d’importance très variables, souvent imbriquées les unes dans les autres, se partage le pouvoir sur la terre et les hommes. En effet, selon que le pouvoir s’exerce sur un nombre plus ou moins élevé d’agglomérations, et que l’organisation du peuplement fait l’objet ou non d’une politique volontariste, notamment par l’octroi de franchises, les bourgs castraux, agglomérations villageoises subordonnées à un château, se révèlent extrêmement divers dans leur morphologie et leur évolution. Les acteurs principaux de la mise en place de ce réseau de bourgs semblent bien être les détenteurs de la seigneurie châtelaine : la majorité des châteaux mis en place avant 1150 a constitué le point de départ d’un bourg devenu chef-lieu de châtellenie. Une deuxième vague de création peut être mise en évidence à un moment correspondant à une reprise en main de l’autorité du prince autour des XIIIe et XIVe siècles.

2Dans cet ensemble, des regroupements d’habitat autour des châteaux peuvent revêtir des formes variées. Concernant les relations spatiales châteaubourg, on peut distinguer deux cas de figure principaux : celui des agglomérations préexistantes, dont l’origine est soit gallo-romaine, soit au haut Moyen Âge, qui ont été pourvues d’un château à partir de l’an mil, et les créations médiévales que l’on peut imaginer spontanées, en l’absence de texte, ou délibérées, lorsqu’on dispose d’une charte de fondation. Bien que leur structure soit souvent plus complexe, on peut déceler, au contact immédiat de la fortification, un premier noyau d’agglomération villageoise. Lorsque le château s’implante à proximité d’un ancien lieu de peuplement, on observe plusieurs cas : soit c’est le château qui concentre l’habitat et contribue à le fixer ou à le déplacer, soit le château périclite et le bourg avorte, au profit d’un regroupement autour d’un lieu de culte ou d’un ancien lieu de peuplement. Certaines agglomérations ne se sont pas créées de façon inorganisée et progressive autour d’un site castrai mais sont le résultat d’une fondation délibérée. Bien que pratiquement aucune charte de fondation ne nous soit parvenue, un certain nombre d’indices matériels incitent à penser que certains bourgs castraux sont nés à partir d’une initiative seigneuriale concertée. Au premier rang de ces indices figure la régularité du plan.

3Les éléments constitutifs des bourgs castraux sont relativement aisés à repérer sur le terrain et leur étude constitue des repères pour l’enquête archéologique. En premier lieu on citera l’enceinte, rarement absente, puis l’église, dont la position influe sur le devenir et l’organisation de l’agglomération, les équipements publics dont la présence confère au bourg castrai un caractère urbain, enfin l’agencement des maisons, nobles ou villageoises. Des vestiges de l’enceinte sont presque toujours repérables soit sous forme de tronçons conservés en élévation parfois à l’intérieur du bâti contemporain, soit sous forme de tracés significatifs du parcellaire que les plans cadastraux anciens révèlent de façon privilégiée. L’enceinte du bourg est en général nettement postérieure au château.

4Les relations entre le bourg castrai et l’église paroissiale sont extrêmement complexes et présentent de nombreux cas de figure. Si le bourg castrai ne s’installe pas auprès du siège paroissial primitif dont l’établissement avait obéi à des critères différents de ceux du château, on assiste alors à une bipolarisation de l’habitat, une partie de la population restant groupée autour de l’église tandis que l’autre est attirée peu à peu par le château. Cette situation n’est que très rarement définitive : soit le bourg castrai se dote d’une église paroissiale qui peut être une ancienne chapelle castrale, soit il s’étiole au bénéfice de l’église située à l’extérieur du bourg. L’importance d’un lieu d’échanges comme le marché a joué aussi un rôle majeur dans la réussite du bourg.

Publications

  • « Federico Visconti, archevêque de Pise, relate sa visite pastorale en Sardaigne » (avec N. Bériou), « Le monnayage de l’or à Naples », « Bindo le mercenaire », dans Villes d’Italie. Textes et documents des XIIe, XIIIe, XIVe siècles, sous la dir. de J.-L. Gaulin, A. Jamme et V. Rouchon Mouilleron, Lyon, PUL (« Histoire et archéologie médiévales », 15), 2005, p. 26-29, p. 204-206, p. 276-277.
  • « En guise de conclusion : habiter la ville ou la campagne au Moyen Âge », Cadre de vie et manières d’habiter (XIIe-XVIe siècle), VIIIe congrès international de la Société d’archéologie médiévale (Paris, octobre 2001), sous la dir. de D. Alexandre-Bidon, F. Piponnier et J.-M. Poisson, Caen, 2005, p. 325-326.
  • « Le stockage des grains en silos sur le site castrai d’Albon (Drôme), XIe-XIIIe siècle », Mélanges d’archéologie médiévale. Liber amicorum en hommage à André Matthys, Namur, Les Cahiers de l’urbanisme, hors série, septembre 2006, p. 168-177.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie médiévale », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 132-133.

Référence électronique

Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie médiévale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17985

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Poisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals