Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours

Elikia M’bokolo
p. 171-172

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études

Fondateurs, résistants, héros, pères de la nation : la fabrication des grands hommes dans l’Afrique moderne

1L’essentiel du séminaire s’est attaché aux « grands hommes » du XXe siècle africain pris dans toute sa longueur et incluant aussi bien le temps, apparemment bien circonscrit, de la colonisation que les périodes beaucoup plus troubles de la décolonisation et des conflits, recompositions et réaménagements qui ont accompagné l’émancipation des tutelles colonisatrices ou lui ont succédé.

2On s’est d’abord attaché aux processus d’institutionnalisation des figures héroïques. Ces processus sont parfois conçus et pris en charge par les pouvoirs d’État, comme on le voit dans le cas de « la journée des héros » (3 février) au Mozambique, date anniversaire de l’assassinat d’Eduardo Mondlane, fondateur et premier président du FRELIMO (Front de libération du Mozambique), assassiné en 1969, bien avant l’accession à l’indépendance de l’ancienne colonie portugaise et devenu depuis une référence indiscutable et comme le ciment identitaire dans un pays déchiré d’abord par la guerre civile, puis par de profonds antagonismes régionaux et idéologiques. Ces processus d’institutionnalisation procèdent également d’initiatives non étatiques, dont l’inventaire est en cours. Ils ne s’inscrivent pas forcément dans une logique de confrontation, d’antagonisme ou de rupture avec l’État post-colonial aux logiques centralisatrices et nationalitaires, comme nous avons pu l’expliciter en examinant à chaud les cérémonies organisées du 14 au 17 février 2006 à Kamba (République Démocratique du Congo) et destiné à rehausser la figure, classique dans les études africaines, du prophète Simon Kimbangu (1889-1951), créateur d’une église chrétienne indépendante, érigé par les uns en fondateur du nationalisme ethnique kongo et considéré par d’autres comme le champion de l’émancipation du Congo, de l’Afrique et la « race noire ».

3On a examiné ensuite le parcours politique, mémoriel et historiographique de Pierre Mulele (1929-1968), l’un des artisans des rébellions des années 1960 et l’une des figures les plus controversées de l’histoire politique du Congo (Kinshasa). Associée à Patrice Lumumba, que tous les régimes congolais ont considéré avec plus ou moins d’empressement comme « le martyr de l’indépendance » et « le héros national », sa figure est revenue au premier plan depuis la chute de Mobutu en 1997 pour être considérée par les uns comme un héros à réhabiliter et par d’autres comme un « traître », voire comme un « criminel ».

4Les « grands hommes » étant par définition des « hommes », la question des héroïnes féminines a été abordée d’une manière originale en délaissant les prises de paroles officielles et les diverses stratégies d’institutionnalisation pour tenter de délimiter, à travers l’étude des chants de travail et de danse dans certaines régions du Niger, les figures donnant lieu à des éloges ou à de contre éloges, dans les espaces féminins de la parole.

5Plusieurs visiteurs étrangers ont participé au séminaire : Fatima Mounkaïla (Université Abdou Moumouni, Niamey), Kiangu Sindani (Université de Kinshasa) et Georges Tshund’Olela (Université de Kinshasa).

Publications

  • « Plaidoyer pour la relance de la recherche scientifique et technologique en République démocratique du Congo », Actes des états généraux de la Recherche scientifique et technologique (Kinshasa, 23-26 mai 2005), Kinshasa, Ministère de la Recherche scientifique et technologique – UNESCO, 2005, p. 61-66.
  • « Le bâtisseur d’empire. Louis Gustave Binger dans l’enfer vert de la forêt ivoirienne, 1887-1893 », dans Aventuriers du monde, sous la dir. de P. Fournié et S. de Sivry, Paris, Gallimard, 2005, p. 89-98.
  • « Les problèmes de l’Afrique et du Mozambique », Latitudes. Cahiers lusophones, 25 (« Regards sur le Mozambique »), décembre 2005, p. 7-11.
  • « L’Afrique noire », dans Lumières ! Un héritage pour demain, sous la dir. de Y. Fauchois, T. Grillet et T. Todorov, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006, p. 174-179.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 171-172.

Référence électronique

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18024

Haut de page

Auteur

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals