Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Histoire sociale et culturelle de l’esclavage

Jean Hébrard et Myriam Cottias
p. 179

Texte intégral

Jean Hébrard, professeur associé
Myriam Cottias, chargée de recherche au CNRS

Histoire culturelle de l’esclavage. Brésil-Caraïbes. XVIIe-XXe siècle

1Ce nouveau séminaire se proposait de tracer les contours d’une histoire sociale et culturelle des sociétés esclavagistes et post-esclavagistes dans deux aires différentes – la Caraïbe française et le Brésil – nées d’empires coloniaux aux histoires contrastées mais tous deux en relation complexe avec l’Afrique.

2Durant le premier trimestre, nous avons utilisé des ouvrages se présentant comme des récits de voyages des XVIIIe et XIXe siècles, tant en Afrique (Anne Raffenel) qu’aux Antilles (Thibault de Chanvalon) ou au Brésil (Ferdinand Denis, Jean-Baptiste Debré, Johan Moritz Rugendas), pour voir se dessiner les figures de l’esclave difractées par le regard que portent sur eux les Européens qui les rencontrent. Nous avons en particulier été attentifs à la manière dont, dans ces imprimés, se constituent les associations – décrites, expliquées, justifiées, représentées – entre africanité et statut servile ou plus simplement encore entre couleur et servitude.

3Durant les deuxième et troisième trimestres, nous nous sommes demandé ce que pouvait être une histoire culturelle des multiples formes de la dépendance dans les sociétés esclavagistes et post-esclavagistes. Nous avons en particulier essayé de comprendre comment les sciences sociales (anthropologie, histoire, sociologie) résolvent les contradictions qui naissent lorsqu’elles tentent de décrire les actions des hommes et des femmes asservis dans le cadre des conceptions de la culture qui constituent cette dernière comme appropriation/détournement des pratiques économiques, sociales, symboliques spécifiques des sociétés esclavagistes (esclavage rural/esclavage urbain ; travail forcé/travail délégué ; dépendance/agency ; africanité/créolité ; etc.)... Nous avons particulièrement exploré la place que joue la religion dans l’indéfini travail d’élaboration des identités à l’œuvre dans les sociétés esclavagistes, tant du côté des personnes assujetties (esclaves, affranchis) que de leurs maîtres. Nous avons aussi été attentifs au rôle de la dénomination des personnes dans le processus d’asservissement puis dans la construction de la liberté dans une relation complexe et ambiguë au double mouvement de créolisation et de retour vers l’africanité. Nous sous sommes aussi demandé comment les catégories du genre recoupent celles de l’asservissement et de la liberté et les redéfinissent d’une manière décisive : statut des femmes, rôle de la famille... L’année s’est terminée par une réflexion sur la manière dont se construit et se travaille la mémoire de l’esclavage dans deux sociétés aussi contrastées, de ce point de vue, que la France et le Brésil. Le séminaire s’est conclu par le colloque « Bilan et perspective des recherches francophones sur les traites et les esclavages » organisé dans le cadre du RTP dont Myriam Cottias a la responsabilité. Il a permis un large tour d’horizon des travaux menés sur le cas français par des équipes de très nombreux pays, en particulier d’Afrique, qui a très largement contribué à la réflexion commune des participants du séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Hébrard et Myriam Cottias, « Histoire sociale et culturelle de l’esclavage », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 179.

Référence électronique

Jean Hébrard et Myriam Cottias, « Histoire sociale et culturelle de l’esclavage », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18035

Haut de page

Auteurs

Jean Hébrard

Articles du même auteur

Myriam Cottias

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals