Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne

Christian Lamouroux
p. 189-190

Texte intégral

Christian Lamouroux, directeur d’études

Bureaucrates, artisans et marchands : le travail non agricole dans la Chine médiévale

1Le séminaire a poursuivi l’enquête sur les relations ambiguës qu’entretiennent les bureaucrates et le monde du commerce et de l’artisanat sous les Song. Nous avons, cette année, envisagé leurs activités respectives à partir de leur position commune d’extériorité au travail « fondamental », l’agriculture.

2La réflexion a d’abord porté sur le cadre idéologique dans lequel les lettrés pensaient le travail non agricole. Nous avons rappelé les conclusions de Michel Cartier, pour qui le travail chez Mencius est facteur d’une solidarité fondée sur une logique de récompense et de service, dépendante d’une représentation de la complémentarité des activités humaines et des groupes sociaux. Puis, reprenant à notre compte une remarque de Jean-Yves Grenier, qui note que les marchandises n’arrivent jamais seules sur le marché et qu’elles y sont soumises à une classification des valeurs d’usages et donc du travail qui les produit, nous avons souligné que, dans la Chine bureaucratique qui se construit sur le dynamisme sans précédent des activités industrielles et commerciales, la production des objets dépendait d’une hiérarchie marchande mais aussi d’une classification administrative. Nous avons donc privilégié quatre facteurs – idéologique, social, économique et technique – qui ont concouru à fixer les différents statuts que l’administration accordait aux activités non agricoles.

3Plusieurs textes attestent l’ambivalence de l’expression baigong, qui désignait depuis l’antiquité aussi bien les artisans que les officiers. Deux traits éclairent cette ambiguïté : la nécessité d’un apprentissage, en général au sein de la famille pour les artisans, alors que pour les lettrés le savoir ne dépend pas seulement de cette seule transmission ; la nature entièrement socialisée des activités spécialisées des lettrés-fonctionnaires, des artisans ou des marchands. Si les performances dépendent ainsi de la qualité des hommes et de leurs rapports, aux yeux de Fan Zhongyan, c’est la dégradation de ces rapports qui a conduit à l’extravagance des objets, à l’abandon de leur stricte utilité pratique et à leur transformation en signes sociaux de distinction. La société s’est ainsi abandonnée à la barbarie des intérêts, elle a renoncé à la justice et à la bienveillance.

4Grâce à deux exemples – l’aménagement hydraulique dans la région de Suzhou et la reconstruction des murailles de Yingzhou –, nous avons ensuite analysé l’organisation du travail par l’administration. Ces opérations impliquent une planification – rassemblement de la main-d’œuvre, achat de matériaux, calcul des coûts – qui recoupe certaines des préoccupations économiques de l’artisan ou du marchand. Sur ces chantiers, Wang Zengyu a montré que les autorités distinguaient des travailleurs rattachés aux administrations et des artisans privés, rétribués selon leur habileté. À côté de ce classement des compétences, dont témoigne la hiérarchie entre « superviseurs », « maîtres-artisans », « ouvriers » et « apprentis », une autre classification repose sur des catégories fiscales : elle renvoie à la capacité des artisans à remplir les quotas d’impôts, lesquels fixaient le statut de chaque foyer.

5Nous avons choisi d’explorer plus systématiquement ces classements dans le secteur de la métallurgie. L’analyse classique de Robert Hartwell sur la sidérurgie et sa critique par Donald Wagner concluent sur la diversité des structures de production selon les régions : travail saisonnier des fermiers au Shandong, grandes exploitations dotées d’un capital important dans le Jiangsu actuel, monopole public et sous-traitance au Shanxi. La discussion s’est éclairée grâce aux recherches de Wang Mingming et Li Xiao, qui font état des difficultés rencontrées en permanence par les autorités pour maintenir une correspondance entre la nature du travail et les statuts sociaux et fiscaux des travailleurs. Dans la mesure où de nombreux fermiers se font mineurs, ces ouvriers, caractérisés par leur mobilité, leur dispersion, leur isolement et le caractère indéterminé de leurs déplacements, partagent les effets de stigmatisations communes, marquées par des dispositifs de surveillance et de contrôle. Ces éléments suggèrent que ni les institutions ni les ouvriers ne distinguaient un « travail » détaché des travailleurs. L’activité dans les mines et la production des métaux restaient caractérisées par ceux qui les conduisaient : le travailleur qualifiait le travail.

6Nous avons poursuivi cette enquête par l’analyse du discours technique. La description précise de la préparation du minerai de cuivre atteste une nette spécialisation dans la chaîne de production. Pour la sidérurgie, Shen Qua s’appuie sur un vocabulaire précis et montre que le travail de l’acier dépend de modèles techniques dûment répertoriés, en rappelant l’importance des échanges et des emprunts à l’intérieur d’une communauté qui inclut les « barbares ». Nous avons comparé ces résultats avec un autre secteur d’activité : la production du sel, souvent associée au travail des métaux. Nous avons passé en revue les techniques de la préparation de la saumure dans le Sud-Est à partir d’images et de commentaires du Abaotu, puis repris les notes de Su Shi sur l’extraction du sel dans les puits tubés du Sichuan. Ces inventaires des techniques, l’attention à la division et à l’enchaînement complexe des tâches montrent que certains lettrés voyaient dans l’artifice technique un élément formateur de la raison.

Publications

  • « La légitimation des finances publiques dans la Chine des Xe-XIe siècles », dans Légitimités, légitimations, études japonaises II, A. Bouchy, G. Carré et F. Lachaud (éds), Paris, EFEO, 2005, p. 229-233.
  • « The “Ancestors’ Family instructions” : Authority and sovereignty in Song China » (traduction abrégée de « Les “Règles domestiques des ancêtres” : Autorité politique et gouvernement dans la Chine des Song (960-1127) », Annales. Histoire, Sciences sociales, 3/2004), Journal of Sung-Yuan Studies, 35, 2005, p. 79-97.
  • « Endettement public, Trésor impérial et monnaies dans la Chine des Xe et XIe siècles », La Dette publique dans l’histoire, Paris, CHEFF, 2006, p. 129-174.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lamouroux, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 189-190.

Référence électronique

Christian Lamouroux, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18040

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals