Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire de l’Asie centrale post-mongole

Vincent Fourniau
p. 191-192

Texte intégral

Vincent Fourniau, maître de conférences

Histoire des identités ethno-sociales en Asie centrale. Sources et connaissances

1Le séminaire, qui poursuit son examen de l’« Histoire ethno-sociale de l’Asie centrale » a pour but en particulier d’explorer les situations historiques ayant produit les différentes identités ethno-sociales de l’Asie centrale et d’analyser les discours sur ces identités. La question se pose tout particulièrement pour les noms qui ont servi à définir des nations à l’époque contemporaine (de « Turkmènes » à Turkménistan en 1924, puis à l’indépendance en 1991, Tadjiks, Kirghizes, etc.), tant sont variées les situations dans lesquelles ils sont utilisés dans les sociétés de l’Asie centrale précoloniale.

2Toutes les sources, par exemple au XVIIIe siècle, locales, ottomanes et iraniennes, et à travers elles l’orientalisme occidental, ainsi que les sources russes utilisent massivement des termes tels qu’« ouzbek », « turkmène », « karakalpak », etc. Il n’existe cependant aucun ouvrage faisant le point sur les différentes valeurs qu’avaient ces termes sur le large spectre des situations sociales, politiques, religieuses ou économiques, sans oublier les centaines d’autres termes endogènes d’appartenance plus ou moins transmis jusqu’à aujourd’hui. Il n’existe pas non plus de synthèse présentant l’état de nos connaissances sur les processus de formation des appartenances en Asie centrale médiévale et moderne avant la conquête coloniale, puis la transformation de certaines d’entre elles en « nationalités » dans le système soviétique.

3Bien qu’il n’existe pas de telle somme, la question de l’identité est néanmoins au cœur des discours académiques et politiques endogènes ainsi que des représentations exogènes sur la région. De plus, il existe une énorme littérature sur les nationalités dans l’empire russe ou en URSS, mais elle a manifestement laissé de côté l’examen de la variation des emplois attestés dans l’histoire des noms de populations qui furent déclarées, ou reconnues comme des nations dans le système politique et juridique soviétique, sous la forme d’ethno-nations. Il y a également une grosse production soviétique sur l’ethno-genèse des peuples d’Asie centrale, où ces derniers sont vus comme des éléments immanents évoluant dans une histoire changeante. Enfin, la majorité des étudiants s’intéressant à l’Asie centrale fait le choix, de sujets d’anthropologie culturelle ou sociale. Il est donc indispensable de proposer des éclairages sur ce vaste problème de la fabrication historique et sociale des appartenances à la période précoloniale, ainsi que leur interprétation aux périodes soviétique et actuelle.

4En première partie, « Statuts politiques et sociaux dans les sources », on s’est d’abord plongé dans l’exploration des emplois des principaux termes qui ont servi dans l’histoire post-timouride de l’Asie centrale à désigner des communautés humaines dans différents registres : politique, économie, géographie. Beaucoup d’entre eux ont disparu des usages officiels au XXe siècle mais continuent d’être employés, soit pour se désigner soi-même, soit pour désigner les autres (comme tat, sarte, etc.).

5Ensuite, on a étudié les sources russes sur les sociétés et les populations de l’Asie centrale. Comme pour les sources précoloniales, ces documentations utilisent des termes dans des acceptions variées et qui leur sont souvent propres. Mais l’objectif du séminaire n’est pas de commenter l’évolution de notions comme « nation » et « nationalité » dans la culture politique de l’empire russe et de l’URSS mais bien de contribuer à l’histoire de l’Asie centrale en tant que telle, plus qu’à celle des systèmes monde auxquels elle a appartenu.

6En deuxième partie, « Constructions politiques et représentations identitaires contemporaines », on a donné un éclairage comparatif sur la fabrication de l’histoire, de l’ethnologie et de l’archéologie, fondements des lieux de mémoire nationale dans les cinq pays devenus indépendants en 1991.

7Le séminaire a souvent reçu la visite d’un historien kazakh, boursier Diderot, enseignant à l’université d’Aktiubinsk et chercheur à l’institut d’histoire d’Almaty, Monsieur R. Beknazarov. Je me suis rendu en novembre et en décembre à plusieurs colloques à Almaty, en particulier au premier colloque du tout nouvel Institut de l’étude du nomadisme, créé en à l’automne 2005 et dirigé par Monsieur Nurbulat Massanov, puis à Astana pour participer au cycle de formation doctorale en histoire et histoire des sciences politiques de l’Université L. Gumilev.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Fourniau, « Histoire de l’Asie centrale post-mongole », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 191-192.

Référence électronique

Vincent Fourniau, « Histoire de l’Asie centrale post-mongole », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18043

Haut de page

Auteur

Vincent Fourniau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals