Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire économique et sociale des campagnes (XVIIe-XXe siècle)

Gérard Béaur
p. 198-200

Texte intégral

Gérard Béaur, directeur d’études

Propriétés, stratégies familiales, changements économiques

1Le séminaire « Histoire économique et sociale des campagnes » était cette année encore axé sur la triple question de la propriété, des stratégies et des changements dans les sociétés et les économies rurales dans le temps long, et il s’est interrogé sur les liens pouvant être mis au jour entre les trois termes de cette formulation. Il a réuni autour de Gérard Béaur et des membres du GRHEC (Groupe de recherches pour l’histoire économique des campagnes), notamment Annie Antoine (Université Rennes-II), Jean-Michel Chevet (INRA), Jean Duma (Université Paris-X) et Nadine Vivier (Université du Maine), chercheurs, enseignants-chercheurs, ITA et étudiants intéressés par les développements d’une problématique renouvelée. Les séances ont été organisées en fonction de trois axes majeurs : la question des spécialisations et de la circulation, des progrès techniques, agronomiques et zootechniques, celle des marchés et du foncier, celle du progrès agricole et des acteurs de la croissance dans l’espace ibérique.

2Au cours de la séance inaugurale, Gérard Béaur a porté l’attention sur les « alternative cultures » assez délaissées jusque-là par l’historiographie, à la fois pour en pointer l’importance, pour insister sur le rôle-moteur des marchés comme vecteurs de leur essor et pour marquer leur dépendance à l’égard des cultures céréalières. Thierry Michel a envisagé la question centrale pour les économies anciennes des techniques de conservation des grains et des initiatives prises par agronomes et expérimentateurs. Daniel Roche a scruté avec précision les efforts et les hésitations des zootechniciens et des agronomes pour sélectionner et améliorer la qualité des chevaux dans l’Europe des XVIIIe-XIXe siècles. Enfin, Patrick Marchand a pu caractériser le système de transport public, les institutions et les acteurs qui le font fonctionner pendant l’Ancien Régime jusqu’à l’avènement du chemin de fer puis l’effacement du cheval dans un domaine où il a longtemps joué un rôle capital.

3Patrick Cerisier s’est employé à montrer la complexité de l’organisation des marchés dans une France du Nord confrontée à des flux céréaliers entre régions complémentaires et à une circulation plus ou moins bien contrôlée de part et d’autre de la frontière avec les Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle. Les questions abordées par Julien Demade, à travers le cas d’un village franconien du XVe siècle, visaient à mieux comprendre, encore une fois au niveau micro, avec un appareil statistique classique, les phénomènes spéculatifs dans les transactions sur les produits et les terres. L’usage de la temporalité dans l’exercice du prélèvement seigneurial avait pour résultat de maximiser le profit sur le marché des grains tandis que le marché de la terre fonctionnait de manière extrêmement fluide et se montrait particulièrement volatil. Zahia Soudani a entrepris de définir l’orientation des flux de la propriété foncière notamment entre indigènes et colons dans le Constantinois de l’entre-deux-guerres. Georg Fertig s’est appliqué à mettre en évidence les relations compliquées entre le marché de la terre et les cycles de vie, puis à examiner de manière critique la fonction des relations de parenté dans l’élaboration et dans le succès des stratégies familiales, en se portant sur le terrain micro-historique à partir de l’étude de trois villages de Westphalie au XIXe siècle. Enfin, Laurent Herment a analysé également au niveau micro, grâce à un corpus d’inventaires après décès, les stratégies d’épargne des petits exploitants de la région de Milly au XIXe siècle tout au long de leur cycle de vie.

4Francis Brumont s’est attaché à expliquer les inflexions conjoncturelles et le rôle des élites dans deux régions voisines mais fort différentes, la Vieille et la Nouvelle Castille aux XVIe et XVIIe siècles. Au cours de deux exposés complémentaires, Rui Santos a analysé la situation de l’Alentejo et de ses exploitants pour montrer la place des relations contractuelles. Il a insisté particulièrement sur le rôle des baux emphytéotiques dans l’évolution agricole d’une région, avant de mettre au jour la permanence des processus d’accumulation de la terre par les élites dans la longue durée entre le XVIIe et le XIXe siècle.

Publication

  • « En un débat douteux. Les communaux, quels enjeux dans la France des XVIIIe-XIXe siècles ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53-1, 2006, p. 89-114.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Béaur, « Histoire économique et sociale des campagnes (XVIIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 198-200.

Référence électronique

Gérard Béaur, « Histoire économique et sociale des campagnes (XVIIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18051

Haut de page

Auteur

Gérard Béaur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals