Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Le territoire : représentations géographiques et pratiques politiques

Marie-Vic Ozouf-Marignier, Jacques Brun et Daniel Nordman
p. 209-210

Texte intégral

Marie-Vic Ozouf-Marignier, directeur d’études avec Jacques Brun, professeur à l’Université Paris-I et Daniel Nordman, directeur de recherche au CNRS

L’espace français. Construction et représentations (XVIe-XXe siècle). Essai de comparaisons internationales

1Dans la suite des séminaires des années précédentes, plusieurs thèmes ont été abordés en 2005-2006. Une première série d’exposés a examiné le contenu de quelques notions géographiques fondamentales. Deux séances ont ainsi été consacrées aux questions de frontières : non pas les frontières continentales qui ont fait l’objet, ces dernières années, de nombreux travaux, mais les frontières maritimes, insuffisamment connues des historiens. Ont été étudiés simultanément les définitions conceptuelles et les aspects économiques, géopolitiques et culturels. Daniel Nordman a envisagé dans cette perspective « la Méditerranée comme frontière au XVIe siècle » entre la Chrétienté et l’Islam, l’empire des Habsbourg et l’Empire ottoman, l’Europe méditerranéenne et la « Barbarie », l’Espagne et la régence d’Alger. Renaud Morieux (Université de Reims) a analysé la pertinence de la notion de frontière dite naturelle à propos de la Manche. Il s’est interrogé sur la variété et les implications politiques des termes utilisés par les Français, par les Anglais et par les Européens en général, pour désigner ce que nous appelons Manche et mer du Nord. D’autre part, deux exposés ont envisagé, d’un point de vue historiographique et épistémologique, la notion de territoire (Marie-Vic Ozouf) et celle de réseau urbain (Jacques Brun).

2Une seconde série a compris des interventions sur les relations entre villes, régions et nations. Fernando Molina Aparicio (Université de Saint-Jacques-de-Compostelle) a présenté ses travaux sur la question basque au XIXe siècle, en s’attachant à montrer que l’entité basque tantôt a servi de ciment et de symbole de la nation espagnole, tantôt a été représentée comme une entrave à l’unité. Pour un autre moment, celui des mises en question récentes de l’État-nation, Dominique Rivière (Université Paris-XIII) a examiné les recompositions du jeu d’échelles entre villes, régions et nation italiennes, en analysant le rôle des acteurs institutionnels et sociaux dans le mouvement d’intégration européenne et de décentralisation.

3À peine amorcé l’an passé, le thème du paysage urbain a fait l’objet de plusieurs séances. On s’est attaché à élucider la notion, aujourd’hui devenue banale, de paysage urbain, à travers des approches historiographiques de l’école « classique » de géographie française (exposés de Jacques Brun et de Marie-Vic Ozouf) et des études de cas. S’appuyant sur des sources cartographiques et iconographiques, Paolo Militello (Université de Catane) a présenté les descriptions urbaines de la Sicile à l’âge moderne. Le paysage y apparaît comme une composante essentielle de l’identité et du prestige urbains. De son côté, Yasmina Boudjada, à partir de ses recherches de doctorat en cours, a proposé une analyse morphologique approfondie de plans de la ville de Constantine au XIXe siècle, qui traduisent les conceptions « paysagères » des architectes et des urbanistes à l’œuvre dans le renouvellement d’une ville occupée. S’intéressant à des contextes plus récents, deux exposés ont abordé les enjeux sociaux et politiques de la constitution du paysage urbain. Étudiée par Stéphane Valognes (Université de Caen), la rénovation des espaces industriels occupés à Caen par la Société Métallurgique de Normandie jusqu’en 1994 fait surgir des réactions mémorielles qui conduisent à une réécriture toponymique et architecturale de l’ancien site. Traitant des pratiques récentes de l’urbanisme à Beyrouth, Éric Verdeil (CNRS) a dépeint la mutation qui accompagne la fin de la période moderniste. À la fin des années 1990, en effet, le référentiel de la modernisation urbaine inclut les apports du paysagisme, la préservation du patrimoine et la protection de l’environnement, selon des conceptions importées d’Europe et d’outre-Atlantique. Organisée en collaboration avec Frédéric Pousin et Hélène Jannière (CNRS-LADYSS), une journée d’étude, enfin, a porté sur la diversité et la spécificité des approches disciplinaires et des pratiques professionnelles impliquées dans la reconnaissance du paysage urbain (« Le paysage urbain : approches disciplinaires comparées », 24 mars 2006). Ces différentes contributions ont montré que, loin des fausses évidences, la notion de paysage urbain est singulièrement complexe, labile selon les contextes historiques, géographiques et savants dans lesquels elle est mobilisée. Elles invitent à poursuivre les investigations sur ce thème au cours de la prochaine année de séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Vic Ozouf-Marignier, Jacques Brun et Daniel Nordman, « Le territoire : représentations géographiques et pratiques politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 209-210.

Référence électronique

Marie-Vic Ozouf-Marignier, Jacques Brun et Daniel Nordman, « Le territoire : représentations géographiques et pratiques politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18057

Haut de page

Auteurs

Marie-Vic Ozouf-Marignier

Articles du même auteur

Jacques Brun

Articles du même auteur

Daniel Nordman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals