Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Travail et industrie dans l’Europe méditerranéenne

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin
p. 213-214

Texte intégral

Mathieu Arnoux, directeur d’études
Jacques Bottin, directeur de recherche au CNRS

1Consacré à diverses formes de marché dans l’Europe de la première modernité, le séminaire a fait alterner exposés généraux et études de document. Deux séances ont été consacrées au crédit commercial et au change, attirant l’attention sur l’intérêt d’une approche articulée de ces phénomènes à partir des comptabilités marchandes. Une conférence de Luca Molà (Warwick, enseignant invité) a posé en termes de marché le problème de l’inventeur dans l’Europe du XVIe siècle, montrant comment l’institution des privilèges d’inventions dans le cadre d’états régionaux permit l’établissement à l’échelle de l’Europe d’une protection des procédés nouveaux, donnant naissance à un marché global de l’innovation dont on sait le rôle dans la Révolution industrielle. Deux autres exposés ont proposé une approche régionale, l’un consacré aux procédures de coordination des marchés céréaliers de la région de Rouen (XIIe et XIIIe siècles), par Isabelle Theiller (docteur en histoire, Paris-VII), l’autre aux relations d’un centre économique moyen, la ville de Trévise, dans la terre ferme vénitienne (XVe siècle), par Matthieu Scherman (doctorant Paris-VII et Venise Cà Foscari). Dans les deux cas, l’approche par les sources dans un cadre spatial reconstruit permet de passer de l’observation ponctuelle à l’analyse des réseaux et des dynamiques d’intégration. Une moitié du séminaire a été consacrée à un document bien connu, mais rarement lu dans une perspective économique, le Journal de Gilles de Gouberville. Ce « Journal des mises et receptes », dans lequel ce gentilhomme du Cotentin a également consigné ses occupations journalières entre 1549 et 1557 est traditionnellement lu comme un document d’histoire sociale, révélateur d’une microsociété fermée au monde moderne, fourmille d’informations révélatrices d’une société extravertie et monétarisée, ouverte sur un espace maritime qui mène aussi bien vers l’Angleterre, que vers la Méditerranée, dont les denrées se vendent à Cherbourg, ou l’Amérique, où se rendent de nombreux jeunes gens du Cotentin. De même, l’étude des notations sur les textiles met en évidence l’intégration du nord Cotentin à un espace de production toilier étroitement lié à l’économie rouennaise, mais aussi à la région drapière parisienne. Dans un cas comme dans l’autre, le seigneur du Mesnil-au-Val apparaît impliqué, à la fois comme client et comme intermédiaire associé à des fabricants et négociants rouennais ou parisiens. Trois approches plus spécifiques ont été présentées, l’une sur l’économie du cheval, si importante dans le Journal, par Daniel Roche (Collège de France), l’autre, présentée par Marcel Roupsard (Université de Caen), sur les exploitations agricoles de Gilles, dont l’étude révèle l’attention aux problèmes agronomiques, à la valorisation des terres et aux marchés des produits (bétail en particulier). La place des femmes dans le Journal a fait l’objet d’un exposé de Nicole Dufournaud (doctorante), qui a confirmé aussi bien leur complète intégration dans une société fortement monétarisée que la variété de leurs rôles et fonctions, de leur implication dans la production textile à leur place essentielle dans de nombreux commerces. Au total, les séances consacrées à ce document ont démenti bien des clichés sur l’aspect « traditionnelle » d’une société bocagère vouée à l’Immobilité et confirmé la nécessité de replacer cette source, comme les autres, dans son espace pertinent, qui ne saurait en aucun cas être une variante du cadre national.

Publications

  • Avec C. Bourlet et J. Hayez, « Lettres parisiennes du Carteggio Datini. Première approche du dossier », dans Mélanges de l’École française de Rome (Moyen Âge), t. 117-1, 2005, p. 193-222.
  • Avec I. Theiller, « Les marchés comme lieux et enjeux de pouvoir en Normandie (XIe-XVe siècle) », dans Les lieux de pouvoir en Normandie et sur ses marges, sous la dir. de A.-M. Flambard-Héricher, Caen, Publications du CRAHM, 2006, p. 53-70.
  • Avec J. Bottin, « La Manche, frontière, marché ou espace de production ? Fonctions économiques et évolution d’un espace maritime (XIVe-XVIIIe siècles) », dans Richezza del Mare, richezza dal mare (secc. XIII-XVIII), S. Cavaciocchi (éd.), Florence (Atti della « trentasettesima settimana di studi del’Istituto Datini), 2006, p. 875-905.
  • « Travail, redistribution et construction des espaces économiques (XIe-XVe siècles) », Revive de synthèse, 2006/2, p. 273-298.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Travail et industrie dans l’Europe méditerranéenne », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 213-214.

Référence électronique

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Travail et industrie dans l’Europe méditerranéenne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18064

Haut de page

Auteurs

Mathieu Arnoux

Articles du même auteur

Jacques Bottin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals