Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la famille

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Lucia Carie, Mary Louise Nagata et Mario Boleda
p. 219-221

Texte intégral

Antoinette Fauve-Chamoux, maître de conférences
Marie-Pierre Arrizabalaga, Lucia Carie et Mary Louise Nagata avec Mario Boleda, professeur à l’Université nationale de Salta (Argentine)

Pouvoirs et dépendances au sein de la famille : perspectives comparatives (XVIe-XXe siècle)

1Dans une optique largement comparative et sur la longue durée, nous cherchons à mettre en évidence les interactions entre d’une part le changement social et d’autre part les stratégies individuelles et collectives en termes de comportement de reproduction socio-économique et de choix de vie ultérieure. On étudie, par exemple, comment l’autorité du chef de famille se transfère après son décès et d’une génération à l’autre (à la veuve, au tuteur, au fils, etc.), comment et à quel niveau les conflits familiaux étaient résolus et les rôles respectifs joués par les réseaux de parenté, les communautés et l’État. Sont examinées les formes de l’autorité paternelle et maternelle sur les familles et les membres de la maisonnée, les différentes juridictions et les pratiques morales et coutumières concernant le pouvoir et l’autorité du chef de famille (homme ou femme) sur les membres du ménage, y compris les domestiques, cherchant à définir quels sont les devoirs et obligations de chacun.

2Sarah Pech a abordé par exemple les spécificités du travail des femmes, à travers le service domestique à Madrid au XVIIIe siècle, ville capitale où les servantes étaient souvent mariées, contrairement aux autres grandes villes d’Europe de l’époque où le service domestique se trouvait au contraire assuré en très grande majorité par de jeunes femmes célibataires, dépendantes de leur maître, et pour qui cette occupation formatrice et assez lucrative précédait le temps du mariage.

3Llorenc Ferrer, professeur à l’Université de Barcelone, a présenté ses plus récents travaux sur le système d’héritage inégalitaire en Catalogne, en replaçant ces usages de transmission familiale à héritier privilégié dans le contexte des différentes régions d’Espagne. Marie-Pierre Arrizabalaga, professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, a analysé la situation particulière des célibataires, hommes et femmes, dans les Pyrénées au XIXe siècle, à travers le cas basque, liant leur condition et leurs contraintes de vie avec les modèles migratoires de l’époque et les spécificités du marché du travail féminin. Avec Lucia Carle, Professeur à l’Université de Florence, nous avons étudié plus précisément l’organisation interne des familles produisant la céramique d’Esté, et les modèles de transmission et de reproduction de ces entreprises familiales, partie intégrante d’un réseau commercial européen depuis le XIXe siècle.

4Simone Geoffroy-Poisson, du Centre de recherches historiques de l’EHESS/CNRS, à travers un corpus inédit de procès criminels de la région parisienne, a présenté ses dernières recherches sur l’infanticide au XIXe siècle, considéré alors comme un crime portant atteinte aux fondements même de la famille. Ludmila Fialova, professeur de démographie à l’Université Charles de Prague, République Tchèque, a présenté les modèles actuels de mariage pour l’ensemble de la République Tchèque et les changements profonds intervenus dans la reproduction familiale depuis la chute du communisme. La disparition d’un grand nombre de formes d’aide sociale jusque-là quasi gratuite et la fréquence du chômage posent de graves problèmes aux jeunes conjoints.

5Claudia Contente, chercheur au CERMA, s’appuyant sur un grand nombre de généalogies familiales et de riches archives notariales et foncières, a expliqué, pour sa part, les formes de stratégies matrimoniales et l’Importance du patrimoine foncier au Rio de la Plata pendant le XIXe siècle. Isabel Moll, professeur à l’Université des îles Baléares, a aussi retracé les complexes modèles de reproduction familiale depuis le XVIIIe siècle dans le milieu social de Palma de Majorque.

6Sally Bould, sociologue, professeur à l’Université de Delaware, États-Unis, a expliqué le drame actuel rencontré par les femmes qui travaillent à plein-temps au Bangladesh lorsqu’elles ne peuvent plus recourir comme autrefois à l’aide de la parenté pour veiller sur leurs enfants en bas âge ou que leurs activités professionnelles ne leur permettent plus de nos jours de garder les plus petits auprès d’elles.

7Mary Louise Nagata, professeur à Francis Marion Université et chercheur associée au CRH/EHESS, a expliqué les modèles d’alliance et de cohabitation dans le milieu marchand de la ville de Kyoto sous les Tokugawa. Elle fit apparaître la complexité des liens familiaux et mit en évidence certaines stratégies de reproduction qui mettent en jeu de jeunes enfants au cours même de leur apprentissage, en les plaçant à la tête de ménages plus ou moins satellites. Ces modes de transmission des biens familiaux tiennent au fond compte de tous les héritiers, tout en favorisant celle ou celui qui est jugé le plus apte à assurer la continuité du lignage et la prospérité de la maison – « ie » – japonaise. Le choix d’un successeur n’est pas seulement l’affaire du chef de famille : l’enfant choisi doit montrer ses capacités dès son plus jeune âge et rencontrer ensuite l’agrément de la communauté de quartier, avec celui du réseau familial.

8Emiko Ochiai, professeur à l’Université de Kyoto, a présenté les plus importants acquis récents concernant l’histoire de la famille rurale japonaise, résumant les modèles régionaux de reproduction, depuis le XVIIe siècle, mis en évidence par les travaux des historiens et sociologues. Elle a commenté les résultats des ouvrages publiés récemment dans ce domaine, et évoqué enfin les grandes lignes des transformations majeures intervenues dans les modèles familiaux depuis la Seconde Guerre mondiale.

Publication

  • Avec R. Wall, « Introduction » dans « Domestic servants in comparative perspective », A. Fauve-Chamoux et R. Wall (éds), The History of the family : an International quarterly, n° sp., 10, 4, 2005, p. 345-354.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Lucia Carie, Mary Louise Nagata et Mario Boleda, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 219-221.

Référence électronique

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Lucia Carie, Mary Louise Nagata et Mario Boleda, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18071

Haut de page

Auteurs

Antoinette Fauve-Chamoux

Articles du même auteur

Marie-Pierre Arrizabalaga

Articles du même auteur

Lucia Carie

Articles du même auteur

Mary Louise Nagata

Articles du même auteur

Mario Boleda

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals