Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés

Nancy L. Green
p. 230-232

Texte intégral

Nancy L. Green, directrice d’études

L’histoire comparée et les migrations contemporaines

1En continuant d’interroger le champ des migrations quant aux classes sociales – travailleurs immigrés, migrations d’élites – et à travers l’espace, nous avons tenu à distinguer le temps des chercheurs de celui des temporalités étudiées. L’ancrage historiographique forme souvent l’arrière-fond de la recherche (encensant à tour de rôle assimilation, diversité, intégration...). Mais quelle durée et quelle génération choisir pour l’analyse, et quelles en sont les implications ?

2Les séjours pour des périodes plus ou moins longues de riches rentiers (« L’élite voyageuse », Joanne Vajda, École d’architecture de Paris-La Villette), d’hommes d’affaires (Green), ou d’étudiants à Paris au XIXe siècle (Pierre Moulinier, auteur de La naissance de l’étudiant moderne), quels impacts ont-ils sur les acteurs ainsi que sur la diffusion de « modèles » ou la métamorphose de l’espace urbain (Vajda) ? Autre sujet, trop peu analysé, celui des retours (Mônica Raisa Schpun, Centre de recherche sur le Brésil contemporain), pose également la question de l’impact de la durée du séjour et de la difficulté méthodologique à séparer immigrés temporaires et permanents.

3Nous sommes revenus sur la méthode comparative, tout d’abord en utilisant Tocqueville (De la démocratie en Amérique), afin de réviser la comparaison « tocquevillienne » qui souligne la différence entre la France et les États-Unis au sujet de la vie associative. L’histoire sociale des immigrés permet de mieux comprendre plutôt une similitude à cet égard dans les deux pays (Green, à paraître). De même, une comparaison entre mémoires et musées en France et aux États-Unis (la Cité nationale de l’histoire de l’immigration [CNHI], le musée d’Ellis Island) montre les usages changeants de l’histoire sociale (Green, à paraître). L’étude du récent livre de Nancy Foner (In a new land : a comparative history of immigration) a permis d’interroger les questions de fond comme de méthode, tandis que des exposés nous ont amené vers les provinces françaises. Le récent livre de Ronald Hubscher (Université de Paris-X, L’immigration dans les campagnes françaises) et les travaux de Mary Lewis (Université Harvard) sur les immigrés à Marseille et à Lyon dans l’entre-deux-guerres nous ont permis de sortir de Paris et de voir comment différents groupes (travailleurs immigrés, coloniaux ou européens, réfugiés russes ou arméniens) ont navigué entre inclusion et exclusion, entre lois et pratiques.

4En effet, l’État n’est jamais absent, que ce soit au niveau municipal ou national. Alexis Spire (CNRS, Étrangers à la carte) et Hernán Otero (Universidad nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires, Tandil) ont montré à la fois la perception des immigrés par les autorités (les administrateurs de l’État français pour Spire ; les statistiques argentines pour Otero) et comment ces constructions ont un impact sur l’accueil. Tandis que Spire montre une certaine autonomie pour des fonctionnaires, Otero souligne les limites des définitions statistiques. Dans les deux cas, comme dans mes propres travaux sur la catégorie « d’expatriés » aux États-Unis, c’est une image de la nation qui se construit à travers les immigrés/émigrés.

5Enfin, les comparaisons et les liens entre pays d’installation et pays d’origine rejoignent des débats en cours sur le « transnationalisme », question importante pour les études migratoires. Le transnationalisme était au cœur des interrogations de Monika Salzbrunn (CRIA/CNRS) sur les pratiques politiques de migrants sénégalais entre Dakar, Paris, et New York, ainsi que d’Ulrike Schuerkens sur les migrations et le développement aux pays d’origine.

6Bon nombre de ces thèmes ont été présentés au cours de l’année dans des colloques : à Tokyo, à Liège, à Addis-Abeba (en tant que visiting professor du 6-11 février 2006), à Tunis et au congrès annuel de l’Organization of American Historians (Washington, DC). Nous avons participé à l’organisation d’un colloque international « Histoire, genre, et migration » et du projet européen « Global Migration History » (avec un premier colloque aux Pays-Bas) ainsi qu’aux travaux du Comité d’histoire de la CNHI. L’année a été bouleversée par les mouvements sociaux, dont nous avons fait part dans une conférence à l’European social science history conference à Amsterdam et au cours des débats organisés par les étudiants de l’EHESS.

Publications

  • « Time and the Study of Assimilation », Rethinking history, 10, 2, juin 2006, p. 239-258.
  • « Religion et ethnicité : De la comparaison spatiale et temporelle », dans Les Codes de la différence, sous la dir. de R. Kastoryano, Paris, Presses de la FNSP, 2005, p. 67-88.
  • Avec E. Berenson, « The Society for French Historical Studies : The Early Years », French historical studies, 28, 4, automne 2005, p. 579-600.
  • Avec E. Berenson, « Quand l’oncle Sam ausculte l’Hexagone : Les historiens américains et l’histoire de la France », Vingtième siècle, 88, octobre-décembre 2005, p. 121-131.
  • « From downtown tenements to midtown lofts : The shifting geography of an urban industry », dans A Coat of many colors : immigration, globalization and reform in New York City’s Garment industry, sous la dir. de D. Soyer, New York, Fordham University Press, 2005, p. 27-43.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy L. Green, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 230-232.

Référence électronique

Nancy L. Green, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18081

Haut de page

Auteur

Nancy L. Green

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals