Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé et Dinah Ribard
p. 237-238

Texte intégral

Christian Jouhaud, directeur d’études
Jean-Pierre Cavaillé, Dinah Ribard, maîtres de conférences

Écriture et action (XVIe-XIXe siècle)

1Notre travail sur la question des rapports entre écriture et action commence à approcher du moment où il pourra donner naissance à un livre collectif. Dans cette perspective, nous avons voulu d’une part poursuivre la réflexion sur les préalables théoriques à un rapprochement conséquent de la notion d’action et de l’observation de pratiques d’écritures clairement situées et, d’autre part, multiplier ces points d’observation. À cette fin, l’éventail des objets choisis a été largement ouvert. On peut toutefois distinguer deux séries de séances dans le déroulement du séminaire, par ailleurs perturbé par les grèves étudiantes de mars et avril. Les unes ont été consacrées au croisement d’un questionnement sur une possible typologie des textes d’action et d’une interrogation sur les postures d’écriture prises dans l’action par différents types d’acteurs sociaux. Les autres l’ont été à des auteurs du XVIIe siècle regardés du point de vue de la problématique écriture et action.

2De la première catégorie relèvent les interventions centrées sur des écrits – publiés ou non, imprimés ou manuscrits – qui ont en commun de prendre sens dans l’action qu’ils permettent de saisir. Les libelles en sont un exemple net (Héloïse Hermant sur les guerres de plume en Espagne à l’époque de la régence de Charles II). Mais bien d’autres écrits peuvent être abordés dans cette perspective (les « écrits paysans » étudiés par Dinah Ribard et Nicolas Schapira, les collections de procès constituées au XVIIe siècle étudiées par Hélène Fernandez). Les correspondances, parfois secrètes, parfois reproduites ou même publiées, racontent des actions et interviennent dans leur progression comme dans leur mise en mémoire (Jean-Pierre Cavaillé sur l’attentat commis à Rome contre J.-J. Bouchard, Filippo de Vivo sur les relazioni des ambassadeurs vénitiens, Xenia von Tippelskirch et l’équipe qu’elle a commencé à rassembler pour travailler sur les rapports entre radicalisme religieux et radicalisme politique sur la correspondance d’action de la spirituelle Mectilde du Saint-Sacrement). Jusqu’à la rature comme action d’écriture – à l’autre extrémité par rapport aux libelles sur l’échelle des rapports de l’action d’écrire à la publication – saisie et analysée sur deux objets aussi différents que les Pensées de Pascal et les registres de l’Académie de peinture par Alain Cantillon et Alain viala.

3La seconde série de séminaires a été ouverte par une mise au point d’Alain Brunn sur La Rochefoucauld et l’action d’écriture, suivie par deux séances sur le cardinal de Retz (Jean-Pierre Cavaillé, Laurence Giavarini, Dinah Ribard, Nicolas Schapira), une séance sur Corneille (Sylvaine Guyot), une autre sur Bossuet prédicateur (Cinthia Méli), une enfin sur Charles Coypeau Dassoucy (Guy Catusse). Par ailleurs, le séminaire du Grihl s’est associé, cette année encore, pour deux séances avec celui de Pierre-Antoine Fabre, afin de rouvrir le dossier des Provinciales de Pascal du point de vue des rapports entre écriture et action (Alain Cantillon, Pierre-Antoine Fabre, Jean-Pascal Gay, Dinah Ribard).

4La collaboration avec le séminaire de Pierre-Antoine Fabre s’est en outre prolongée par une séance où a été accueillie l’équipe qui a assuré la réédition de l’Histoire littéraire du sentiment religieux de l’abbé Bremond pour une réflexion commune sur et autour de ce travail (Christian Jouhaud). Le Grihl a d’autre part accueilli quatre exposés d’invités : Jean-Luc Chappey sur les stratégies sociales et narratives dans l’écriture d’une histoire de la Révolution française, Patricia Toboul sur la pédagogie de Fénelon et les arts du dessin, Laurence Fontaine sur Shakespeare et les cultures de l’échange dans l’Europe moderne, Bruna Filippi sur les usages et les fonctions des emblèmes d’Alciato.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé et Dinah Ribard, « Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 237-238.

Référence électronique

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé et Dinah Ribard, « Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18085

Haut de page

Auteurs

Christian Jouhaud

Articles du même auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Dinah Ribard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals