Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Figures patrimoniales de la puissance publique dans la France d’Ancien Régime

Fanny Cosandey et Frédéric Audren
p. 248-249

Texte intégral

Fanny Cosandey, maître de conférences
Frédéric Audren, Faculté de droit de Dijon

Modernités politiques ou genèse de l’État ? Regards croisés sur la France d’Ancien Régime

1En croisant les approches d’historiens et de juristes, le séminaire s’est organisé autour de plusieurs thèmes. Dans les deux premières séances, il s’est agi d’analyser la modernité politique en posant d’un côté le problème d’une théorie juridique qui développait les bases du « domaine public » et de l’autre celui des lois fondamentales qui renforçait la dimension patrimoniale du pouvoir monarchique. Cette double caractéristique de la royauté française amenait à réinterroger le concept d’« État moderne » dans sa profondeur historiographique en discutant les analyses proposées par l’histoire du droit et par l’histoire du politique. Une troisième séance a alors été consacrée à la notion de souveraineté, en particulier à la façon de la comprendre dans la longue durée et dans la rupture provoquée par la publication de la République de Bodin (1576). Puis trois séries de séances ont abordé successivement la question du service au prince ou à la couronne ; la question des institutions ; enfin celle du cérémonial, de l’Ancien Régime à l’époque contemporaine. Dans la première série de séances, Robert Descimon a développé la notion de dignité rattachée à l’office, Christophe Blanquie a abordé la façon de vivre son office aux XVIIe-XVIIIe siècles et, pour donner un contrepoint, Oliver Baruch a présenté le fonctionnaire à l’époque contemporaine ainsi que les difficultés inhérentes à l’histoire de l’État dans ces temps plus récents. Il s’agissait de réfléchir sur nos pratiques d’historiens au regard des sources, des structures institutionnelles spécifiques et de la conception même du service et de la fonction que la Révolution bouleverse profondément en supprimant le modèle proprement dynastique. Dans la seconde série de séances, la question de l’institution a d’abord été posée d’un point de vue théorique par Alain Guéry, qui a souligné les ambiguïtés que comporte l’utilisation du concept dans les sciences sociales. Puis Pierre Bonin en a proposé une analyse à travers l’exemple de la régence dans sa conception juridique et dans son application pratique. C’est alors tout le problème d’une approche de la monarchie d’Ancien Régime comme construction institutionnelle ou non qui a été soulevé et longuement discuté. Ce problème a été repris dans la dernière série de séances consacrée au cérémonial, dans sa dimension moderne, contemporaine et anthropologique. Pierre-Yves Baudot est venu présenter ses travaux sur les funérailles des présidents de la République et Nicolas Mariot sur les voyages présidentiels. À travers ces deux exposés, c’est la réflexion sur le travail mené par les historiens de l’Ancien Régime à propos des cérémonies monarchiques qui a été développée : l’abondance des sources à l’époque contemporaine, la capacité à croiser discours officiels et réception du public, l’analyse du comportement de la foule, sont autant d’éléments dont les modernistes sont relativement privés et qui modifient pourtant considérablement les conclusions sur la portée et l’efficacité de tels événements. C’est alors la difficulté à faire concorder les deux types d’analyses et, au-delà, à accorder les différentes approches historiques, juridiques et anthropologiques sur ce que l’on entend à travers l’expression « d’État moderne » qui a animé le débat des dernières séances.

Publications

  • « Sucesión, maternidad y legado », dans La Reina Isabel y las reinas de Espana : realidad, modelos e imagen historiogaphica, M. V. Lopez-Cordon et G. Franco (éds), Madrid, Fondacion Española de Historia Moderna, 2005, p. 485-496.
  • « Les femmes en monarchie : présence féminine et construction monarchique », Les femmes dans la société médiévale et moderne, dans P. Mane, F. Piponnier, M. Wilska, M. Piber-Zbieranowska (éds), Varsovie, Institut d’histoire, Académie polonaise des Sciences, 2005, p. 79-96.
  • « La maîtresse de nos biens. Pouvoir féminin et puissance dynastique dans la monarchie d’Ancien Régime », Historical Reflections/Réflexions historiques, 32/2, été 2006, p. 381-401.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Cosandey et Frédéric Audren, « Figures patrimoniales de la puissance publique dans la France d’Ancien Régime », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 248-249.

Référence électronique

Fanny Cosandey et Frédéric Audren, « Figures patrimoniales de la puissance publique dans la France d’Ancien Régime », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18092

Haut de page

Auteurs

Fanny Cosandey

Articles du même auteur

Frédéric Audren

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals