Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle

Jean Boutier
p. 272-274

Texte intégral

Jean Boutier, directeur d’études

1L’introduction du master dans le cursus de l’École a conduit cette année à réaménager provisoirement le séminaire. Une part a été prise par la formation des étudiants de Master 1 aux méthodes et aux outils, tant intellectuels que techniques, dont la maîtrise est indispensable à la recherche en histoire. Une partie du séminaire a ainsi été consacrée à une série d’exposés de synthèses consacrés à des notions comme « archives », « sources », « critique historique », « comparaison », « interprétation » ou « échelles d’analyse ». Ces séminaires ont articulé une initiation formelle à la pratique historienne, des lectures de textes fondamentaux et des examens critiques de recherches en cours en histoire socioculturelle de l’Europe moderne. Ces séminaires ont été suivis d’un atelier consacré au travail en archives, réalisé en partie aux Archives de la ville de Marseille.

2Ces séances se sont ainsi ajoutées à celles consacrées traditionnellement aux « Problèmes de méthode et débats historiographiques », coordonnées avec Jacques Revel, et qui ont été consacrées à l’analyse des formes et de l’exercice du pouvoir (interventions, en plus de celles des coordinateurs, d’Alain Dewerpe, Robert Descimon et Yves Cohen).

3Le séminaire proprement dit a poursuivi l’étude des formes de la communication savante dans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècle. L’accent a été mis cette année sur le renouveau historiographique qui a conduit au retour en force de la notion de « République des Lettres », une représentation élaborée, dans sa forme la plus achevée, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle. L’engouement actuel qu’elle suscite appelle en effet à une analyse approfondie de cette construction historiographique qui s’est affirmée, en peu d’année, comme une conceptualisation inévitable. En fait, un premier examen très englobant montre rapidement la diversité des usages et des enjeux que recouvre cette « République des Lettres » : espace humaniste affirmé à partir d’une « république » chrétienne, qui tente de se maintenir par-delà les ruptures religieuses du XVIe siècle, affirmation d’une communauté savante marquée par l’hétérogénéité des objets, des théories et des méthodes, au moment où émerge la « philosophie naturelle », constitution d’une sphère critique marquée par l’anti-absolutisme, cosmopolitisme des Lumières appuyé sur les réseaux européens des académies, des journaux et des loges, la « République des Lettres » s’est d’autant plus diffusée qu’elle ne renvoie pas à une unique réalité historique clairement reconnue et identifiée. À partir des travaux les plus récents (H. Bots, F. Waquet, A. Golgar, D. Goodman, H. Jaumann, M. Fumarolli, P. Miller, ...), il apparaît clairement comment la « République des Lettres » sert à présenter, de façon contradictoire, les modes d’intervention de ceux qui font profession d’activité intellectuelle, à partir des débats les plus contemporains sur le rôle de l’intellectuel dans nos sociétés contemporaines. Le séminaire a finalement tenté de cerner ce que pourrait apporter l’approche de la « République des Lettres » considérée comme une « société virtuelle ».

4Divers séminaires et interventions consacrés à des travaux d’histoire comparée de l’Europe ont été présentés à l’Université de Rome-La Sapienza (décembre), à l’Institut universitaire Européen (janvier), à l’Université de Florence (février), à l’Académie royale de Belgique (février), à l’Université d’Avignon et à l’Université de Bari (mai), à l’Université de Naples (juin).

Publications

  • Atlas de l’Histoire de France, 2. La France moderne, XVIe-XIXe siècle, Paris, Autrement, 2006, 96 p.
  • Avec B. Marin et A. Romano (éds), Rome, Naples, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (XVIIe-XVIIIe siècles), Rome, collection de l’École Française de Rome (n° 355), 2005, 852 p.
  • Avec B. Marin et A. Romano, « Les milieux intellectuels italiens comme problème historique : une enquête collective », dans Rome, Naples, Florence..., p. 1-31.
  • Avec M. P. Paoli, « Letterati cittadini e principe filosofi. I milieux intellettuali fiorentini tra Cinque et Settecento », dans Rome, Naples, Florence..., p. 331-403.
  • « Les membres des académies florentines à l’époque moderne. La sociabilité intellectuelle à l’épreuve du statut et des compétences », dans Rome, Naples, Florence..., p. 405-443.
  • Avec M. Caffiero, B. Marin, A. Romano, « Perspectives : Naples, Rome, Florence en parallèle », dans Rome, Naples, Florence..., p. 651-673.
  • « Les formes et l’exercice du pouvoir. Remarques sur l’historiographie récente de la Toscane à l’époque des Médicis (XVIe-XVIIe siècles) », dans La Toscana in età moderna (Secoli XVI-XVIII). Politica, istituzioni, società : studi recenti e prospettive di ricerca. Atti del convegno, Arezzo, 12-13 ottobre 2000, M. Ascheri et A. Contini (éds), Florence, Olschki, 2005, p. 1-58.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 272-274.

Référence électronique

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18116

Haut de page

Auteur

Jean Boutier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals