Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

État et sciences sociales

Morgane Labbé
p. 281-282

Texte intégral

Morgane Labbé, maîtresse de conférences

Administration, sciences de l’État et construction de la nation en Europe centrale (du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale)

1Le séminaire avait comme objectif d’introduire les étudiants à travailler sur les rapports entre la formation de savoirs empiriques aux XVIIIe et XIXe siècles qui avaient comme objet l’État et la population, et des politiques, que ces savoirs orientaient. L’espace de l’Europe centrale, et en particulier l’espace germanique qui fut ici considéré, nous ont apporté autant d’exemples incitant à quitter les raisonnements déterministes, qui, partant de l’essor de l’expertise au XXe siècle vont chercher dans les siècles précédents des prémices, voire des origines à ces activités. Les premières séances du séminaire étaient destinées à présenter les configurations socioculturelles et politiques dans lesquelles s’insèrent des savoirs comme la statistique, pour effacer tout schéma de continuité. Dans un second temps, on est revenu néanmoins sur la rupture, posée habituellement entre les traditions des XVIIIe et XIXe siècles, en l’occurrence pour la statistique, entre une tradition des Lumières narrative fortement ancrée dans une approche descriptive du présent, et la tradition quantitative et inférentielle, du siècle suivant. La première moitié du XIXe siècle, période souvent négligée, a été étudiée comme une période de transition, en prenant en compte la diversité des acteurs entre lesquels se jouaient des concurrences et des rapports de force autour de deux modèles de savoirs gouvernementaux, ainsi que la pluralité des lieux (universités, administrations locales, bureau de statistique, instances supra-étatiques, sociétés savantes, etc.) où s’élaboraient des expériences pratiques avec des chiffres.

2La seconde partie du séminaire s’est appuyée sur des cas empiriques, ceux des savoirs ayant comme objet spécifique, la nationalité. On s’est intéressée à la manière dont les faits de nationalité, sollicités par les enjeux autour de la construction des États nationaux, ont été construits par diverses traditions savantes, notamment la cartographie et la statistique. Le point focal de la recherche exposée, qui fut objet d’interventions dans d’autres séminaires (séminaire d’Esopp), visait à restituer le contexte dans lequel les faits de nationalités ont été, dans la seconde moitié du XIXe siècle, construits comme des faits de population, objets de quantification et de calcul. On a défini cette approche comme démographique, parce qu’elle ne proposait pas seulement de quantifier des nationalités en leur attribuant une grandeur statistique, un nombre, mais les envisageait comme des collectifs qui se reproduisent selon une dynamique interne, sous les facteurs que sont, principalement pour ces penseurs statisticiens, la natalité et la mortalité. On a montré que cette vue se substituait au schéma antérieur dominant, qui les étudiait comme des faits linguistiques, détachés des populations, mais aussi selon une temporalité différente de celle de la démographie : temporalité historique pour les premières approches conduisant à l’établissement de narrations historiques explicatives ; approche, au contraire, séparée de l’histoire pour la démographie, mais aussi du cadre caméraliste traditionnel qui enracinait la statistique dans le présent des descriptions. En s’appropriant le changement temporel comme objet de mesure, ce n’est pas seulement la recherche des causes, qui devint possible, mais aussi la prévision. Là encore, il importait d’introduire les étudiants à éviter toute vue finaliste et linéaire, et à prendre en compte la pluralité et la localité des expériences. Face à un paysage épistémologique fractionné, et à l’hétérogénéité des pratiques mises en évidence, on s’est intéressé à des événements, comme celui de 1848, qui ont été alors les moments mettant en relation des expériences dispersées et locales et permettant à ces pratiques de se cristalliser dans des formes générales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgane Labbé, « État et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 281-282.

Référence électronique

Morgane Labbé, « État et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18124

Haut de page

Auteur

Morgane Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals