Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

La construction impériale hispanique dans l’espace atlantique, XVIe-XIXe siècle

Jean-Paul Zuñiga
p. 284-286

Texte intégral

Jean-Paul Zuñiga, maître de conférences

1Pour cette première « année » (les séances ont débuté en janvier) le séminaire a tenté de mettre en perspective la question de l’appartenance dans le monde ibérique à travers deux approches, l’une synchronique et l’autre diachronique.

2Synchronique tout d’abord, car il s’agissait de s’interroger sur l’usage social des concepts et sur les pratiques dans les différents contextes étudiés.

3Après avoir discuté les notions d’appartenance et d’« identité » d’un point de vue méthodologique, nous avons passé en revue, à partir de la synthèse proposée en 2000 par Alvarez Junco, l’historiographie générale sur cette question appliquée au monde hispanique.

4Dans un premier temps, il s’est agi de comprendre ce que l’appartenance veut dire dans les sociétés d’Ancien Régime, notion que nous avons tenté d’aborder, dépassant la référence habituelle aux travaux d’Anderson, de manière plurielle. Plusieurs séances ont ainsi été consacrées – à travers les parutions récentes dans le domaine – à l’architecture de l’Empire, à la notion de « naturalité » et à celle de sujétion au sein de la monarchie catholique, en essayant de déterminer les manières d’appréhender ces différentes formes de définition/identification dans le cadre européen (aussi bien dans les royaumes ibériques que non ibériques du monarque de Castille).

5La question de l’orthodoxie religieuse, centrale à l’époque étudiée, a retenu particulièrement l’analyse. En prenant comme point de départ la synthèse classique d’Albert Sicroff sur la controverse autour des statuts de pureté de sang, il s’est agi de considérer les racines théologiques de cette forme particulière de définition de la communauté, les traditions culturelles dans lesquelles elle puise et la complexité des enjeux (exclusion, instrumentalisation, voire élément de subversion de l’ordre établi) qu’elle sous-entend. Ces questions ont été étudiées en confrontant des dossiers documentaires à un examen critique des interprétations contemporaines les plus communément reçues. Nous nous sommes penchés, en particulier, sur l’utilisation de cette notion par l’historiographie américaniste aussi bien états-unienne que française.

6L’analyse s’est ensuite portée sur les problèmes conceptuels posés par le contexte américain dans les différentes formes de définition de la communauté et sur le rôle de l’expérience américaine dans les dynamiques identitaires qui se mettent en place de part et d’autre de l’Océan. En ce sens, à travers des travaux en cours, notamment d’étudiants, nous avons abordé les liens entre la pureté doctrinale et la généalogie, cette fois dans un cadre américain. Nous nous sommes en particulier interrogés sur la genèse des ethnonymes ; la notion de « nation » a notamment été analysée en confrontant des phénomènes contemporains dans différents points de l’Empire (Italie, Flandres, Indes de Castille).

7À ce stade, le travail de réflexion s’est porté sur un ensemble de concepts présents dès le début du séminaire mais mis désormais en parallèle : noblesse, lignage, race, caste, nation, phénotype ont été confrontés dans une approche fondée sur des allers-retours permanents entre d’une part les traces documentaires manuscrites, la production lettrée imprimée, l’iconographie de l’époque et d’autre part les lectures qu’en font nos contemporains.

8La circulation de ces concepts, dans le domaine ibérique et ailleurs, ainsi que leurs vertus heuristiques pour comprendre certains aspects de la configuration impériale – tout en fournissant des clés pour saisir des dynamiques à plus long terme – ont marqué les débuts d’une approche plus diachronique et la fin de nos travaux pour l’année 2005-2006.

Publications

  • « Africains aux Antipodes : armée et mobilité sociale dans le Chili colonial », dans D’esclaves à soldats. Miliciens et soldats d’origine servile, XIIIe-XXe siècle, C. Bernand, A. Stella (éds), Paris, L’Harmattan, 2006, p. 115-132.
  • « Histoire d’un oubli : l’apport africain au peuplement de Santiago du Chili au XVIIe siècle », dans Passion de la découverte, culture de l’échange. Mélanges en l’honneur de Nicole Moine et Claire Prévotat, F. Gugelot, B. Maës (textes réunis par), Langres, Éd. Dominique Guéniot/Université de Reims-Champagne-Ardenne, 2006, p. 234-255.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Zuñiga, « La construction impériale hispanique dans l’espace atlantique, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 284-286.

Référence électronique

Jean-Paul Zuñiga, « La construction impériale hispanique dans l’espace atlantique, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18128

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Zuñiga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals