Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire des images et des représentations dans l’Occident médiéval

Jean-Claude Schmitt
p. 295-297

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jean-Claude Schmitt, directeur d’études

1Le séminaire principal a poursuivi une réflexion historique et anthropologique sur la catégorie de rythme et ses implications pratiques dans la longue durée de l’histoire de l’Europe médiévale, du Ve au XVIe siècle. Après avoir précisé les bases épistémologiques et historiographiques de cette réflexion (2004-2005), on s’est efforcé cette année d’organiser de manière raisonnée la recherche, en distinguant les rythmes fondamentaux des corps, de la nature et du langage, les rythmes ordonnés imposés par les pouvoirs et en particulier l’Église (à propos notamment du calendrier ou des interdits régissant le temps de l’activité sexuelle, de l’alimentation carnée et du travail), et les changements de rythmes dans l’histoire, le chevauchement et l’affrontement de rythmes différents et parfois rivaux, la contestation de certains rythmes (par exemple ceux du travail), la substitution d’un rythme à l’autre. Ce troisième ensemble de questions a particulièrement retenu l’attention du séminaire, autour de trois points : 1) les rythmes comme modes d’individuation personnelle et collective ; on a réfléchi à ce propos, en approfondissant une intuition de Roland Barthes, à la valeur « idiorythmique » de la Règle de Saint-Benoît, qui veilla à adapter le rythme alterné du travail manuel (libre et non plus servile), de la prière (ora et labora) et du repos aux forces physiques et à l’âge de chaque moine ; 2) la procession comme activité rythmique et collective « totale » (rythme de la marche, du cortège, des couleurs, des chants, des cloches, etc.) ; on est parti de l’analyse de la célèbre double pleine page enluminée du Ms. Bamberg Bibl. 22 provenant de la Reichenau (990-1000), qui introduit l’incipit du Cantique des Cantiques (Osculetur me osculo oris) par une image de la procession des élus (succession des groupes de laïcs, clercs, moines, vierges, etc.) conduite par l’Ecclesia depuis le baptême jusqu’à l’entrée du paradis dans un mouvement tout à la fois tournant et ascendant. En qualifiant cette image de « page-baiser » on a insisté sur sa dimension gestuelle et vocale (exprimée par le « O » de « Osculetur », qui sert de gloire au Christ de la Parousie), avant de la comparer à la « procession des élus » du tympan de Conques (début du XIIe siècle) où alternent marche (pro-cessio) et station frontale (statio), comme l’avait fait justement remarquer J.-C. Bonne ; cette nature complexe, en apparence contradictoire, du phénomène processionnel, a pu être vérifiée ensuite dans le cas de Saint-Denis (relation de la consécration de 1140 par Suger), complété par l’étude de deux documents liturgiques du XIIIe siècle : l’Ordinaire liturgique de l’abbaye et le Rational des divins offices de Guillaume Durand de Mende ; 3) la relation dans le texte et les images des Grandes Chroniques de France (Ms Paris, BnF Fr 2813) de la visite à Paris, à l’invitation du roi de France Charles V, de l’empereur Charles IV de Bohème et de son fils Wenceslas, roi des Romains, entre décembre 1377 et janvier 1378. On a analysé à la fois le rythme propre du récit et de la mise en page des miniatures (au nombre de 17 pour cette seule relation) et le rythme spatio-temporel du voyage et des nombreux rites d’accueil et d’échange qui le scandent. La densification de l’information à l’occasion d’une telle « visite d’État », comparée à la relation plus lâche du reste de la chronique, est apparue riche d’enseignement quant à la maîtrise et à la perception des rythmes « politiques » à la fin du XIVe siècle.

2Le séminaire a entendu en outre les conférences de Jean-Claude Bonne sur le végétal dans la sculpture romane, de Pascal Michon (Paris) sur les rythmes de l’individuation dans les sociétés archaïques et anciennes, d’Eduardo Aubert (Sao Paulo) sur la musique dans l’ordo du sacre royal capétien au milieu du XIIIe siècle, de Hans Koerner (Düsseldorf) sur les images et la mémoire dans la conjuration des Pazzi à Florence (1478), de R. J. Hagland (Trondheim) sur les découvertes récentes concernant les inscriptions runiques en Norvège et en Irlande, de Helen Solterer (Duke University) sur le débat autour du Roman de la Rose au début du XVe siècle. Le voyage d’étude annuel du séminaire a été consacré cette année aux églises romanes de Saintonge (28-30 avril 2006) ; du 26 au 28 juin, l’École internationale d’été de l’Institut Historique Allemand de Paris, consacrée cette année aux « Rythmes de la vie au Moyen Âge », a permis de prolonger le travail du séminaire avec une partie de ses membres et d’autres participants.

3Un deuxième séminaire, semestriel et conduit conjointement avec Pierre Monnet, directeur d’études, a porté sur la présentation et la traduction du latin en français, en vue de sa publication, de l’« autobiographie » de l’empereur Charles IV de Bohème (1316-1378). Il a permis d’introduire une réflexion plus vaste sur les « autobiographies souveraines » dans les contextes historiques les plus variés. Le séminaire a entendu une conférence de Jaime Aureli (Université de Navarre) sur l’« autobiographie » (Llibre dels Feyts) de Jacques I d’Aragon (1208-1276).

Publications

  • Avec C. Freigang, éds, Hofkultur in Frankreich und Europa im Spätmittelalter. La culture de cour en France et en Europe à la fin du Moyen Âge, Akademie Verlag (Passagen/Passages. Deutsches Forum für Kunstgeschichte. Centre allemand d’Histoire de l’art. Band 11), 2005, 453 p.
  • « Préface » B. D’Hainaut-Zveny, dir., à Miroirs du sacré. Les Retables sculptés à Bruxelles, XVe-XVIe siècles. Production, formes et usages, Bruxelles, CFC-Éditions, 2005, p. 9-11.
  • « Post-Scriptum » dans Saint Guignefort. Légende, archéologie, histoire, Châtillon-sur-Chalaronne, Association Saint Guignefort, 2005, p. 61-64.
  • « Préface » à D. Donadieu-Rigaut, Penser en images les ordres religieux (XIIe-XVe siècles), Paris, Arguments, 2005.
  • « Methodological Reflections », dans Seeing the Invisible in late Antiquity and the early Middle Ages, G. de Nie, Κ. F. Morrison et M. Mostert (éds), Turnhout, Brepols, 2005, p. 528-532.
  • Medioevo « superstitzioso » (Rome, Laterza, 1992), nouv. éd., Milan, Il Giornale (« Biblioteca Storica » 23), 2006, 159 p.
  • La conversion d’Hermann le Juif. Autobiographie, histoire et fiction (Paris, Seuil, 2003), trad. allemande : Die Bekehrung Hermanns des Juden. Autobiographie, Geschichte und Fiktion, Stuttgart, Reklam, 2006, 398 p.
  • « L’exception corporelle : à propos de l’Assomption de Marie », dans The Mind’s Eye. Art and theological argument in the Middle Ages, J. F. Hamburger et A.-M. Bouché (éds), Princeton, Princeton University Press, 2006, p. 151-185.
  • « Jacques Le Goff (1924-) », dans The Columbia History of Twentieth-Century French thought, L. D. Kritzman (éd.), New York, Columbia University Press, 2006, p. 581-584.
  • « O corpo e o gesto na civilizaçao medieval », dans Ο corpo e o gesto na civilizaçao medieval. Actes do Encontro (11-13 de Novembro de 2003). Coordonaçao de Α. I. Buescu, J. Silva de Sousa, M. A. Miranda, Lisboa, Nucleo Cientificao de Estudos Medievais/Instituto de Estudos Medievais, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, Universidade Nova de Lisboa, Lisboa, Edicioès Colibri, 2006, p. 17-36.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Schmitt, « Histoire des images et des représentations dans l’Occident médiéval », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 295-297.

Référence électronique

Jean-Claude Schmitt, « Histoire des images et des représentations dans l’Occident médiéval », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18139

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals