Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire des sociétés urbaines et des territoires germaniques au Moyen Âge

Pierre Monnet
p. 297-299

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Pierre Monnet, directeur d’études

1. Histoire des sociétés urbaines dans l’Empire germanique : villes, pouvoirs et territoires à la fin du Moyen Âge

1Le séminaire s’est attaché tout au long de l’année à observer la recomposition tant sociale que politique et territoriale des villes et de leurs gouvernements dans un Empire germanique qui entre, après 1250, dans une phase de territorialisation princière couronnée un siècle plus tard par la promulgation de la Bulle d’or en 1356 par Charles IV. Partant d’une comparaison utile, logique et nécessaire avec le cas italien et en particulier la formation des ligues lombardes dès le règne de Frédéric Barberousse (la paix de Constance, ses effets et son souvenir, jusqu’en Allemagne justement), l’analyse s’est d’abord concentrée sur la création et la formation de la ligue du Rhin en 1254 érigée en moment crucial de l’histoire des villes et des territoires (la confédération en effet se développe à côté du pouvoir royal) au milieu du XIIIe siècle. L’étude ne s’est pas seulement attachée au texte ponctuellement mais a tenté d’en faire apparaître l’esprit : procédures de réunion et de vote, financement, décision à la majorité, logique spatiale à l’œuvre, hiérarchisation entre les villes... On retrouvera ces problèmes dans les ligues et les assemblées urbaines jusqu’à la fin du XVe siècle, et l’on rencontre là un niveau d’organisation et un stade d’expérience politique qui constituent un moment « horizontal » et fédératif de la vie des cités, phase certes recouverte et occultée ensuite par le triomphe de l’État princier mais qui a formé un laboratoire de modernité dans lequel la construction étatique souveraine n’a pas hésité à puiser. Deux points thématiques d’observation ont été retenus pour approfondir ces questions de recomposition spatiale et d’articulation des pouvoirs urbains et des pouvoirs princiers et royaux dans l’espace : les processus et les mécanismes de communication entre les villes d’une part, la préparation et la conduite des opérations de guerre de l’autre. Dans chacun des cas, on a cru pouvoir démontrer que, comme ce fut le cas pour le droit ou le commerce, la ville a inventé, expérimenté puis pérennisé des solutions institutionnelles qui s’ancraient et se remodelaient d’autant plus durablement qu’elles contribuaient à façonner et à définir une identité urbaine.

2Espace et communication se sont retrouvés en permanence au cœur des interrogations et des enquêtes pour tracer, ce faisant, un champ propice à la comparaison avec d’autres aires régionales en Occident, d’autant que les évolutions politiques pressenties s’accompagnaient de l’étude des évolutions correspondantes au sein des sociétés urbaines, et spécialement de leur système de gouvernement tenu par les élites dirigeantes. Des communications extérieures sont ainsi venues compléter la réflexion, soit à partir du cas allemand lui-même avec l’étude des réseaux urbains et des réseaux de villes en Franconie (Laurence Buchholzer-Remy) ou bien des pratiques et des principes de gouvernement municipal à Augsbourg (Dominique Adrian). Le cas italien a été observé sous l’angle des ligues et de leur évolution (François Menant) ou bien sous l’aspect des modes de communication, en particulier de l’information secrète (Aude Cirier). Le cas français pour sa part a fait l’objet d’un triple éclairage privilégiant les phénomènes de communication urbaine d’une part (à Reims avec Julien Briand, à Compiègne avec Jean-Christophe Tölg) et la question des relations tissées entre le pouvoir urbain et le pouvoir royal de l’autre (questions des bonnes villes et du Parlement avec Gisela Naegle, dont l’exposé a placé au cœur de la réflexion les possibilités et les limites d’une réforme du royaume entre le XIVe et le XVe siècle). Une incursion plus lointaine a même été réalisée, à l’occasion de l’invitation d’un collègue norvégien, Jan Hagland, venu parler des lois provinciales de la Norvège médiévale et proposant une nouvelle échelle d’analyse juridique et territoriale s’intercalant entre les villes d’un côté et le pouvoir royal et/ou princier de l’autre.

2. La Vita de Charles IV de Bohême (1316-1378) : lecture, traduction et commentaire (avec Jean-Claude Schmitt, directeur d’études)

3L’essentiel du séminaire a été consacré à la préparation de la traduction en français de la Vita rédigée en latin par le roi de Bohême, roi des Romains et empereur germanique Charles IV de Luxembourg sans doute au milieu du XIVe siècle. S’il existe en effet des traductions modernes en allemand, en anglais et en tchèque de ce texte, une version française fait encore défaut. Cette lacune est d’autant plus étonnante qu’il s’agit d’un des textes majeurs de l’histoire politique et culturelle de la fin du Moyen Âge et que Charles de Bohême a passé les sept premières années de son enfance à la cour de France dont le roi lui donne même un nouveau prénom, Charles, qui remplace Wenceslas sous lequel il avait d’abord été baptisé.

4Mais l’attention a surtout porté sur le projet d’écriture, les motivations et le caractère « autobiographique » de ce texte sans titre, dont il n’existe pas de manuscrit autographe et composé en 20 chapitres couvrant la vie du jeune prince depuis sa naissance en 1316 jusqu’à son élection comme roi des Romains en 1346. Cette élection intervient contre l’empereur Louis IV de Bavière élu roi pour sa part depuis 1314 et couronné imperator en 1328. C’est ce contexte de contre-élection et de besoin de légitimation qui fait pencher en faveur d’une rédaction précoce de la Vita, entre 1346 et 1350. Le récit de la première partie de sa vie par un prince devenu roi s’inscrit donc dans un projet de conquête et d’affirmation de son pouvoir royal et de sa personne, les deux ensemble. Il s’inscrit également dans une volonté explicite de remplir une identité, de fixer des marqueurs de la personne, en jouant sur le prénom, en exposant les relations complexes entre un fils et son père, en investissant affectivement la terre de sa famille et de ses ancêtres, en faisant des rêves et visions qu’il vit puis couche par écrit, un moyen d’accès privilégié à une autre connaissance de la vie, en opérant enfin une adéquation au plus près entre les fonctions d’autor, d’auctor et d’actor. Ce marquage de l’individu, couplé à l’autorité et à l’auctorialité du texte, contribue à renforcer la souveraineté et l’autorité du prince puis du roi, à ses propres yeux, aux yeux de sa cour et de ses contemporains, aux yeux du parti adverse et surtout de ses descendants. Sous-tendu par cette volonté et ce projet, le texte est écrit à la première personne et se trouve donc porté par l’affirmation d’un « je » qui fait de lui l’une des très rares paroles de sol écrites par un roi au Moyen Âge et l’un des témoignages de ce que nous avons appelé l’autobiographie souveraine, dans le double sens d’une parole d’un souverain et d’un discours de la souveraineté qui n’est ni miroir de prince, ni traité théorique, ni chronique royale. Le caractère exceptionnel du texte a aussitôt conduit la réflexion en direction d’une comparaison à l’échelle européenne et l’une des séances, animée par Jaume Aurell (Université de Navarre), a été consacrée au Libre des feyts rédigé entre 1244 et 1274 par Jacques Ier d’Aragon dit le Conquérant (1208/13-1276). D’autres textes sont venus entre-temps enrichir l’enquête pour permettre une comparaison dans le temps et dans l’espace de l’antiquité aux temps modernes, tant en Occident qu’en Orient (depuis les res gestae d’Auguste, en passant par Pierre le Cérémonieux au XIVe siècle, le pape Pie II au XVe siècle, les Habsbourg aux XVe et XVIe siècles, jusqu’à Catherine de Russie et, pour l’Islam et l’Orient, les mémoires d’Abd Allah ibn Ziri, roi berbère de Grenade au XIe siècle, ceux du prince Usama ibn Munqidh de Syrie du XIIe siècle et le texte du grand moghol des Indes Babur au tournant des XVe-XVIe siècles). Tous forment un ensemble qui sera présenté au cours d’un séminaire semestriel ouvert en 2006-2007 puis donnera lieu à un colloque international à l’automne 2007 sous le titre « Écritures de soi, écritures de roi : les autobiographies souveraines de l’antiquité aux temps modernes (Occident, Orient, Asie) ».

5La traduction complète de la Vita pour sa part a pu être achevée et sera prochainement éditée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Monnet, « Histoire des sociétés urbaines et des territoires germaniques au Moyen Âge », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 297-299.

Référence électronique

Pierre Monnet, « Histoire des sociétés urbaines et des territoires germaniques au Moyen Âge », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18140

Haut de page

Auteur

Pierre Monnet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals