Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales

Jacques Chiffoleau
p. 300-301

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jacques Chiffoleau, directeur d’études

1. Recherches sur l’économie de l’institution ecclésiale (à Lyon)

1Le séminaire consacré l’an passé à l’obéissance et la rébellion dans le monde monastique des VIe-XIIe siècles avait attiré notre attention sur les problèmes d’autorité mais aussi sur les formes de regimen et sur les modes de gestion ayant cours dans les monastères du haut Moyen Âge, les trois choses étant étroitement liées. Pour les XIIIe-XVe siècles, l’enquête internationale lancée depuis plusieurs années avec Nicole Bériou sur le développement des échanges matériels et symboliques autour des couvents des ordres mendiants va dans le même sens – même si le contexte est très différent – puisque la pauvreté volontaire et l’obéissance sont aussi au cœur du propositum vitae des Frères, notamment franciscains. Cette dernière recherche, dans le cadre de l’UMR 5648 de Lyon, fait suite à celle lancée autrefois par Jacques Le Goff sur les ordres mendiants et l’urbanisation et elle rencontre aujourd’hui les études systématiques sur l’usage du lexique économique dans la théologie et la pastorale (Giacomo Todeschini) ou bien les analyses sur la pensée économique des Mendiants (par exemple dans l’œuvre d’Olivi, éditée et interprétée par A. Boureau et S. Piron). Ces diverses sollicitations ont conduit à proposer aux membres du séminaire lyonnais de commencer une enquête générale, sans doute de longue durée, sur l’économie de l’institution ecclésiale, de la réforme grégorienne à Luther et Calvin. Elle n’a été qu’amorcée cette année en raison d’un long arrêt des enseignements au printemps. Quelques séances ont d’abord été consacrées à une lecture critique de l’historiographie disponible, dominée par une ignorance réciproque des historiens de l’économie et de ceux de la religion. Quelques grands modèles sociologiques (notamment wébériens) ont été rappelés. À partir de dossiers documentaires beaucoup plus précis et limités, et concernant surtout la vallée du Rhône et la Provence, on a choisi ensuite d’éclairer le problème essentiel de l’indisponibilité des biens d’Église entre le Xe et le XIIe siècle à travers la casuistique complexe de la simonie. Est apparu alors en pleine lumière le poids, souvent négligé par les historiens (même par les spécialistes avérés des « institutions »), des constructions proprement juridiques de la res ecclesie, empruntées pour une grande part au droit romain. Plusieurs séminaires n’ont pu avoir lieu du fait des grèves. L’intervention prévue de Philippe Cordez (doctorant EHESS-Université Humboldt à Berlin) sur les systèmes des indulgences a été reportée au séminaire de 2006-2007. En revanche Valentina Toneatto (Université de Trieste) a pu présenter un exposé très riche sur un certain nombre de métaphores économiques chez les Pères de l’Église des IVe et Ve siècles. En marge de ces travaux, Mohamed Méouak, maître de conférences à l’Université de Cadix, maître de conférence invité, a animé un séminaire dans le cadre des recherches comparatistes de l’UMR 5648 sur « Légitimité politique, discours théorique et pratique du pouvoir dans l’Andalus umayyade (VIIIe-Xe siècle) ».

2. Procès et procédure, du XIIe au XVe siècle (à Paris)

2Comme les années passées, l’analyse du développement de la procédure inquisitoire au XIIIe siècle, à partir notamment des textes doctrinaux, a occupé une bonne part du séminaire, tandis qu’un certain nombre de séances, animées par des invités ou des participants réguliers à nos travaux, furent réservées à l’étude de quelques grands procès politiques des XIVe et XVe siècles dans le but de leur consacrer bientôt un ouvrage collectif. C’est d’abord le problème de la qualification, et notamment celui de la qualification du factum hereticale au XIIIe siècle, qui nous a retenu, en partant d’un dossier documentaire assez riche concernant le valdéisme dans la vallée du Rhône. Une hérésie qui paraît si difficile à saisir et à qualifier qu’elle donne lieu bientôt aux accusations de nicodémisme et à la dénonciation de l’équivocité permanente de ses fauteurs. Grâce à la législation conciliaire et synodale mais surtout grâce aux Consilia développés par les inquisiteurs des années 1230-1260, qui servent de base à la construction des manuels utilisés ensuite (Directorium de Raimond de Peñafort, Ordo processus Narbonensis, consilium d’Avignon, consilium de Gui Foucois, etc.), on a tenté d’analyser les différentes modalités de cette opération de qualification, déterminante pour le développement ultérieur de l’ordo, mais très complexe dans le cas d’une hérésie aux contours si flous. Grâce à une intervention d’Andrea Marchisello (Université de Vérone), et dans la suite de nos travaux de l’an dernier, on est aussi revenu sur le développement doctrinal et pratique de la procédure sommaire à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle. Dans un deuxième temps, toute une série de grands procès politiques de la fin du Moyen Âge ont été analysés, principalement du point de vue de la procédure mais en tenant évidemment le plus grand compte de la conjoncture où ils se développent et de la production documentaire qu’ils suscitent. Alain Provost (Université d’Artois) a ouvert le dossier du procès de Robert d’Artois tandis que Romain Telliez (Université Paris-IV) se posait la question des usages (relativement modestes dans les sources examinées – en l’occurrence celles du Parlement de Paris) du crimen majestatis dans les deux premiers tiers du XIVe siècle. Joël Blanchard (Université du Maine) a présenté le riche dossier des procès de (et chez) Commynes et Olivier Mattéoni (Université Paris-I) celui, non moins riche, des procès intentés aux officiers du duc de Bourbon. Enfin, en marge de nos travaux spécifiques sur la procédure, Daniel Dominé Cohn, étudiant à l’École, a analysé les rapports entre l’emblématique bretonne et la souveraineté ducale et M. Jean-Claude Maire Vigueur, professeur à l’Université de Florence, directeur d’études invité, a animé un séminaire sur « les intellectuels et le pouvoir dans l’Italie communale (vers 1200-vers 1350) ».

Publications

  • « Le crime de majesté, la politique et l’extraordinaire. Notes sur les collections érudites de procès de lèse-majesté, du XVIIe siècle et sur leurs exemples médiévaux » dans Les procès politiques (ΧIVe-XVIIe siècle), actes du colloque de Rome, sous la dir. de Y.-M. Bercé, Rome, Collection de l’École française de Rome, 2006, p. 575-660.
  • « L’inquisition franciscaine dans l’ancien Royaume d’Arles et de Vienne (1260-1330) » dans L’inquisizione e i Frati, atti del XXXIII Convegno internazionale di studi francescani (Assisi, octobre 2003), Spoleto, Centro italiano di Studi francescani, 2006, p. 1-134.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 300-301.

Référence électronique

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18141

Haut de page

Auteur

Jacques Chiffoleau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals