Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie de l’Europe moderne

André Burguière
p. 311-312

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

André Burguière, directeur d’études

Introduction à l’Anthropologie historique

1Dans les premières séances du séminaire que nous consacrons à une réflexion sur la genèse conceptuelle de l’anthropologie historique, nous nous sommes attaché cette année à la notion de civilisation qui nous a amené comme l’an dernier à insister plus spécialement sur le rôle joué par Fernand Braudel. Il utilise volontiers le concept de civilisation matérielle. Très présent dans La Méditerranée..., le thème devient prioritaire dans les Annales durant les années 1960, au moment où Fernand Braudel dirige la revue. Il figure dans le titre de son autre grande œuvre Civilisation matérielle, économie et capitalisme XVe-XVIIIe siècles.

2Cette préoccupation prolonge celle des fondateurs de la revue qui ont accordé une large place dans leurs choix éditoriaux comme dans leur œuvre personnelle à la culture matérielle. Souligner le poids des mentalités, c’est-à-dire des habitudes de pensée dans les structures et les pratiques économiques, leur permettait de soustraire la pensée historique au raisonnement réducteur du déterminisme ou du fonctionnalisme. En préférant la spatialisation des processus historiques à leur quantification, Fernand Braudel substitue au modèle d’analyse des sciences physiques qui a dominé longtemps les sciences sociales le modèle des sciences de la vie. Ce modèle conçoit le changement en termes de reconfiguration, de dissémination, d’absorption etc.. Il convient mieux à la description des rapports d’échange et au caractère relationnel des phénomènes culturels.

3Le débat récent à propos du concept de métissage suscité en particulier par l’Histoire des Amériques de Carmen Bernand et Serge Gruzinski, a montré la fécondité de cette conception relationnelle en supposant que la rencontre de deux cultures, même dans un rapport de forces aussi déséquilibré que le rapport colonial puisse être occasion de mélanges, d’emprunts réciproques, d’appropriation par le plus faible des armes culturelles du plus fort.

4La notion d’aire culturelle avait aidé les historiens spécialistes des sociétés extra-européennes à dépasser la conception étroite de la culture définie par la langue ou éventuellement la religion propre à l’orientalisme qui essentialisait ces civilisations exotiques et les enfermait dans une singularité absolue. L’attention aux structures profondes socio-économiques et démographiques de ces sociétés permettait en outre de ne pas les placer sous le seul éclairage des faits politiques ; c’est-à-dire de n’aborder leur histoire que par le versant qui les avait mis en contact avec les Européens et qui les condamnait à un rôle de comparses d’une histoire commandée par l’Europe. Mais afin que l’étude des structures ne s’enferme pas elle-même dans l’européo-centrisme en plaquant sur ces sociétés non européennes les catégories d’analyse du colonisateur, nos historiens se sont efforcés d’entrer, pour comprendre ces sociétés, à l’intérieur de leur système culturel. Ils ont fait ainsi du système culturel, la clé principale de l’explication historique.

5La suite du séminaire nous a permis de repérer les principaux axes thématiques de l’anthropologie historique et de conclure le cycle en évoquant les rapports de la mémoire et de l’histoire et en posant quelques jalons pour une anthropologie historique des imaginaires nationaux.

Publications

  • « Histoire et démographie. Dialogue avec Jean-Louis Flandrin », dans Le désir et le goût. Une autre histoire (XIIIe-XVIIIe siècles), O. Redon, L. Salmann, S. Steinberg (éds), Presses universitaires de Vincennes, 2005, p. 11-31.
  • « Querelle de famille... autour de la parenté », Travail, genre et sociétés (la revue du MAGE), 14, 2005, p. 172-184.
  • « Archéologie du Centre de recherches historiques ; les enquêtes collectives de Marc Bloch et Lucien Febvre et leur postérité », Cahiers du Centre de recherches historiques, 36, 2005, p. 61-79.
  • « Plozévet, une mystique de l’interdisciplinarité ? », Cahiers du Centre de recherches historiques, ibid., p. 231-263.
  • « Préface » à U. Raulff, Marc Bloch. Un historien au XXe siècle, Éd. de la Maison des sciences de l’Homme, 2006, p. xi-xxxi.
  • L’École des Annales. Une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob, 2006, 362 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Burguière, « Anthropologie de l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 311-312.

Référence électronique

André Burguière, « Anthropologie de l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18150

Haut de page

Auteur

André Burguière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals