Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle

Stéphane Audoin-Rouzeau
p. 313-314

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d’études

Moyens et difficultés d’une approche

1À la recherche des apports de la « leçon anthropologique » pour l’étude historique du phénomène guerrier au sein de l’aire occidentale et à l’époque contemporaine, le séminaire s’était focalisé l’année dernière sur la réflexivité exercée par les tenants des sciences sociales ayant traversé une expérience de combat au cours du XXe siècle. Cette année, le séminaire s’est centré sur la lecture « historienne » d’un certain nombre d’études anthropologiques portant sur le fait guerrier, à travers l’étude de chapitres d’ouvrages ou d’articles analysés en commun. Après une première séance introductive consacrée aux conditions de possibilité de l’interlocution des deux disciplines – anthropologie et histoire – dans le cadre de l’étude de la guerre, trois séances ont été consacrées à des ouvrages de synthèse sur la guerre « primitive », ouvrages dont l’influence est sensible dans les travaux spécialisés : Maurice R. Davie, La guerre dans les sociétés primitives. Son rôle et son évolution (1931), Turney-High, Primitive War (1949), Pierre Clastres, Archéologie de la violence. La guerre dans les sociétés primitives (1977). Le séminaire s’est ensuite déplacé vers l’étude d’un cas d’école avec la lecture – historienne, répétons-le – du célèbre ouvrage de Napoleon Chagnon, Yanomamö. The Fierce People (1968), dont on a relu de près le dernier chapitre consacré à l’activité guerrière. Puis c’est le cas des sociétés « warless » qui a retenu notre attention, à travers l’analyse du livre collectif dirigé par Signe Howell et Roy Willis, Societies at Peace. Anthropological Perspectives (1989), dont le chapitre consacré aux Chewong a particulièrement suscité l’intérêt : le cas des sociétés « at peace » a paru un détour réflexif déterminant pour questionner en profondeur notre propre interrogation sur le phénomène guerrier, un questionnement issu de sociétés « warlike » et portant également sur ces dernières. Après une interruption du cours normal du séminaire afin de faire place à deux conférences du professeur Leonard Smith (Oberlin College) sur la question du témoignage de guerre, les travaux se sont poursuivis en abandonnant le cas des sociétés primitives afin de s’intéresser à une anthropologie du fait guerrier contemporain. À ce titre, l’ouvrage de Christian Geffray, La cause des armes au Mozambique. Anthropologie d’une guerre civile (1990) a retenu l’attention, au titre de l’étude de la guerre devenue fin en soi et mode de vie. Puis on s’est penché sur l’essai de Maria Victoria Uribe, Anthropologie de l’inhumanité. Essai sur la terreur en Colombie (2004), dont l’analyse des phénomènes d’atrocités (la « manipulation des corps » en particulier) offre des modèles d’analyse particulièrement féconds, sans doute en partie transposables vers l’aire occidentale de la guerre. Le séminaire s’est intéressé ensuite à une forme d’anthropologie rétrospective, portant en particulier sur la guerre de 1914-1918, à travers l’étude d’articles d’Évelyne Desbois et de travaux de l’anthropologue britannique Nicholas Senders, dont le travail, remarquable, porte sur les objets de guerre, dont il renouvelle en profondeur la définition. Enfin, le séminaire s’est achevé sur l’analyse de l’ouvrage de Carolyn Nordstrom et Antonius Robben, Fieldwork under Fire. Contemporary Studies of Violence and Survival (1995), en extrayant plus particulièrement de celui-ci une contribution sur l’expérience de guerre de Croatie vécue à la première personne par une anthropologue d’origine croate, Maria B. Olujic, vivant aux États-Unis et rentrée volontairement en Croatie en 1991 pour y exercer des responsabilités gouvernementales. Cette dernière séance annonce à cet égard la direction future du séminaire : l’analyse de l’anthropologie de la conflictualité contemporaine.

Publications

  • « Enfances en guerre », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 89, janvier-mars 2006, 173 p.
  • « Vers une anthropologie de la violence de combat au XIXe siècle : relire Ardant du Picq ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 30, 2005/1, p. 85-97.
  • « Massacres. Le corps et la guerre », dans Histoire du corps, t. 3, sous la dir. d’A. Corbin, J.-J. Courtine, G. Vigarello, Paris, Le Seuil, 2006, p. 281-320.
  • « Histoire culturelle du phénomène guerrier au XXe siècle et questionnement anthropologique », dans L’histoire culturelle du contemporain, sous la dir. de L. Martin et S. Venayre, Nouveau Monde Éd., 2005, p. 409-420.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 313-314.

Référence électronique

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18153

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals