Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie économique du monde chinois

Michel Cartier
p. 315-317

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Michel Cartier, directeur d’études

Transition démographique et développement en Extrême-Orient

1Le séminaire était consacré aux conséquences de la transition démographique dans l’ensemble de l’Extrême-Orient sur la modernisation des structures de l’emploi et le modèle de développement fondé sur les exportations de produits industriels, puis l’essor du marché intérieur. L’examen préliminaire du Japon montrait que la période de haute croissance avait coïncidé avec la modification de la structure par âges, lorsque la proportion des jeunes adultes avait augmenté plus rapidement que la population. C’est alors que le pays s’était industrialisé, puis que le secteur tertiaire avait pris la place prépondérante. En 2005 la population s’est stabilisée au niveau de 127 millions. La baisse du dynamisme démographique qui entraîne une forte montée du vieillissement constitue un grave handicap dans la mesure où les classes d’âge les plus nombreuses ont maintenant dépassé la cinquantaine. L’économie japonaise est par ailleurs fragilisée par la perte de l’Indépendance alimentaire – l’archipel importe la moitié de sa nourriture – et énergétique. On peut d’ores et déjà prédire que le scénario japonais se reproduira, avec un décalage d’une vingtaine d’années, dans les sociétés de Taiwan et de Corée du Sud. On note néanmoins des différences appréciables dans les deux modèles de développement de ces deux pays. La haute croissance coréenne des années 1980 et 1990 reproduisait le modèle japonais d’industrialisation, mais le commerce extérieur n’a dégagé des surplus réguliers que depuis la crise asiatique, en profitant de la dépréciation du won. Contrairement au Japon, la Corée a conservé une relative autosuffisance en ce qui concerne la production alimentaire et l’énergie grâce au développement du nucléaire mais ses paysans sont maintenant âgés. À Taiwan où le développement a d’abord été porté par des exportations produites par des industries de main-d’œuvre, la réévaluation de la monnaie nationale imposée par les États-Unis à la fin des années 1980 n’a eu qu’une influence limitée sur la balance du commerce extérieur grâce à la délocalisation de nombreuses entreprises sur le continent chinois. L’évolution de Hongkong n’a pas été déterminée par la transition démographique. L’ancienne colonie britannique s’était d’abord industrialisée dans les années 1960 en profitant de la main-d’œuvre immigrée venue de Chine populaire. Depuis sa réintégration en 1997, c’est le secteur tertiaire qui a pris la place dominante. Comme les grandes villes chinoises, mais en l’absence de contrôle contraignant des naissances, Hongkong a une fécondité très faible et des effectifs de jeunes très inférieurs aux classes d’âge actives. Son dynamisme dépend de l’immigration. En dépit d’une politique très volontariste de contrôle des naissances, la Chine populaire est en retard sur ses voisins. La population active continuera à croître pour plafonner aux alentours d’un milliard vers 2015, alors que le nouveau modèle de développement est peu productif d’emplois. Plusieurs séances ont été ensuite consacrées aux parcours de la génération des 50-55 ans, nés pendant le baby-boom des années 1950, puis des natifs des années 1964-1968, au lendemain de la crise du Grand bond en avant. Les premiers, dont l’entrée dans la vie adulte a correspondu à la Révolution culturelle et à la mise en place du contrôle des naissances, ont un profil encore proche de celui de leurs aînés d’avant 1949. La proportion des illettrés y est élevée en dépit des efforts consentis pour scolariser la totalité des enfants d’âge scolaire, et la structure de l’emploi de type ancien avec une forte majorité de paysans. Les 35-40 ans ont mieux réussi. On compte encore chez les femmes rurales une proportion non négligeable d’illettrées et une fécondité supérieure à deux enfants en dépit de la mise en œuvre de la politique de l’enfant unique. Les jeunes adultes ont néanmoins profité du développement du premier cycle de l’enseignement secondaire et ils ont pu avoir accès à des professions modernes. Toutefois, certains représentants de cette génération ont été affectés par les suppressions d’emplois liées à la politique des privatisations. Les dernières séances étaient consacrées à des exposés d’étudiants sur la dégradation de la condition féminine, l’ampleur des migrations internes, les réformes des régimes de retraite à Taiwan pour faire face au vieillissement et l’évolution de la population iranienne, où contrairement à ce qu’on aurait pu anticiper, la fondation de la république islamique n’a pas entravé le déroulement d’une transition démographique bien engagée.

Publications

  • « Le détour confucéen », introduction au Traité de l’amitié, de M. Ricci, trad. par P. Che, Ermenonville, Éd. Noé, 2006, p. 7-22.
  • « La population chinoise et le développement », « Un milliard trois cents millions de Chinois ? », dans L’éveil du dragon, les défis du développement de la Chine au XXIe siècle, sous la dir. de F. Lasserre, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2006, p. 285-311.
  • « La population : atout ou handicap pour le développement », Agir, Équations chinoises, 26-27, mai 2006, p. 101-110.
  • Dir., Revue Bibliographique de sinologie, nouv. série, XXI, 2003-2005, 318 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cartier, « Anthropologie économique du monde chinois », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 315-317.

Référence électronique

Michel Cartier, « Anthropologie économique du monde chinois », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18155

Haut de page

Auteur

Michel Cartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals