Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire

Catherine Clémentin-Ojha
p. 317-318

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Catherine Clémentin-Ojha, directrice d’études

La gestion de la pluralité religieuse en Inde moderne et contemporaine (2)

1Nous avons continué cette année l’étude de la construction de l’unité en milieu hindou que nous avions commencée l’année précédente en considérant le processus historique qui avait abouti à la fin du XIXe siècle à parler de l’« hindouisme » de façon générique. Nous nous sommes intéressés à la définition de la notion politique de « nationalité hindoue » (1er semestre) et à celle de la notion juridique de « hindou » (2nd semestre) en examinant à chaque fois la part prise par les idées religieuses et par les préoccupations politiques.

2Nous avons d’abord rappelé que l’articulation religion-politique s’était nouée à l’époque coloniale et était inséparable de la redéfinition des rapports de force entre communautés religieuses qui avait accompagnée la consolidation du pouvoir britannique au début du XXe siècle. Ce cadre posé, nous avons construit notre réflexion sur la lecture commentée d’écrits en anglais de Lala Lajpat Rai et de Lala Lai Chand. Ces deux Intellectuels du Penjab bien intégrés à l’ordre social colonial furent parmi les premiers à utiliser les expressions « nation hindoue » et « nationalité hindoue » au tournant du XXe siècle. Bien qu’ils pensaient que les hindous n’auraient conscience de former une collectivité religieuse que s’ils s’unissaient politiquement, et non pas religieusement en faisant de l’hindouisme le ciment de leur unité, leur conception du lien politique était inséparable de convictions religieuses acquises à l’Arya samaj. Elle reposait sur une vision valorisante du passé des hindous qui faisait de la nation hindoue la restauration de la « nation arya » et du « territoire arya », Tordre originel prétendument décrit dans les Veda.

3Les forces d’unification à l’œuvre dans le domaine des idées religieuses et politiques eurent leur parallèle dans les domaines législatif et juridique considérés au second semestre. Nous les avons examinées en traitant du processus de laïcisation des lois personnelles des hindous qui aboutit à la définition postcoloniale de la catégorie légale « hindou ». Parallèlement à la loi générale, qui s’applique à tous les citoyens sans exception, l’État indien laïque continue en effet de reconnaître le système des lois personnelles. Mais depuis la promulgation de la Constitution (1950) et la codification du droit hindou de la famille (1955-1956), les hindous sont juridiquement définis comme un groupe et soumis, pour la première fois de leur histoire, à une loi identique (Hindu law) en ce qui concerne le droit de la famille. L’idée d’une identité hindoue distincte de l’appartenance à une caste est profondément étrangère au droit brahmanique (dharmasâstra) qui ne prescrit pas une manière uniforme d’être « hindou ». En même temps la définition de la notion n’est pas en rupture avec toutes les idées religieuses héritées du passé. D’une part parce que, paradoxalement, les hindous (dans le sens religieux) ne sont que Tune des communautés gouvernées par la Hindu Law. En effet, le terme juridique « hindou » n’est pas défini uniquement en référence à la religion hindoue : il s’applique aussi aux personnes qui relèvent des religions sikh, bouddhiste et jain. Or la législation de l’Inde laïque se montre ici l’héritière de conceptions hindoues inclusivistes faisant du bouddhisme, du jainisme et du sikhisme des « sectes » de l’hindouisme. D’autre part parce que selon la Hindu Law, « hindou » s’applique à toute personne qui n’est pas un musulman, un chrétien, un parsi ou un juif (et ne relève pas d’une autre loi). Or derrière cette conception on reconnaît aussi une vision religieuse, celle qui se structure autour de la polarité hindou/non hindou et se construit par référence à la sacralité du territoire de l’Inde : il y a ceux dont les religions sont originaires de l’Inde (hindou au sens inclusiviste) et les autres. Dans le cadre de la laïcisation, l’État indien a façonné une identité hindoue légale combinant l’hindouisme avec les droits de l’homme, elle jure donc avec celle qui était incarnée dans le droit brahmanique mais elle n’en reflète pas moins des conceptions religieuses hindoues.

4Le séminaire a aussi accueilli L. Alan Babb (USA, professeur invité par TEPHE) ; David Gordon White (USA, membre associé du CEIAS) ; Christopher Fuller (London School of Economics) ; Shail Mayaram (Center for the Study of Developing Societies, Delhi) ; Gérard Toffin (CNRS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Clémentin-Ojha, « Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 317-318.

Référence électronique

Catherine Clémentin-Ojha, « Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18156

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals