Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Pratiques religieruses dans l’Islmam méditerranéen

Hassan Elboudrari
p. 321-322

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Hassan Elboudrari, maître de conférences

1Nous inaugurons un nouveau thème, en parallèle avec un projet collectif de recherche que nous coordonnons avec D. Nordman, au nom du CHSIM et en association avec des équipes des trois pays du Maghreb (projet FSP : « Savoirs techniques et administrations dans le Maghreb : héritage et circulations »). Notre contribution personnelle à ce projet consiste à reprendre l’objet « confrérie » et à examiner comment, dans le Maghreb de la longue durée, on a construit cet objet de connaissance et traité, intellectuellement et administrativement, avec sa réalité complexe. Très tôt, des acteurs, appartenant à divers appareils d’État ou à des institutions académiques, au Maghreb comme en Europe, se sont préoccupés de ce que pouvaient être, d’abord, les confréries religieuses et de la façon dont, ensuite, on pouvait les appréhender. Notre hypothèse ici a été qu’assez tôt aussi, en tout cas dès les premières « enquêtes » (début du XIXe siècle) consacrées à cet objet, on assiste à l’élaboration d’un modèle qui structure le rapport théorique et pratique des différents acteurs de l’administration avec l’objet confrérie. C’est précisément ce modèle que l’on cherche à reconstituer ici, pour le Maghreb, à partir de l’examen d’un véritable « corpus » continu. Nos premiers résultats aboutissent à la reconstitution d’un modèle évolutif d’appréhension et d’action, organisé en stéréotypes dynamiques décrivant une réalité multiforme et polyvalente, la confrérie, une « force » à la fois sociopolitique, économique, en même temps qu’elle est spirituelle et intellectuelle, mais indissociable de cette autre force qu’est la tribu.

2Il nous a paru utile de confronter ces analyses avec celles de collègues travaillant sur des aires connexes. Le séminaire a ainsi reçu : M. Boivin (CNRS) : « La figure du fakir dans l’Inde britannique » ; F. Arnaud-Demir (INaLCO) : « Évolution de la problématique identitaire chez les Alévis-Bektachis » ; A. Ould-Cheikh (Université de Metz) : « Les luttes de classement confrériques : autour de la Tijâniyya ». De même, un doctorant, P. Liguori a présenté son travail : « les soufis du Soudan au XIXe siècle ».

3Par ailleurs, nous avons participé en novembre 2005 à un colloque organisé à Tlemcen sur le thème « Soufisme, culture, musique », par une contribution intitulée « Le corps, lieu et enjeu de l’expérience spirituelle dans l’Islam méditerranéen ».

4Nous avons également poursuivi la préparation d’un dossier : « Pratiques contemporaines du soufisme en Occident », pour un projet de numéro spécial d’Archives de sciences sociales des religions, sous la direction de H. Elboudrari et de C. Hamès.

5Nous avons, enfin, suivi de près les travaux de quelques étudiants participants du séminaire (notamment pour cette année : F. Calmes, A. Fayez, M. Hlioui, E. Rebillard, H. Boudiaf, qui nous ont soumis leurs travaux pour lecture et suivi scientifique).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Elboudrari, « Pratiques religieruses dans l’Islmam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 321-322.

Référence électronique

Hassan Elboudrari, « Pratiques religieruses dans l’Islmam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18158

Haut de page

Auteur

Hassan Elboudrari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals