Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie et image : l’expérience grecque

François Lissarrague, Irène Aghion, Martine Denoyelle, François de Polignac, Alain Schnapp et François Lissarrague
p. 323-325

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

François Lissarrague, directeur d’études

1. Pour une histoire de la sculpture grecque

1Poursuivant, avec Françoise Frontisi-Ducroux, l’enquête sur la figuration des dieux dans ses aspects non anthropomorphes, on a insisté sur la non-pertinence du terme « aniconique », l’iconicité ne pouvant se réduire à un simple mimétisme anthropomorphe. Nous sommes donc partis cette année de ce point limite, où la figure du dieu n’est que partiellement « humaine » : poteau quadrangulaire, pourvu d’un sexe et d’un visage dans le cas de l’hermes ; visage (proso-pon) mobile et provisoire, dans le cas de Dionysos. Ces deux types de figuration, loin d’être des formes primitives qui auraient précédé un progrès vers la forme idéale sont en fait des élaborations parallèles, des créations athéniennes de la fin du VIe siècle. Chacune de ces formes permet de gérer rituellement un mode de présence spécifique, dans l’espace et dans le temps, dont on a essayé de préciser les aspects : balisage des chemins, des passages, structuration des parcours, démultiplication de points d’articulation dans l’espace, changements d’échelle.

2À ces dimensions s’ajoute leur caractère atypique, amorphe, parfois décrit comme primitif, archaios, mais qui apparaît plus souvent comme archaïsant. Ainsi le pilier « agyieus », associé à l’Apollon des chemins, bien analysé par M. Detienne, est avant tout une invention hellénistique et romaine, qui vise à reconstruire un temps des origines.

3L’hekataion, lui aussi pilier des carrefours (ou plus précisément des trifours, pour reprendre la formule d’A. Zographou), ajoute à ce rôle de marqueur une structure d’accumulation figurative qui combine la triple Hécate et un chœur féminin, de Nymphes ou de Charites.

4La série des argoi lithoi, des pierres « non travaillées » marque la limite ultime de ce parcours dans l’informe. Ces pierres ne sont perceptibles comme telles que dans l’espace qui les qualifie ; le gros caillou n’est pierre sacrée que si d’autres éléments le construisent comme tel, soit dans l’espace rituel d’un sanctuaire, à côté d’autres figures divines, soit dans le discours de Pausanias, qui de la même façon ne signale d’argoi lithoi qu’en contiguïté avec des artefacts plus explicites visuellement.

2. Esthétique des armes

5Dans la représentation du guerrier, le rôle visuel joué par les boucliers prend une place remarquable, sur plusieurs plans, et j’ai continué à faire l’inventaire de ces effets. La majorité des images de combat privilégie la forme du duel ; dans une telle configuration la vision réglée des boucliers (intérieur, extérieur) permet de subtils jeux spatiaux, combinant surface et intervalle, recto/verso ainsi que la circularité des vases support et des boucliers représentés.

6Le jeu d’images que permet le choix des motifs en épisème interfère constamment avec la représentation générale. À côté de séries répétitives, qui reprennent les motifs traditionnels du marquage archaïque, on rencontre un effort de combinaison entre les boucliers, ou d’interférence entre l’image incluse et l’image englobante. Deux groupes d’images ont fait l’objet d’une analyse détaillée : le motif de l’œil en épisème, relais du regard à l’intérieur de l’image, et la série des boucliers d’Achille dans l’imagerie attique. Loin de rivaliser avec le modèle homérique, purement verbal, les imagiers ont joué sur la diversité des motifs pour enrichir leur vision du meilleur des Achéens et tenir sur lui, par épisème interposé, un discours au second degré.

7Plusieurs collègues nous ont fait l’honneur de venir présenter leurs recherches. Denis Vialou (Muséum d’histoire naturelle, « Les représentations humaines préhistoriques, pariétales et mobilières : figuration et défiguration ou la subjectivation du corps humain, sexué et asexué »), Penelope Murray (Warwick, « Qu’est-ce qu’une Muse ? »), Oliver Taplin (Oxford, « Peinture sur vase et tragédie au IVe siècle : rupture ou interaction : le cas de Médée »), Maurice Olender (« Comment on a fabriqué Priape, hier et aujourd’hui »). Qu’ils en soient tous vivement remerciés.

Publications

  • Avec V. Huet, « Un relief néo-attique : Icarios, le retour », Métis, nouv. série 3, 2005, p. 85-100.
  • Avec F. Frontisi-Ducroux, « La vache et le discobole », Itaca. Quaderns Catalans de Cultura Clàssica, 21, 2005, p. 19-30.
  • « Efesto meccanico, la fucina e il banchetto », dans Eureka ! Il genio degli Antichi (exposition Naples, Musée archéologique, juillet 2005-janvier 2006), E. Lo Sardo (éd.), Naples, Electa, 2006, p. 68-71.
  • Avec O. Touchefeu, « Introduction » à L’expression des corps. Gestes, attitudes, regards dans l’iconographie antique, L. Bodiou, D. Frère, V. Mehl (éds), Rennes, PUR, 2006, p. 17-22.
  • « La musique comme spectacle en Grèce ancienne », dans Etnomusicologia storica del mondo antico. Per Roberto Leydi, D. Restani (éd.), Ravenne, 2006, p. 17-27.
  • « De l’image au signe : objets en représentation dans l’imagerie attique », Cahiers du CRH, avril 2006, 37, p. 11 -24.
  • « D’Athènes à Boulogne-sur-Mer : petite histoire d’une collection », dans Héraclès, héros grec aux 12 travaux (Musée de Boulogne-sur-Mer), A. C. Laronde (éd.), Le Touquet, Auréoline, 2006, p. 11-15.
  • Avec C. Frantisi, « Jean-Pierre Vernant et l’image. Entretien avec J.-P. Vernant », Perspective, 2006, 1, p. 10-24.
  • « Comment peindre les Erynies ? », Métis, n° sp. 4, 2006, p. 51-70.
  • « Le Daremberg ou l’Antiquité en images », Anabases 4, 2006, p. 173-177.

Irène Aghion, conservateur au Cabinet des médailles
Martine Denoyelle, conservateur au musée du Louvre
François Lissarrague, directeur d’études
François de Polignac, chargé de recherche au CNRS
Alain Schnapp, professeur à l’Université Paris-I

Des musées de papier aux banques de données : pratiques documentaires et archéologie figurée

8Compte rendu non communiqué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Lissarrague, Irène Aghion, Martine Denoyelle, François de Polignac, Alain Schnapp et François Lissarrague, « Anthropologie et image : l’expérience grecque », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 323-325.

Référence électronique

François Lissarrague, Irène Aghion, Martine Denoyelle, François de Polignac, Alain Schnapp et François Lissarrague, « Anthropologie et image : l’expérience grecque », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18160

Haut de page

Auteurs

François Lissarrague

Articles du même auteur

François Lissarrague

Articles du même auteur

Irène Aghion

Articles du même auteur

Martine Denoyelle

Articles du même auteur

François de Polignac

Articles du même auteur

Alain Schnapp

Articles du même auteur

François Lissarrague

Articles du même auteur

François Lissarrague

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals