Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Figures du pouvoir, rapports de parenté et le corps sexué

Maurice Godelier
p. 331-332

Texte intégral

Maurice Godelier, directeur d’études

Mythes et rites associés à l’exercice du pouvoir

1Le séminaire a été consacré à l’exploration de plusieurs thèmes et en particulier de deux d’entre eux. Compte tenu du fait que 2006 constituait le 150e anniversaire de la naissance de Freud, nous avons repris le texte Totem et Tabou pour en analyser les références anthropologiques. C’est ainsi que nous avons mis en évidence le choix par Freud d’un obscur disciple de Darwin, J. Atkinson qui avait publié en 1903 un ouvrage intitulé Primal Law sous l’autorité d’un anthropologue très célèbre à l’époque, Andrew Lang. Freud voulait expliquer l’origine de la prohibition de l’inceste. Il lui fallait pour cela imaginer le mode d’existence qui avait dû être celui des ancêtres de l’homme. Comme il se réclamait de Darwin, il emprunta à celui-ci l’une de ses hypothèses. Or Darwin avait proposé deux visions du mode d’existence des ancêtres de l’homme. Dans la première l’humanité primitive vivait déjà en société. Dans la seconde l’homme primitif n’était pas encore un animal social. Les hommes vivaient en bandes dominées chacune par un mâle qui avait seul accès aux femelles du groupe à la manière des gorilles. Pour Darwin la première hypothèse était la plus vraisemblable.

2Or Freud a choisi la seconde hypothèse et non pas la première. Il fait naître la société humaine d’un double événement qui aurait pesé sur toute l’histoire ultérieure de l’humanité. Au sein de l’une de ces hordes primitives les fils auraient décidé de tuer leur père pour accéder à leurs sœurs et à leurs mères. C’est le « meurtre du père ». Leur acte accompli, ils auraient réalisé qu’ils allaient à nouveau s’affronter entre eux et ils décidèrent de renoncer à s’approprier ces femmes et les échangèrent contre des femmes d’autres hordes. Par cet événement Freud pensait avoir expliqué et l’origine du tabou de l’inceste et plus généralement celle des rapports de parenté. Ceux-ci étaient fondés pour lui sur l’échange des femmes, hypothèse que Lévi-Strauss allait faire sienne en 1949 dans Les Structures élémentaires de la parenté. Mais Freud ne s’était pas borné à expliquer l’origine des rapports de parenté. Il voulait également expliquer l’origine de la religion, de la morale, du droit et même de l’art, bref, fonder du point de vue de la psychanalyse l’ensemble des sciences sociales. Pour cela, il eut recours à une deuxième fiction, la dévoration du cadavre du père par ses fils après le meurtre. Unis par leur crime et ce repas cannibale, les fils auraient ensuite voulu célébrer la mémoire de leur père en lui substituant un animal à dévorer, c’est l’animal totémique, origine pour Freud du culte des ancêtres et de la naissance des dieux. Nous avons montré, en partant de sa correspondance avec Ferenczy et Jung, que selon l’aveu même de Freud, il connaissait déjà la réponse à ces problèmes avant d’avoir lu ce qu’il appelait les « gros ouvrages sans véritable intérêt » publiés par des anthropologues. Bref, nous avons conclu que les rapports de Freud à l’anthropologie de son temps relevaient plus du prétexte que de l’inspiration.

3Ensuite nous nous sommes posé la question « quels sont les rapports sociaux qui font d’un ensemble de groupes humains et d’individus une “société” identifiée par un grand nom, par exemple les Français, les Baruya, etc., et exerçant pendant un certain nombre de siècles ou de générations une forme de souveraineté sur un territoire dont les limites sont connues, sinon reconnues des sociétés voisines » ? En nous appuyant sur des exemples de sociétés mélanésiennes, polynésiennes et en comparant avec des données de l’Inde précoloniale, nous avons conclu que ni les rapports de parenté, et encore moins la « famille », ni les rapports économiques ne pouvaient constituer le ciment qui fait d’un ensemble de groupes humains une société. Par contre, nous avons dû constater à travers ces exemples que seuls les rapports qu’en Occident on appelle « politico-religieux » créent des liens de dépendance générale entre tous ces groupes et fournissent l’armature d’une société historiquement constituée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et le corps sexué », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 331-332.

Référence électronique

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et le corps sexué », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18166

Haut de page

Auteur

Maurice Godelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals