Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

La question du relativisme linguistique

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel
p. 334-335

Texte intégral

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel, directeurs d’études

Langues, cultures et arts, la question du relativisme

1Le séminaire s’est ouvert par une réflexion sur le relativisme linguistique. La question de la cohérence cognitive entre culture et grammaire a été discutée à partir de l’article récent de Daniel Everett, « Cultural Constraints on grammar and cognition in Piraha » et des controverses qu’il a suscitées. La lecture critique de cet article a permis d’élucider les décisions conceptuelles qu’engage l’adoption d’une hypothèse sur les relations entre langues et cultures, et sur les écueils qu’il convient d’éviter. Le principal est sans doute de rapporter directement des traits culturels d’une société à des caractéristiques grammaticales ou lexicales ponctuelles. On a rappelé l’actualité de la thèse de Whorf : ce ne sont pas les « overt catégories » fournies par la description grammaticale, qui orientent notre expérience du monde, mais les « covert catégories » qui organisent en profondeur le système grammatical d’une langue. On a montré que dans le cas de l’Amérique du Nord le rapprochement des configurations sémantiques complexes appartenant au domaine de la langue et à celui de la culture fait d’autant plus sens qu’il s’assortit de la mise au jour de rapports transformationnels parallèles entre langues d’une part et cultures d’autre part. À la clôture des visions du monde et au repliement de chaque société sur elle-même, on peut substituer la perspective d’un décloisonnement d’espaces qui apparaissaient auparavant comme très hermétiques.

2Poursuivant l’enquête sur les relations entre langues algonquines et langues sioux, nous avons fait l’hypothèse qu’il existe du côté de l’objet un axe transformationnel opposant l’hypertransitivité de l’ojibwa à la quasi-disparition de la transitivité du dakota-lakhota. Si l’ojibwa choisit de se focaliser exclusivement dans la chaîne transitive sur le contact avec l’objet, le dakota-lakhota, d’une part choisit de mobiliser l’objet par d’autres voies que la transitivité, d’autre part privilégie la façon dont l’objet fait retour sur le sujet. Loin d’être arbitraire, la relation entre la sémantique grammaticale de la polarité sujet-objet dans chacune des deux langues s’organise donc sous forme d’un chiasme : à la dissolution du sujet en ojibwa, que semble contrebalancer une survalorisation de l’objet, correspond en dakota-lakhota une survalorisation du sujet incarné dont le pendant du côté de l’objet est une sorte d’atrophie de la dimension transitive. Nous avons montré que cette dialectique n’avait rien de surprenant : le sujet incarné se définit par l’ensemble de postures pratiques localisées dans l’espace. Ce dernier n’est donc que le déploiement de l’espace corporel. L’objet n’est donc que la contrepartie des mouvements du corps propre, le but ou la fin d’une action.

3Dans sa dernière partie, le séminaire a fait retour sur l’approche typologique, qui se sert de la comparaison de structures linguistiques de langues situées sur des continents différents pour dégager des types linguistiques généraux et des principes universaux (universels d’implications, hiérarchies fonctionnelles). Cette approche est confrontée au dilemme suivant : se situer hors du temps et de l’espace pour affirmer sa vocation comparative, ou renoncer à cette dernière en contribuant de façon locale à l’identification de familles linguistiques. En étudiant les similitudes et les différences linguistiques à l’échelle du continent américain et en promouvant la transformationnalité des langues amérindiennes contre l’isomorphisme des structures, l’approche que nous proposons permet de résoudre ce dilemme, sans pour autant tomber dans des généralisations vagues (comme le caractère prédominant de la polysynthèse, de l’incorporation ou du « head-marking » pour les langues amérindiennes).

4Catharine Mason de l’Université de Caen a fait un exposé sur les recherches récentes en ethnopoétique qu’elle a menées sur les récits en chinook clackamas de Victoria Howard recueillis en 1930 par le linguiste Melville Jacobs. Cette intervention a été l’occasion d’une discussion approfondie du travail de Dell Hymes.

Publication

  • E. Désveaux et M. de Fornel, « De l’ojibwa au dakota : pour une analyse transformationnelle des langues amérindiennes », Journal de la Société des américanistes, t. 92-1 et 2, 2006, p. 165-209.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel, « La question du relativisme linguistique », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 334-335.

Référence électronique

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel, « La question du relativisme linguistique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18169

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Désveaux

Articles du même auteur

Michel de Fornel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals