Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique et morale

Didier Fassin, Michel Agier, Jonathan Friedman et Jackie Assayag
p. 339-342

Texte intégral

Didier Fassin, directeur d’études

Économie morale et action politique

1L’action politique, entendue comme l’ensemble des pratiques qui inscrivent dans l’espace public des attentes ou des critiques autour de biens communs, est sous-tendue par des valeurs et des normes, des jugements et des justifications – ce que l’on peut appeler une économie morale. Si l’anthropologie s’est depuis longtemps intéressée au politique, à ses Institutions et ses agents, en revanche elle s’est tenue à l’écart de la dimension morale du monde social, soit en la rejetant dans le domaine de la culture et en l’entourant d’un halo relativiste, soit en s’en gardant à cause d’un risque supposé de contamination normative, voire moraliste. L’anthropologie pouvait être politique, mais elle ne devait pas être morale. Le propos de ce séminaire est de tenter de penser ensemble les deux registres, et plus particulièrement d’analyser les ressorts moraux de l’espace politique. Au regard des usages que les historiens, les économistes et les sociologues ont fait de la notion d’économie morale, il s’agit de s’interroger sur la contribution spécifique de l’anthropologie, à la fois en tant qu’elle traite de contextes culturels différents et en tant qu’elle lie localisme ethnographique et généralisation comparative.

2L’enquête théorique présentée par Didier Fassin est conduite à partir d’un matériau empirique recueilli au cours des dernières années, principalement en France et en Afrique du sud. Après une séance introductive permettant d’approfondir le cadre conceptuel d’une économie morale, quatre exposés ont été consacrés à différents objets. La souffrance a été analysée comme un langage apparu dans l’espace public et les sciences sociales dans les années 1990 ; l’étude en a été développée à partir d’une recherche conduite sur les lieux d’écoute en France. La violence a été abordée, dans les suites des émeutes de l’automne 2005, sur la base d’une observation participante menée en Île-de-France sur les activités d’une brigade anticriminalité. Le témoignage a donné lieu à une présentation portant sur l’action des organisations humanitaires présentes en Palestine et sur leur effort pour rendre compte de la situation dramatique des victimes du conflit. La compassion enfin a été analysée en s’appuyant sur des travaux réalisés en Afrique du sud sur les enfants au temps du sida, à partir des figures de l’enfant violé, de l’enfant malade et de l’enfant orphelin. Ces quatre objets dessinent une sorte de topographie morale contemporaine.

3Quatre intervenants ont prolongé cette réflexion. Sandra Laugier, professeur à l’université de Picardie, a discuté l’innovation que représente, dans le champ philosophique, l’introduction de la question de l’éthique du care, inspirée des travaux nord-américains. Margaret Lock, professeur à l’université de McGill et directrice d’études invitée à l’École, a analysé les biopolitiques de l’ADN, à la lumière notamment du Human Genome Diversity Project et des problèmes anthropologiques, éthiques et moraux qu’il soulève. Vinh-Kim Nguyen, professeur à l’université de Montréal et professeur invité à l’Université Paris-XIII, a décrit le développement d’un dispositif thérapeutique d’allure militaire contre le sida en Afrique. Fabien Jobard, chercheur au Cesdip, a traité des violences policières en France en s’appuyant à la fois sur un corpus statistique et sur une observation participante du travail de la police. Allen Feldman, professeur à la New York University et directeur d’études invité à l’École, est revenu sur le thème de la violence à partir de sa recherche en Irlande du Nord.

4En marge de ce séminaire, un exposé a été fait dans le cadre du cycle de conférences organisé par l’École sur le thème Penser les émeutes de l’automne 2005, et une journée d’études a été organisée à la Maison des sciences de l’homme de Paris-Nord, sur le thème Science, médecine et politique, avec Nikolas Rose, professeur à la London School of Economics et directeur d’études invité, qui a parlé de biopouvoir et de biocapital, Dominique Pestre, qui a traité des savoirs et des marchés de la science, Margaret Lock, qui s’est interrogée sur la recherche médicale en génétique, et Didier Fassin, qui a analysé le style paranoïde dans les politiques sanitaires africaines.

5Par ailleurs, autour des thèmes traités dans le cadre de la direction d’études d’anthropologie politique et morale, une série d’exposés a été donnée dans les universités de Princeton, Berkeley et Madison, à la New School for Social Research de New York et à l’American Anthropological Association. Enfin, une conférence plénière sur le thème de la réconciliation et du ressentiment dans l’Afrique du sud de l’après-apartheid a été prononcée lors de l’ouverture de l’European Association for Social Anthropologists à Bristol.

Publications

  • Quand les corps se souviennent. Expérience et politique du sida après l’apartheid, La Découverte (« Armillaire »), Paris, 2006, 442 p.
  • Avec É. Fassin, De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, La Découverte (« Cahiers libres »), Paris, 2006, 264 p.
  • « L’humanitaire contre l’État, tout contre », Vacarme, n° sp. « Politique non gouvernementale », 34, 2006, p. 15-19.
  • « Une vérité sans réconciliation. Mémoire et histoire du sida dans le post-apartheid », Société et représentations, 22, 2006, p. 93-103.
  • « Variations anthropologiques sur la morale », Sciences humaines, collection Grand dossiers, « La moralisation du monde », 2, 2006, p. 38-41.
  • « Riots in France and silent anthropologists », Anthropology Today. Journal of the Royal Anthropological Institute, 22 (1), 2006, p. 1-3.
  • « The end of ethnography as collateral damage of ethics régulation ? », American Ethnologist, 33 (4), 2006, p. 522-524.
  • Avec E. d’Halluin, « Témoigner sur la Palestine. La qualification psychique des violences de guerre par les organisations humanitaires », dans Crises extrêmes. Face aux massacres, guerres et génocides, M. Le Pape, C. Vidal, J. Siméant (éds), Paris, La Découverte, 2006, p. 205-220.

Michel Agier, Didier Fassin et Jonathan Friedman, directeurs d’études avec Jackie Assayag, directeur de recherche au CNRS

Ordres et désordres du monde : enquête, échelle, critique

6Ce nouveau séminaire se proposait de questionner les événements et les contextes historiques, les modes d’action et de réaction des individus et des collectifs, qui participent de la production des formes d’ordre et de désordre dans les sociétés contemporaines et de la construction d’une pluralité de mondes sociaux, politiques et moraux. à travers l’analyse des rapports qu’entretiennent le local, le régional et le mondial, et sur la base d’études de cas, on s’est interrogé sur des situations empiriques : crises et résolution de crises, violences et processus de réconciliation, conflits et interventions militaires, camps et action humanitaire, états d’exception et zones de non-droit, etc. Autour de chaque situation, ont été examinées à la fois les conditions de leur émergence et les catégories descriptives et analytiques à travers lesquelles les saisissent les acteurs, les experts et les spécialistes de sciences sociales. S’appuyant sur l’anthropologie, ce séminaire a laissé une large place à la rencontre et à la discussion interdisciplinaires.

7Après une séance introductive, deux conférences ont été consacrées aux massacres et aux génocides. Jacques Sémelin, directeur de recherche au CNRS, a présenté une analyse comparative des massacres au cours du siècle écoulé, en s’appuyant sur une Importante documentation permettant à la fois une typologie des formes de crimes de masse et un essai d’interprétation historique. Jackie Assayag, pour sa part, s’est intéressé aux génocides, pour lesquels il s’est interrogé sur la catégorie même et ce qui la définit, sur les thématiques qu’ils mettent en œuvre et sur la relation à ses avatars coloniaux. Une réflexion sur l’action humanitaire a été conduite par Michel Agier, plus spécifiquement autour des camps de réfugiés à propos desquels il a développé la notion de pensée totalitaire, et par Didier Fassin, notamment autour des formes contemporaines de gouvernementalité mises en œuvre par les États et les associations au nom de la raison humanitaire, révélant ainsi une forme de gouvernement non gouvernemental. Dans le prolongement de cette analyse, Laetitia Atlani-Duault, maître de conférences à l’Université Lyon-II, a examiné les conditions de la mise en place des programmes de lutte contre le sida des Nations unies dans l’Asie centrale post-soviétique et Jean-François Leguil-Bayart, directeur de recherche au CNRS, a engagé une vaste réflexion sur les conditions politiques de réalisation d’un gouvernement du monde et sur une globalisation qui se déploie en mettant une partie des populations en attente. Alors que Jackie Assayag reprenait sur la base de son ouvrage récemment paru sur l’Inde désorientée les paradoxes d’une mondialisation fortement ancrée dans les singularités d’un pays pluri-millénaire, Margaret Lock, professeur à l’Université de McGill à Montréal et directrice d’études invitée à l’École, analysait les enjeux moraux des transferts internationaux d’organes à partir notamment de ses travaux au Japon, et Allen Feldman, professeur à New York University et directeur d’études invité à l’École, s’appuyait sur ses enquêtes concernant le processus de réconciliation en Afrique du sud, pour s’interroger sur la question de la normalité dans les conditions d’extrême violence, en l’occurrence raciste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Fassin, Michel Agier, Jonathan Friedman et Jackie Assayag, « Anthropologie politique et morale », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 339-342.

Référence électronique

Didier Fassin, Michel Agier, Jonathan Friedman et Jackie Assayag, « Anthropologie politique et morale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18174

Haut de page

Auteurs

Didier Fassin

Articles du même auteur

Michel Agier

Articles du même auteur

Jonathan Friedman

Articles du même auteur

Jackie Assayag

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals