Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Données biologiques : imaginaire et identité

Mary Picone
p. 344-345

Texte intégral

Mary Picone, maître de conférences

Terrains hors normes : dans la peau de l’autre

1Dépasser les frontières entre l’anthropologue/enquêteur et les sujets « enquêtes » détruit l’équilibre précaire qui sous-tend l’observation-participante. Il convient de rappeler, par ailleurs, que ce concept, inversé dans la traduction de l’anglais, a toujours été difficile à mettre en acte. Les matériaux analysés dans ce séminaire rendent explicites les tensions sociopolitiques, psychologiques et éthiques que tous les anthropologues éprouvent sur le terrain. Investiguer ouvertement des mouvements extrémistes ou terroristes (tels que Aum shinrikyô), des milieux criminels, ou des ethnies isolées par des instances politiques est très difficile, sauf si on se transforme, malgré sol, en intermédiaire accrédité.

2Ces textes permettent de sensibiliser les jeunes chercheurs aux risques de dérives de ce type.

3Parfois les protagonistes des récits considérés ont simplement caché leur Identité, avec l’accord du groupe en question, à des autorités hostiles (G. Wallraff, Tefe de Turc, W. Thesiger, Arabian Sands). Dans d’autres cas (M. Boulet, Dans la peau d’un intouchable, ou J. Howard Griffin, Black like me), teinture de la peau aidant, ils ont été acceptés par les « leurs » parce qu’ils considéraient que personne ne choisirait librement de partager misère et humiliation. Par ailleurs certaines transformations physiques laissent des traces irréversibles, Wallraff, comme G. Orwell (Dans la dèche à Paris et à Londres), gâche sa santé ; Orwell meurt prématurément d’une tuberculose mal soignée.

4Les motivations d’enquêtes de ce type sont explicitées par Wallraff. Dans sa préface il écrit : « il faut se travestir pour démasquer la société », c’est-à-dire devenir Turc aux yeux des Allemands pour pouvoir témoigner – enregistrements à l’appui – de l’exploitation méprisante des immigrés en RDA. La démarche de A. Tristan (Au Front), qui a vécu comme militante au sein d’un petit groupe de frontistes, s’appuie sur des convictions similaires mais adopte une stratégie Inversée.

5Au XIXe siècle d’autres travestissements ont été occasionnés par l’isolement géographique et l’envie d’être le premier occidental à pénétrer dans une ville interdite. R. Burton en derviche persan (Personal Narrative of a Pilgrimage to Al-Mahdina and to Mecca) ou A. David-Néel en pèlerine tibétaine mendiante, (Aventures d’une Parisienne à Lhassa), ont réussi à faire illusion en partie grâce à leur profonde connaissance des langues et des cultures locales.

6De nos jours le brouillage de frontières est souvent dû au domaine étudié. Par exemple, les enquêtes très détaillées sur les pratiques sexuelles rendues nécessaires par l’épidémie du SIDA, ont conduit à de nouvelles formes de terrain. Le sociologue D. Welzer-Lang, entouré d’un groupe d’étudiants/assistants a participé (en tant que « voyeur ») aux ébats d’un groupe d’échangistes et à la vie naturiste au Cap d’Agde. Un ouvrage collectif récent, présenté par D. Kulick et al. est encore plus proche de notre sujet ; on lève enfin le voile sur les expériences sexuelles des anthropologues sur le terrain : qui décrivent leurs amours hétéro ou homosexuels avec les interlocuteurs, le viol subi, etc.

7Quelques psychologues ont également dissimulé leur présence sur le terrain. En 1956, L. Festinger (When Prophecy Fails) et quelques-uns de ses étudiants firent semblant d’accepter les révélations d’un petit groupe en attente d’une apocalypse imminente et furent incorporés dans les messages reçus.

8Enfin, en 1976 (article paru dans Science), D. Rosenhan et huit collègues, prétextant le même symptôme minimaliste, réussirent à se faire interner sans peine dans des hôpitaux psychiatriques américains.

9Cette expérience fut répétée, avec des résultats plus positifs, par L. Slater (Opening Skinner’s Box) en 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 344-345.

Référence électronique

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18177

Haut de page

Auteur

Mary Picone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals