Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des techniques contemporaines

Michel Tibon-Cornillot
p. 346-348

Texte intégral

Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences

Simulation du vivant et biotechnologies : savoir distinguer les automates et les organismes techniquement modifiés

1L’évolution de nombreux produits techniques est marquée par leur miniaturisation : tel est le constat dont nous sommes parti. Sont concernés les composants électroniques et par conséquent les ordinateurs, mais aussi les multiples objets de la microchirurgie de même que les micro-instruments utilisés dans bien d’autres domaines (radiologie, serrurerie, optiques par exemple) ; cette miniaturisation se retrouve dans l’industrie pharmaceutique, dans les encapsulations de médicaments, ainsi que dans le développement de la télésurveillance (microcaméras, appareils numériques miniaturisés...). La liste est fort longue des objets techniques qui sont entrés dans un processus général de compaction-miniaturisation tendant à les faire passer du millimétrique au micro puis nanométrique.

2Ces modifications ont pour première conséquence de rendre invisible à l’œil nu ces structures et assemblages techniques artificiels dont la présence peut être ainsi oubliée. Ce changement d’échelle induit alors une série de confusions dans la compréhension des objets techniques et de leurs rapports aux organismes vivants. Une fois miniaturisées, les structures artificielles devenues non perceptibles sont lues en tant qu’éléments appartenant de facto aux organismes vivants dans lesquels ils sont inclus. Dans ce nouveau contexte, apparaissent alors des séries de sophismes qui, tous, tendent à confondre la proximité spatiale plus Intime des objets artificiels et de leur environnement organique vivant avec une sorte d’hybridation, à ce stade encore imaginaire qui les uniraient à des éléments organiques vivants.

3Nous avons présenté quelques cas où la confusion entre des ordres bien différents de performances techniques devient un frein et même un barrage infranchissable contre lequel se heurtent les analyses. Qu’en est-il en effet du statut « ontologique » de la brebis Dolly... et de tous les mammifères clonés, transgéniques, chimériques qui l’ont précédé ou lui ont succédé ? Ce sont d’étranges animaux ; mais ne sont-ils pas plutôt de curieuses machines ? On voit bien qu’à ce stade le statut des machines, des robots androides, des ordinateurs et des organismes techniquement modifiés n’est pas stabilisé.

4Une première distinction s’impose : les rapports des techniques contemporaines aux organismes vivants s’organisent autour de deux pôles, la fabrication des automates contemporains et la mise en place d’organismes biologique-ment modifiés. Les nouvelles générations d’automates développent en effet des relations de plus en plus étroites avec les structures vivantes selon les modalités de la simulation, « être comme le vivant ». Cette orientation des relations vivant-artificiel a pris un essor considérable, et de nombreux laboratoires de neurophysiologie, d’informatique, collaborent pour réaliser des modèles capables de reproduire de mieux en mieux les activités physiologiques et cérébrales des hominiens. L’horizon est celui des machines avec, comme modèle, les êtres vivants. Il ne s’agit pas de fabriquer du vivant mais des machines comme le vivant, au plus près, en mieux.

5Les biotechnologies s’inscrivent dans une perspective bien différente. Une bonne partie de leurs développements s’est faite dans les quarante dernières années, en rapport avec l’introduction des hypothèses macromoléculaires en biologie. En établissant une continuité entre des structures formant la matière et celles à l’œuvre dans le vivant, les biologistes ont cru mettre en évidence les supports moléculaires de l’hérédité et comprendre les mécanismes de la transcription-traduction permettant de passer de l’ADN-ARN aux protéines. Ces hypothèses ont permis la naissance et le développement de travaux dont les résultats les plus remarquables sont liés aux manipulations directes de ces macromolécules ainsi qu’aux micromanipulations cellulaires liées à la fécondation et à l’embryologie. Dans tous les cas, le rapport des techniques appliquées aux organismes vivants est très différent de celui évoqué plus haut à propos des simulations robotiques des organismes. Leur efficacité tient à leur adaptation aux processus du métabolisme et à leur détournement au profit de finalités introduites artificiellement.

6Dans les dernières séances, nous avons rappelé aux auditeurs que ces distinctions étaient un préalable nécessaire à toute analyse portant sur la fabrication éventuelle d’hybrides, de prothèses ou de cyborgs, c’est-à-dire d’entités alliant en elles-mêmes des parts de structures artificielles et des éléments de systèmes organiques.

Publication

  • Avec A. Andremont, Le triomphe des bactéries. La fin des antibiotiques ?, Paris, Max Milo, 2006, 274 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 346-348.

Référence électronique

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18179

Haut de page

Auteur

Michel Tibon-Cornillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals