Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des espaces politiques

Jean-François Gossiaux
p. 354-355

Texte intégral

Jean-François Gossiaux, directeur d’études

1. Logiques ethniques et formes politiques : exemples du Sud-Est européen

1Un point a tout d’abord été fait sur la notion anthropologique de « communauté », terme souvent utilisé à tort et à travers dans des acceptions relevant des questions d’ethnicité. On a distingué les approches de type culturaliste, illustrées notamment par Robert Redfield, et les approches plus historiques qui caractérisent l’ethnologie des sociétés paysannes. Les communautés y sont définies comme des unités sociales restreintes, vivant en économie partiellement fermée, sur des territoires dont elles tirent l’essentiel de leur subsistance. Telles apparaissent les communautés fondées sur la parenté dans les Balkans, dont l’archétype est la zadruga sud-slave. Cette parenté peut être plus idéelle que réelle. C’est le cas des tribus (plemena), entités politiques qui se forment, notamment au Montenegro, à partir du XVe siècle. Nous avons vu comment deux théories concurrentes s’efforcent d’expliquer leur (ré-) apparition : la « théorie de la continuité », pour qui elles sont une résurgence des tribus slaves antérieures à l’arrivée dans les Balkans, et celle dite « des communautés valaques », qui voit dans les communautés de pasteurs nomades les germes de cette organisation politique. Une ethnographie de villages albanais du Kosovo montre que l’identité tribale est restée opératoire jusqu’au XXe siècle dans les conflits et les rapports de force (vendetta), même si concrètement ce sont des groupes de descendance de niveau inférieur qui en sont les acteurs.

2Une séance a été consacrée à une (brève) description de la complexité ethnique des Balkans (existence d’un grand nombre d’ethnonymes renvoyant à divers niveaux d’identification). Plus qu’elle ne décrit une réalité objective, cette complexité signifie surtout une façon sophistiquée d’identifier les individus et les groupes, c’est-à-dire, en fait, de mémoriser les mouvements de population. Le peuplement des Balkans n’est pas plus hétérogène que celui d’autres carrefours en Europe. Mais ce sont les classifications indigènes, i.e. les opérations mentales sur la réalité sociale, qui y sont particulièrement complexes. Les Instrumentalisations politiques de cette complexité – thème récurrent du séminaire – rendent particulièrement chaotique l’imposition à la région d’un ordre européen fondé sur le principe des nationalités (ou sur celui des « minorités »). Une séance animée par Ivaylo Ditchev (Université de Sofia) et consacrée aux partis ethniques en Bulgarie en a fourni une illustration.

3Si le trop-plein balkanique contrarie l’ordre européen, les institutions supranationales de l’Europe sont tout autant perturbées par leur propre vide symbolique. Comme tout groupe humain, les nations (se) sont dotées d’un certain nombre de marqueurs, ressortissant le plus souvent, en l’occurrence, à une culture institutionnalisée. Parmi ceux-ci, les musées – de divers types – occupent une place éminente. Les difficultés rencontrées par l’Idée de « musée de l’Europe » nous ont amenés à nous interroger sur les apories symboliques de la « construction européenne », et, au-delà, sur la nature même de celle-ci. L’incapacité à sortir du corpus d’emblèmes et de symboles élaboré par les nationalismes du XIXe siècle renverrait ainsi au caractère indicible de l’entité politique en question.

2. Espaces et pouvoirs : phénomènes de transition dans des sociétés de tradition nomade (Sibérie, Asie centrale, Afrique) (avec André Bourgeot, directeur de recherche au CNRS et Boris Pétrie, chargé de recherche au CNRS)

4Dans la continuité des années précédentes, le séminaire s’est en partie articulé autour d’une recherche collective portant sur trois régions situées respectivement dans la Fédération de Russie (territoire autonome bouriate d’Aga), au Kirghizstan et au Niger. On a ainsi abordé, de façon comparative, les conditions de la transition économique et le passage (incertain) à l’économie de marché, les enjeux fonciers, l’émergence d’entrepreneurs.

5Dans le champ politique, on s’est attaché aux permanences et aux recompositions du pouvoir local, dans sa relation au national et au supra-national (ONGs). Boris Pétric, à partir d’un film dont il est l’auteur, Democracy@large, a notamment présenté l’ethnographie détaillée du déroulement des élections dans un village du Kirghizstan. De là, l’interrogation s’est portée sur l’autonomie du national par rapport aux ingérences explicites d’instances porteuses de normes censément universelles. Une séance animée par André Bourgeot a été consacrée à l’utilisation de la notion de révolution dans trois États de la CEI, la Géorgie, l’Ukraine et le Kirghizstan.

Publication

  • « Religion et identité : le cas yougoslave » dans La religion : unité et diversité, sous la dir. de L. Testot et J.-F. Dortier, Auxerre, Éd. Sciences humaines, 2005, p. 303-309 (repris de Sciences humaines, hors série 41, 2003).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Gossiaux, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 354-355.

Référence électronique

Jean-François Gossiaux, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18184

Haut de page

Auteur

Jean-François Gossiaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals