Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale de l’Europe du Sud

Marie-Élisabeth Handman
p. 382-383

Texte intégral

Marie-Élisabeth Handman, maître de conférences

La prostitution

1Ce séminaire s’attache à faire la part égale aux données de terrain, aux questions d’actualité et aux questions théoriques. Il s’est ouvert sur une présentation de la conférence de Bruxelles (octobre 2005) des travailleurs et travailleuses du sexe en Europe, revendiquant des droits pour les prostitués des pays abolitionnistes comme la France et réfléchissant à un statut possible pour ceux et celles qui ne travaillent pas dans les pays réglementaristes comme la Hollande ou l’Allemagne. Cette présentation a été suivie d’un exposé sur les mobilisations de prostituées en France depuis 2002, année de l’annonce de la Loi pour la sécurité intérieure qui sera adoptée le 18 mars 2003 et fera du racolage, même passif, un délit puni de deux mois de prison et 3750 € d’amende. À l’occasion de ces présentations a été discutée la question de savoir pourquoi les prostituées parisiennes s’opposent, sans pouvoir expliquer pourquoi, à l’expression travailleuse du sexe, traduction de l’anglais sex worker. Il semble que ce soit parce que le mot sexe en français renvoie uniquement à l’organe, alors qu’en anglais il recouvre à tout ce qui a trait à la sexualité, et que les prostituées françaises ne veulent pas être réduites à un organe : elles disent entretenir des relations d’amitié et d’aide psychologique avec leurs clients qui comptent infiniment plus que le simple acte sexuel.

2Trois exposés ont porté sur des données de terrain. L’un sur la Thaïlande a dédramatisé la situation des prostituées thaïlandaises, présentées par les ONG abolitionnistes comme de pauvres victimes, alors qu’il s’agit de jeunes femmes consentantes, ne travaillant jamais à la chaîne et capables de négocier des mariages avec des clients étrangers. Un autre sur la prostitution chinoise à Paris a montré que les femmes qui se prostituent ne sont pas victimes de mafias, mais ont de lourdes dettes à payer, notamment leurs dettes de passage. Le dernier a porté sur les Nigérianes se prostituant à Pérouse (Italie). Là encore a été mise à mal l’idée répandue par les lobbies abolitionnistes selon lesquelles ces femmes seraient tenues en esclavage par des proxénètes utilisant des rituels « vaudou » pour les garder sous leur coupe. S’il est vrai que des filières existent, les rituels de départ, qui sont la norme en cas de séparation d’une personne de son milieu et qui s’appellent non pas vaudou mais « juju », n’obligent pas les prostituées à garder le secret sur leurs « exploiteurs ». Mais là encore, elles ont des dettes de passage et surtout, comme en France, elles sont confrontées au racisme et à la répression.

3Un exposé a traité de la prostitution et la psychiatrie, révélant que la prostitution n’a jamais été constituée en maladie psychique, contrairement à l’homosexualité par exemple, et ce en dépit des troubles que peuvent présenter des prostituées. Mais les psychiatres posent volontiers en termes moraux l’écart à la norme que représente le fait de se prostituer.

4Enfin Enric Porqueras i Géné a été invité à parler de « La vision paulinienne de la prostitution et son incidence sur le droit canon ».

5Tout au long de l’année ont été abordées les questions d’actualité, essentiellement celles liées à la répression policière en France qui interdit de facto l’activité prostitutionnelle, alors qu’elle n’est pas illégale. Le séminaire compte trois membres de l’association Droit des femmes, femmes de droit, grâce à laquelle des prostituées parisiennes ont pu être auditionnées par la Commission citoyens, justice, police de la Ligue des droits de l’Homme, du Syndicat de la magistrature et du MRAP, dont les conclusions font état de graves dysfonctionnements tant de la police que de la justice ; ces conclusions rendues publiques le 22 juin 2006 ont permis la saisine par des parlementaires de la Commission nationale de déontologie de la sécurité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Élisabeth Handman, « Anthropologie sociale de l’Europe du Sud », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 382-383.

Référence électronique

Marie-Élisabeth Handman, « Anthropologie sociale de l’Europe du Sud », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18211

Haut de page

Auteur

Marie-Élisabeth Handman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals