Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Histoire et épistémologie de l’anthropologie sociale

Jean-Paul Colleyn, Jean Jamin et Patrick Williams
p. 384-387

Texte intégral

Jean-Paul Colleyn et Jean Jamin, directeurs d’études

Anthropologie, image, littérature : le statut de la fiction

1Ce séminaire a poursuivi l’exploration du champ d’études proposé l’an dernier en examinant d’un point de vue anthropologique, et en approfondissant d’un point de vue théorique, la notion de fiction, qu’elle soit littéraire, théâtrale, cinématographique, picturale ou même « ethnographique » (si l’on entend par là l’examen de conduites fictionnelles telles que la possession ou la mascarade), et qu’il convient de distinguer de tout autre qui ressortit à la croyance, au mythe ou à la légende. On rappellera les deux principaux axes et moments analytiques de ce séminaire : en premier lieu, il s’est agi d’évaluer et de critiquer l’usage inflationniste et, ce faisant, peu précis que les sciences humaines dites postmodernes font de la notion de fiction – qui tend à se confondre avec celle de récit –, notamment à des fins rhétoriques pour souligner d’une part la « fausseté » des croyances exotiques et, d’autre part, les illusions d’optique ou de cadrage de certains observateurs, « exotes » ou même ethnologues. En second lieu, une définition plus rigoureuse de son emploi a été proposée à partir d’un examen serré des conceptions classiques (par exemple chez Aristote, Platon, Hume, Kant, Freud) et des acceptions plus récentes de la notion de fiction en narratologie (Gérard Genette, Thomas Pavel, Doritt Cohn, Jean-Marie Schaeffer, etc.) ou en anthropologie (notamment chez Marcel Griaule, Michel Leiris, Edmund Leach, Clifford Geertz, James Clifford, Marc Augé). Considérant que la recherche de vérité(s) doit demeurer à l’horizon des efforts des scientifiques, il est judicieux d’éviter les emplois rhétoriques de la notion de fiction et d’en réserver l’usage à la fiction artistique, qui se distingue alors du faux (du mensonge), de l’erreur (de l’Illusion), du mélange des deux (de l’idéologie), de la croyance (de la religion), du présage (de la superstition) ou encore de l’hypothèse (de la théorie). La fiction artistique, toutefois, retombe dans l’escarcelle de l’anthropologie puisqu’elle entretient avec l’imaginaire collectif des relations d’influences réciproques. Comme le note Claude Lévi-Strauss (« Finale » de L’Homme nu, p. 560), « les œuvres individuelles sont toutes des mythes en puissance, mais c’est leur adoption sur le mode collectif qui actualise, le cas échéant, leur mythisme ». Ce mythisme, ces « parties cristallines » des œuvres, ces relations d’influences réciproques ont été étudiées à partir d’exemples empruntés à la littérature romanesque occidentale, réaliste ou non, et du cinéma documentaire où, parfois, les techniques de la fiction viennent combler l’absence d’images référentielles, ce qui ne pose aucun problème lorsque le pacte narratif est clair.

2Jean Jamin s’est intéressé, pour sa part, aux biographies réelles ou imaginaires de deux grandes chanteuses américaines des années 1930, Billie Holiday et Sophie Tucker. À partir de ces exemples et de leur narration, il a été amené à s’interroger sur le mythisme même de la chanson dite populaire, du « tube » ou du « standard », qui agit comme une sorte de sémaphore acoustique, c’est-à-dire dont airs et paroles contribuent à baliser, orienter et ordonner le champ des émotions collectives, si ce n’est même celui de l’inconscient collectif : sur le mode d’une « fiction » narratologique, voire musicologique, la chanson ouvre des fenêtres sur les représentations au sens strict de l’identité, de l’altérité, de l’intimité et de la sensibilité, et constitue, de ce fait, un opérateur anthropologique puissant.

3Jean-Paul Colleyn a poursuivi, quant à lui, l’exploration du travail des documentaristes en étudiant les choix épistémologiques (conscients ou inconscients) des réalisateurs et les techniques fictionnelles utilisées dans le cinéma documentaire. Il en ressort qu’en raison de questions non questionnées, de choix esthétiques et de manipulations au service de « l’effet de réel », le genre documentaire se fonde, parfois à son insu ou, en tout cas à l’insu du public, sur des contours flous. Des extraits des films ont été projetés, commentés et analysés (The Thin Blue Line, Death by Design, Tableau avec chute, Shoa, A l’Ouest des rails).

4Dans le cadre de cette problématique de la fiction, des étudiants et des chercheurs ont été invités à présenter leurs travaux et réflexions. C’est ainsi que Régis Meyran (LAHIC) a fait un exposé sur la fiction du ou des folklores – et dans le ou les folklores – en se fondant sur les analyses et thèses de William Lhamon (Raising Cain, Harvard University Press, 1998), développées à partir de la notion de « cycles de lore », c’est-à-dire sur ces « pans entiers de la culture qui n’exhibent pas de racines (problème de la référentialité) et ne produisent pas de monuments culturels (problème des lieux dits de mémoire) » ; Alexandre Pierrepont (Université Paris-VII) s’est précisément penché sur la question de la référentialité et des lieux de mémoire dans la littérature noire américaine contemporaine et, notamment, dans l’œuvre de John Edgard Wideman ; Corinne Maury (Université de Tours) s’est attachée à dégager des formes poétiques dans le cinéma documentaire.

Publications

Jean-Paul Colleyn

  • Avec L. Homberger, Ciwara. Chimères africaines (préface de S. Martin), Paris, Musée du Quai Branly, 2006. 93 p.
  • « De la manière d’habiter le monde ». À propos de P. Descola, « Par-delà nature et culture », Critique, avril 2006, 707, p. 302-310.
  • Les Masques, La divination, La mort, L’initiation, Quatre programmes multimédias pour le Musée du Quai Branly, département Afrique, 2006.

Jean Jamin

  • Dir. du dossier thématique « Chanter, musiquer, écouter », L’Homme, 177-178, 2006, 250 p.
  • « Sonner comme soi-même. Ce que ne nous disent pas les vies de Billie Holiday », L’Homme, 177-178, 2006, p. 179-198.
  • « L’introduction d’André Schaeffner à Musique et danses funéraires chez les Dogons », suivi de « Schaeffner aux tambours » par B. Lortat-Jacob, L’Homme, 177-178, 2006, p. 207-250.
  • « Hot Music. Une lettre inédite de Michel Leiris à André Schaeffner (8 mars 1935) », L’Homme, 177-178, 2006, p. 199-206.
  • Avec Y. Séité, « Anthropologie d’un tube des années folles : de jazz en littérature », Gradhiva, 4 (nouv. série), 2006, p. 3-44.

Jean Jamin, directeur d’études avec Patrick Williams, directeur de recherche au CNRS

Jazz et anthropologie

5Dans la continuité de la réflexion engagée depuis deux ans sur les phénomènes d’hybridation, d’interaction et de réception dans les performances de la musique de jazz, que ce soit en concert, en studio, en club, ou même en conservatoire, le séminaire de cette année s’est notamment interrogé sur la spatialisation du « sonore » en jazz, qui lui semble consubstantielle. Elle est non seulement repérable dans son histoire, ses genres et ses styles (New Orleans, Saint Louis, Kansas City, Chicago, West Coast, Harlem Stride, etc.) mais dans sa geste musicale : dislocation de la tonalité, de la mesure, du rythme, du timbre, du doigté, exploration de la grille harmonique dans les blues et les standards... Il se manifeste là une esthétique si ce n’est même une philosophie du décalage qu’ont mis en évidence, tant d’un point de vue musicologique, organologique que sociologique, les récents travaux, présentés sous forme d’exposés au séminaire, de : Patrick Williams, Alessandro Duranti (Université de Californie, Los Angeles), Marc Chemillier (Université de Caen, et Ircam, Paris), Paul Merrill (Université de Californie, Los Angeles), Jocelyn Bonnerave (doctorant), Philippe Collet (doctorant), Fayçal Bénouniche (doctorant). Cette manière d’être dans la musique (et dans la société) et de faire de la musique se serait en quelque sorte développée au cours du long métissage culturel (la diaspora noire) et de l’extrême dramatisation sociale (l’esclavage, le racisme, la ségrégation) dont le jazz est issu. Ce qui tint lieu de tradition ne put être qu’une invention permanente de la tradition, un dépassement, voire un rejet de tout ce qui faisait système, doctrine, dogme ou folklore, alors perçu comme un dispositif non seulement de contraintes mais d’oppressions, ainsi que l’énoncent les thèses du poète et essayiste noir-américain Le Roi Jones (Amiri Baraka) présentées par Emmanuel Parent (doctorant) et confrontées à celle du musicien et écrivain Ralph Ellison. Transformer des cantiques religieux (gospel songs), des chants de travail (work songs), des mélopées de forçats (chain-gang songs), des complaintes (blues), en objets de danse, de distraction, voire de plaisir et d’érotisme, relève moins de la protestation ou de la provocation, que de l’ironie, en somme de la distanciation. De là, sans doute, l’un des traits pour ainsi dire génériques du jazz d’apparaître constamment « sur le gril », d’affirmer une identité, fût-elle une identité « yoyo », et de renvoyer à cette « double conscience » qu’a conceptualisée W. E. B. Du Bois au début du siècle, ou à cette extraterritorialité esthétique qu’ont récemment mise en avant Paul Gilroy ou William Lhamon. Ce que les exposés de Jean Jamin sur Billie Holiday ou sur Sophie Tucker, de Rashida Braggs (Northwestern University, Chicago) sur Sidney Bechet, de Clare Moss (Université Bordeaux-III) sur les chanteuses Jeanne Lee, Betty Carter et Abbey Lincoln, et d’Alexandre Pierrepont (Université Paris-VII) sur l’Association for the Advencement of Creative Musicians et la « Great Black Music » de Chicago ont tenté de montrer. Des séances du séminaire ont été réservées, comme d’habitude, à des musiciens : Bill Dixon (trompettiste), Joëlle Léandre (contrebassiste), et à des cinéastes venus présenter leur film sur le jazz : Daniel Friedman (Lionel’s Bar), Nicholas Humbert (Ninety Minutes Celluloid). Des incursions dans le monde de la littérature et de la critique ont été également proposées, envisageant cette fois la réception du jazz en Europe, avec les exposés de Philippe Fréchet (éditeur) sur Pierre Mac Orlan, Céline, Jean-Paul Sartre, Boris Vian, etc., et de Yannick Séité (Université Paris-VII) sur Robert Goffin et Hugues Panassié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Colleyn, Jean Jamin et Patrick Williams, « Histoire et épistémologie de l’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 384-387.

Référence électronique

Jean-Paul Colleyn, Jean Jamin et Patrick Williams, « Histoire et épistémologie de l’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18213

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Colleyn

Articles du même auteur

Jean Jamin

Articles du même auteur

Patrick Williams

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals