Skip to navigation – Site map
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie évolutionnaire

Frédéric Joulian
p. 390-394

Full text

Frédéric Joulian, maître de conférences

1. Évolution, natures et cultures : éléments d’anthropologie fondamentale. 2. Des objets et des techniques entre nature et culture (avec Suzanne de Cheveigné, chargée de recherche au CNRS, Joëlle Le Marec, maître de conférences à l’ENS-LSH et Pierre Lemonnier, directeur de recherche au CNRS). 3. Objets, techniques et cultures (avec Olivier Gosselain, maître de conférences à l’Université libre de Bruxelles et Pierre Lemonnier, directeur de recherches au CNRS)

1La mise en place du master a permis de renouveler la structure de mon enseignement selon deux axes principaux correspondant d’un côté aux recherches en éthologie animale et en anthropologie de la nature menées au sein de l’équipe que je coordonne (PRI « Évolution, natures et cultures ») et de l’autre, à une collaboration avec différents chercheurs français et belges opérant dans le domaine de l’anthropologie des techniques.

2Le premier enseignement (1) prend la suite du séminaire d’anthropologie évolutionnaire et développe une approche intégrant perspectives naturalistes et culturalistes à propos de l’évolution des sociétés humaines et préhumaines. Cette année, comme en 2004-2005, le séminaire s’est articulé autour de deux volets distincts : le premier a porté sur la nécessité d’une anthropologie fondamentale à la fois évolutionniste et comparatiste (à partir de ses prémisses primatiques et en particulier des « cultures » animales). J’y ai poursuivi une épistémologie historique et critique de l’anthropologie fondamentale de la fin des années 1960 et dégagé les conditions de son application à la recherche d’aujourd’hui puis présenté les théories et données de terrains qui permettraient de parler de « cultures animales » en articulant biologie, cognition et cultures. Un des reculs théorique actuels les plus marqué est celui qui correspond aux explications de l’évolution humaine qui ne s’entendent plus qu’en termes biologiques ou cognitifs et non en termes socioculturels, économiques et historiques tels que les sciences sociales les abordaient encore dans les années 1960-1970. L’anthropologie évolutionnaire que je construis est une réponse possible à ces réductionnismes inféconds. Nous avons ensuite entendu Véronique Servais (psychologue à l’Université libre de Liège) à propos de l’évolution de la communication et Oona Widmer doctorante sous ma direction, à propos du rôle du regard dans les fonctions d’interactions entre primates (bonobos en situation semi-captive) et entre primates et humains (bonobos, animaliers et visiteurs en RDC au sanctuaire de Lola).

3Le second volet du séminaire a visé à une exploration large des rapports à la nature, à l’animal et à l’environnement dans différentes sociétés européennes et non européennes. Lucie Dupré (ethnologue à l’INRA) y est intervenue et a traité des anciens et nouveaux usages de l’environnement du double point de vue de la sociologie et de l’anthropologie. Nous l’avons questionnée sur les rapports encore imprécis entre anthropologie de la nature et sociologie de l’environnement. Dans deux autres séances sur « l’appropriation de la nature », Nicolas Govoroff (ethnologue au CNRS), Frédérique Jankowski et Vincent Leblan (doctorants) et moi-même avons exposé les résultats de nos travaux de terrain en Afrique sur les relations spatiales, historiques et anthropologiques avec les animaux sauvages et domestiques, et ce, dans des contextes « naturels », autrement dit, en situation anthropisée et hétérogène où conceptions occidentales et africaines de la nature ne manquent pas d’entrer en tension. L’ethnologue Philippe Descola (EHESS-Collège de France) est intervenu en dernière séance à l’occasion de la parution de son ouvrage Par-delà nature et culture. Nous l’avons principalement questionné sur les raisons de son projet d’anthropologie générale des rapports à la nature et sur sa réponse originale à la césure dualiste N/C.

4Cet enseignement de master 2 a été appuyé par deux journées d’études du laboratoire du Shadyc, l’une sur « les Économies de la Nature, vues des SHS », l’autre sur « les procédures d’évaluation en science et les fondements d’une prospective interdisciplinaire en SHS ». Ces deux journées interdisciplinaires ont regroupé des chercheurs de l’EHESS-Marseille (Jean Boutier, Suzanne de Cheveigné), et de Paris (Bernard Hubert, Alice Ingold, Jean-Charles Hourcade), ainsi que d’autres institutions et des doctorants avancés (Vincent Leblan). Ceux-ci ont présenté leurs travaux et réflexions sur des questions de gestion de la nature et de l’environnement de différentes fenêtres disciplinaires (économie, histoire, sociologie, écologie, ...) dans un dialogue ouvert et fructueux. Il s’agissait de mettre en rapport des projets de recherches apparentés mais non encore reliés pratiquement au sein de l’École, puis d’explorer, à l’occasion de la seconde journée sur l’évaluation, les décalages entre pratiques de recherches innovantes (générées par des projets interdisciplinaires par ex.) et modes d’administration et d’évaluation de la recherche, ces décalages étant encore fort improductifs et problématiques pour la recherche comme pour personnes.

5Le second axe d’enseignement (2 et 3) a porté sur le domaine des objets et des techniques et leur place dans les sociétés contemporaines ou passées. Afin de mettre en œuvre ce secteur de formation encore peu représenté à l’EHESS-Marseille et afin de développer à terme un master européen sur le sujet, nous nous sommes associé avec Pierre Lemonnier et Olivier Gosselain afin de proposer un panorama le plus large possible les études actuelles sur les techniques. Ce séminaire de master 2 aborda le champ des techniques comme un champ transverse et multidisciplinaire. Nous avons, en cette première année de cours, tenu à exposer l’éventail le plus large possible de thématiques et d’auteurs importants du domaine. À titre d’exemple, nous avons abordé la question des limites du champ technique via les techniques non humaines, celle de la notion d’efficacité prise dans des temporalités extrêmement variées, celle des implications du courant de l’ethnographie cognitive pour l’anthropologie,... Les interventions d’Agnès Jeanjean (Université de Nice) sur les usages techniques et les représentations symboliques chez les égoutiers de Montpellier, de Salvatore d’Onofrio (Université de Palerme) sur les universaux techniques, de Sophie Desrosiers sur la géographie historique des tissages andins, ont illustré la diversité et la vitalité de ce secteur. Des collègues archéologues ont présenté une nouvelle façon de considérer l’évolution des techniques dans le temps de la préhistoire en se fondant autant sur les matières travaillées que sur les stricts modes de production (Jean-Michel Geneste, ministère de la Culture et Ingrid Sénépart, mairie de Marseille) et nous ont fait prendre la mesure de la richesse et de la qualité des recherches actuelles en technologie culturelle. Un parcours atypique intégrant au cœur même des recherches, et ce depuis leur origine, l’engagement scientifique au respect des hommes et de leurs productions matérielles a caractérisé la présentation de notre collègue, Jean Polet (Paris I) qui a décliné l’histoire complexe des échanges d’objets et de représentations entre l’Afrique et l’Europe et des origines aux derniers avatars parisiens.

6Nous avons également organisé, en collaboration avec Joëlle Le Marec, Suzanne de Cheveigné et Pierre Lemonnier, un colloque de trois journées sur la place des objets et des techniques en « frontière de plaque » entre science de la nature et sciences de la culture et sur leur restitution muséale (ou non) auprès des sociétés qui les ont générées. Les exemples actuels des musées du Quai Branly, du MCEM (ex. ATP) à Marseille et des Muséum de Toulouse et de Tervuren nous ont permis de reposer différentes questions liées aux contradictions fortes que l’on observe entre les politiques de développement des patrimoines culturels autochtones ou exotiques, et les conceptions et formats dépassés sous lesquels ils sont mis en place. Les journées intitulées 1) : « Des enjeux politiques autour du patrimoine matériel : recrutement d’objets, recrutement de données et procès de patrimonialisation », 2) : « Objets et techniques dans les dynamiques culturelles », 3) : « Étudier/représenter des objets hybrides entre nature et culture » ont été organisées en novembre dernier. La première journée a engagé des réflexions sur la culture matérielle « modeste » (P. Lemonnier, F. Joulian, Denis Chevallier). Denis Delaforge s’est intéressé quant à lui à des objets produits en flux continu sur Internet et aux problèmes d’archivage qu’ils posent. La deuxième journée a donné la possibilité d’exposer des recherches ethnographiques et archéologiques de pointe sur les modes de génération du social dans ou par les objets techniques (O. Gosselain, Sandra Revolon, Ludovic Coupaye, Bruno Martinelli). La troisième a permis de discuter des limites catégorielles entre objets de nature ou de culture et des façons de les exposer dans les musées, lieux médians des ordres politique, scientifique, conservatoire et d’usages publics variés (avec Anne Christine Taylor, Musée du Quai Branly, Jean Polet, Paris-I, Els Cornelissen, Tervuren, Jean-François Lapeyre, Muséum de Toulouse, André Micoud, CRESAL et Joëlle Le Marec, ENS-LSH).

7Mes recherches sur l’évolution des comportements complexes des grands singes et des préhumains et celles sur l’anthropologie des techniques ont également été présentées dans le cadre d’enseignements universitaires (Aix-Marseille, 1) dans le DEA d’Anthropologie de la Santé (Alice Descleaux, Jean-Luc Bonniol) sur la notion de vécu dans les sociétés non humaines, 2) dans le DEA d’archéologie à propos de la notion de système technique et de ses limites en archéologie et en ethnologie (Maxence Bailly, Jean-Pierre Bracco), 3) dans les journées de DEA de préhistoire sur la notion d’emmanchement, à propos des outils composites et leur signification d’un point de vue évolutif, et lors de deux colloques : « Adam et l’astragale » à Paris (G. Bartholeyns, et al., org.) sur « Les natures de l’homme : animalité et humanité dans le temps long » où j’ai pu évoquer quelques moyens de sortir de l’ontologie dépassée « du propre de l’homme » et « Normes techniques et les pratiques sociales » (colloque d’Antibes) où j’ai abordé les relations envisageables entre complexité technique et normes sociales au cours de l’évolution et questionné les dérives technicistes de l’archéologie préhistorique de plus en plus déconnectée des phénomènes sociaux qu’elle est censée restituer. Mon travail sur les outils animaux et leur intérêt pour l’évolution humaine ont fait l’objet d’un documentaire produit pour la télévision (5e chaîne) présenté pour la première fois en 2005. La composante anthropologique de mes recherches sur les ruptures de catégories de nature et de culture et la place des objets dans les sociétés ouest africaines et européennes a été exposée au séminaire « Matérialisations » du département d’anthropologie de l’Université libre de Bruxelles (Pierre de Maret, Olivier Gosselain), lors du workshop « “You are what you make” : Things are both concretions of and material means for social and cultural processes » (L. Coupaye, org.) à Norwich en 2006, où j’ai traité des « capacités objectivantes » des techniques, et au colloque sur l’actualité du Design « Le Design en question (s) » au Centre Georges-Pompidou au sujet de la naturalisation des objets et de la notion d’esthétique fonctionnelle appliquée aux sociétés prémodernes et modernes. L’enjeu commun à ces différentes interventions était de relativiser la surcharge sémiotique portée aux objets en réintroduisant les facteurs de production, d’usage et de politique.

8L’ensemble de mes travaux d’éthologie des primates et d’anthropologie de la nature ont été distingués par le prix d’éthologle et d’anthropologie culturelle de la Fondation Jean-Marie Delwart à l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des beaux-arts de Belgique lors d’une séance extraordinaire en décembre 2005.

Publications

  • Avec S. de Cheveigné et J. Le Marec, « Évaluer les pratiques interdisciplinaires », forum : dossier Interdisciplinarité, Nature, sciences et sociétés, 13, 2005, p. 284-290.
  • « The question of body techniques and elementary actions on matter among apes and early hominids », dans Proceedings of international round table « From tools to symbols. From Hominids to Modem Humans/Des outils aux symboles. Des hominidés aux Hommes Modernes », L. Backwell et F. d’Errico (éds), Johannesburg, Witswatersrand University Press, 2005, p. 52-81.
  • « Animaux chasseurs, animaux chassés : sortir d’une approche en terme de seuil. Rencontre scientifique avec J.-M. Geneste, J. Clottes et N. Govoroff », dans Le livre des rencontres des Eyzies de Tayac Sireuil, 2004 : L’Homme et l’animal, Pole International de la Préhistoire, 2005, p. 36-45.
  • L’Outil animal (entretien et conseil scientifique), film de 61 min, réal. G. Poyet, Saint-Thomas Production, Ve diffusion TV francophone sur la 5e, 14 avril 2005.
Top of page

References

Bibliographical reference

Frédéric Joulian, « Anthropologie évolutionnaire », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 390-394.

Electronic reference

Frédéric Joulian, « Anthropologie évolutionnaire », Annuaire de l’EHESS [Online],  | 2007, Online since 15 April 2015, connection on 21 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18217

Top of page

About the author

Frédéric Joulian

By this author

Top of page

Copyright

EHESS

Top of page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals