Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociohistoire des catégories du travail

Bénédicte Zimmermann
p. 433-434

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Bénédicte Zimmermann, maîtresse de conférences

Sociologie de la flexibilité

1C’est sous l’angle du développement professionnel des salariés que nous avons abordé cette année la thématique de la flexibilité.

2Un premier ensemble de séances a été consacré à une mise en perspective conceptuelle et problématique de ce champ d’étude, à partir de la distinction opérée entre deux familles d’approches : une première qui pense le développement professionnel en termes de compétences, une seconde qui le pense en termes de capacités ou plus exactement de « capabilités » au sens d’A. Sen. Cette dernière approche ne se contente pas de mesurer le développement professionnel à l’aune des compétences acquises, mais accorde une place centrale aux opportunités de développement et à la latitude de choix des salariés. En d’autres termes, elle ne fait pas seulement du développement professionnel une question d’aptitudes personnelles, mais aussi d’opportunités sociales. Une fois identifiés les enjeux d’une telle approche, plusieurs séances ont été consacrées à la question de son opérationnalisation sociologique. Comment enquêter sur les capacités des personnes au travail, à partir de quel cadre théorique et de quel dispositif méthodologique ? Les apports de la philosophie pragmatiste de J. Dewey ont ici pu être mobilisés avec profit pour poser les fondements d’une sociologie des capacités.

3Un deuxième ensemble de séances a été consacré à la mise en œuvre empirique d’une telle approche à partir d’une enquête réalisée entre 2003 et 2005 auprès de onze entreprises de la chimie, de la métallurgie et des services municipaux de propreté urbaine des Pays de la Loire et de la zone portuaire du Havre. Centrée, d’une part sur les politiques de gestion du personnel des entreprises, d’autre part sur les parcours des salariés, l’enquête visait à analyser la manière dont s’articulent opportunités sociales, supports collectifs et latitude d’action individuelle dans le développement professionnel des salariés en entreprise. L’étude de moments charnières au cours desquels les capacités sont mises à l’épreuve et rendues visibles (recrutement, formation, mobilité professionnelle) et des critères d’évaluation utilisés dans ces différents moments, nous a conduit à dégager différentes configurations organisationnelles en fonction des opportunités et des soutiens collectifs qu’elles offrent aux personnes. Plusieurs séances ont été consacrées à l’étude de ces configurations que l’on peut classer en deux grands groupes : d’une part, des entreprises qui offrent peu d’opportunités de développement professionnel (parmi lesquelles certaines offrent cependant une sécurité relative de l’emploi), d’autre part, des entreprises qui présentent des opportunités de développement, mais dont certaines seulement font de l’évolution professionnelle une responsabilité collective. Enfin, les dernières séances ont été consacrées à la façon dont ces configurations organisationnelles interagissent avec les trajectoires individuelles. Dédiées à l’étude de parcours individuels à partir de l’analyse d’entretiens, ces séances avaient aussi une vocation méthodologique en confrontant différentes méthodes d’analyse.

Publications

  • Arbeitslosigkeit in Deutschland. Zur Entstehung einer sozialen Kategorie, Francfort-sur-le-Main, Campus (Théorie und Gesellschaft), 2006, 317 p.
  • « Les groupements d’employeurs : la sécurité dans la flexibilité ? », Sociologie du travail, 48(1), 2006, p. 1-16.
  • Avec M. Werner, « Beyond comparison : Histoire croisée and the challenge of reflexivity », History and theory, 45 (1), 2006, p. 30-50.
  • Avec J. Rowell, « The whitering away of “civil society” and the organisation of social life : The case of Germany from the Wilhelmian era to the GDR », dans The Languages of civil society, P. Wagner (éd.), Oxford, Berghahn, 2006, p. 100-128.
  • « Employabilité et logique de compétences », dans Développer les capacités des hommes et des territoires en Europe, R. Salais et R. Villeneuve (éds), Paris, Éd. de l’Anact, 2006, p. 74-93.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Zimmermann, « Sociohistoire des catégories du travail », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 433-434.

Référence électronique

Bénédicte Zimmermann, « Sociohistoire des catégories du travail », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18256

Haut de page

Auteur

Bénédicte Zimmermann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals