Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne

François Azouvi
p. 444-445

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

François Azouvi, directeur d’études

Le cas Bergson

1L’histoire de la réception de la philosophie bergsonienne en France a été poursuivie, pour la période 1907-1914, soit entre la parution de L’Évolution créatrice et le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

2Pour cerner ce phénomène de grande ampleur, on a procédé par cercles concentriques :

  • Le milieu universitaire, à la fois philosophique et scientifique. Comme pour les précédents livres de Bergson, l’accueil dans ces milieux a été peu chaleureux. Ni les philosophes ni les scientifiques n’ont goûté l’épopée lyrique de ce livre.
  • Les milieux catholiques, en revanche, y ont été extrêmement sensibles. On observe ici deux types de réactions très contrastées : celle de beaucoup d’hommes et de femmes qui voient dans ce livre un appel à la spiritualité (Claudel, Suarès, Lotte, par exemple) ; celle des thomistes qui, alliés à l’Action française à cette date, lancent contre Bergson une guerre sans merci. Maritain d’un côté, Lasserre et Léon Daudet de l’autre. Cette opération aboutit à la mise à l’Index de 1914.
  • Le modernisme. En partie suscitée par Édouard Le Roy, la collusion entre modernisme, pragmatisme et bergsonisme est l’une des reconfigurations produites par la parution de L’Évolution créatrice. Le bergsonisme se trouve ainsi pris dans la grande crise du catholicisme.
  • Les nationalismes. Rejetée par l’Action française, la philosophie de Bergson n’est pas pour autant combattue par tous les nationalistes. Le cas de Barrès est exemplaire. On a suivi sur quelques exemples la valeur discriminante du bergsonisme dans ces milieux : ceux de Gilbert Maire, de René Gillouin, d’Henri Clouard et de la Revue critique des idées et des livres. La philosophie de Bergson est-elle romantique ou classique ? Bergson fait-il partie de la tradition française ou non ? Telles sont quelques-unes des questions qui agitent les hommes de ces cercles et que nous avons rappelées.
  • Les milieux de gauche. Peu apprécié des socialistes, Bergson a effectué une percée significative dans la gauche syndicaliste et libertaire. On a suivi le sort fait à cette philosophie chez quelques personnages significatifs de la gauche parlementaire (Durkheim par exemple) et dans les milieux anarchisants. Un sort particulier a été fait à l’appropriation du bergsonisme dans la revue L’Action d’Art, au moment du procès Bonnot.
  • Les avant-gardes esthétiques. Menée d’abord par les futuristes, l’annexion de Bergson aux avant-gardes est l’un des phénomènes les plus intéressants de cette histoire. Dans le sillage de Marinetti et consorts, certains cubistes ont tenté d’annexer Bergson à leurs vues. Les critiques leur ont emboîté le pas : Élie Faure, Roger Allard, André Salmon, par exemple.

3Le séminaire s’est achevé sur l’élection de Bergson à l’Académie française et sur les derniers textes de Péguy.

Publications

  • « Anatomie d’un succès philosophique. Les effets de L’Évolution créatrice ». Le Débat, mai-août 2006, p. 153-171.
  • Introduction et notes à Charles de Villers, Le Magnétiseur amoureux, Vrin, nouv. éd., 2006, 272 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Azouvi, « Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 444-445.

Référence électronique

François Azouvi, « Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18268

Haut de page

Auteur

François Azouvi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals