Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Épistémologie historique

Gérard Jorland
p. 449-450

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Gérard Jorland, directeur d’études

Chair et intentionnalité

1Poursuivant notre étude de la constitution transcendantale, commencée avec nos recherches sur l’empathie, nous avons montré comment elle avait été obscurcie par Husserl dans les Ideen I et II et Heidegger dans Die Frage nach dem Ding qui l’ont posée en termes de sens. Si la constitution est l’Inverse de la réduction qui ouvre l’accès au transcendantal, en la concevant comme donation de sens, Husserl fut conduit à faire de l’essence le sens des choses et à confondre l’éidétique et le transcendantal. De même que Heidegger réduit tout le problème de la constitution transcendantale chez Kant à des modalités d’énonciation. La phénoménologie dévie alors vers une métaphysique du langage. Nous avons repris la question de la constitution chez Kant en termes de principes qui orientent notre regard sur les choses.

2Nous avons entrepris d’élaborer la distinction husserlienne entre Leib et Körper, chair et corps. Nous avons montré sur l’exemple de la Phénoménologie de la perception de Merleau-Ponty, comment la phénoménologie française avait donné une interprétation sensualiste de la chair, pour aller à la rencontre de la psychanalyse, au lieu que pour Husserl il s’agit bien, à la lettre, du muscle, c’est-à-dire du mouvement. Notre cerveau nous permet de penser le monde en le constituant par les mouvements qu’il imprime à notre corps.

3Nous avons étudié la théorie de l’affordance de Gibson. Pour lui, la lumière ambiante est structurée, et le but du système binoculaire est d’enregistrer les invariants de cette structure au moyen de ses transformations. Ces invariants sont les « affordances » du milieu. Un point mobile d’observation est central pour la perception visuelle : pour lui, la perspective change mais l’agencement (layout) reste invariant. Le fait que quelque chose reste invariant explique que tous les observateurs perçoivent le même environnement. Gibson distingue trois types de mouvement : tourner la tête par rapport au corps, mouvoir les membres par rapport au corps, et la locomotion par rapport à l’environnement. À chacun de ces types de mouvement correspond un type d’information optique : la vision, la manipulation, et le flux. En ce qui concerne la vision, il décrit d’autres mouvements, plus exactement des ajustements qui aident au recueil d’affordances : clignement, contraction et dilatation de la pupille, accommodation, etc.. C’est par ces mouvements que la vision de la profondeur peut apparaître comme une constitution transcendantale du monde qui se profile devant nous.

4Zeki a montré, dans A vision of the Brain, comment notre cortex visuel attribuait leurs couleurs aux objets, loin de se contenter, comme le soutenait la théorie orthodoxe, de les enregistrer. Il y a un paradoxe de la vision de la couleur : lorsque nous voyons des objets sous différentes illuminations, les longueurs d’onde composant la lumière réfléchie par eux change. Une banane et une orange vues en plein soleil ou dans l’obscurité, sous une ampoule électrique ou dans une lumière fluorescente, sont toujours vues jaune et orange. La couleur semble être une qualité première et non une qualité seconde des objets. Cette propriété est appelée « constance de la couleur ». La couleur est une construction par laquelle le cerveau investit certains attributs physiques des surfaces et encapsule leur connaissance. Le système nerveux assigne la couleur rouge à un objet dont il sait avoir une grande reflectance pour la lumière de grande longue d’onde et une faible reflectance pour les lumières d’autres longueurs d’onde. Le cortex cérébral n’est pas un analyseur mais un catégoriseur qui extrait les invariants d’une scène par comparaison et non par analyse.

5Ces exemples montrent comment le problème de la constitution transcendantale peut se poser en termes plus profonds que des catégories de langue, partant non relatifs à la seule espèce humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Jorland, « Épistémologie historique », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 449-450.

Référence électronique

Gérard Jorland, « Épistémologie historique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18275

Haut de page

Auteur

Gérard Jorland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals