Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Esthétique et morphologie

Danièle Cohn
p. 452

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Danièle Cohn, professeur agrégée

Réalité et forme : sur quoi ouvrent les fenêtres ?

1Le séminaire a poursuivi son étude philosophique et artistique de la réalité. Nous sommes partie de l’analyse du désengagement ontologique opéré par le linguistic turn (Frege, Russell) et de la critique que fait Kripke de la théorie des descriptions définies. C’est à la lumière de la notion de référence et de celle de nom propre que nous avons retravaillé quelques exemples de portraits et surtout d’autoportraits (Rembrandt) et quelques Ecce Homo (le livre de Nietzsche, le passage de l’Évangile de Jean et les tableaux d’Antonello da Messina). La notion d’haecceité, dans son emploi classique et son réemploi par la philosophie analytique nous a aidée à cerner ce qu’il en était de l’individuel et du singulier, de leur lien avec les deictiques. Nous avons montré comment la série des autoportraits de Rembrandt et la scène de l’Ecce Homo présentaient plastiquement ces questions et nous nous sommes interrogée sur les voies employées par la peinture pour poser le réel et l’identité dans un tableau. Si les œuvres d’art ne décalquent pas le réel, (question de l’imitation), elles le posent, et le construisent, (question de l’autonomie). Elles s’engagent par rapport à la réalité, qu’elles contribuent à mettre en forme et nous intéressent par cet engagement même. Nous avons donc rappelé la nature et la fonction de la notion d’imitation dans l’histoire des arts et la littérature artistique. Nous avons explicité comment le motif d’une fin de l’art est issu de la postulation d’un principe d’autonomie et pourquoi la courte existence de ce motif et de ce principe est parvenue à son terme. Les travaux les plus récents de John Massey (Soldiers), d’un côté, les Fenêtres de Pierre Buraglio et le Singspiel de Charlotte Salomon (Leben ? Oder Theater ?) de l’autre ont permis d’illustrer ces points et d’articuler les liens du réel à la fiction, de l’image à la forme. La lecture du début du livre IV du De Rerum Natura de Lucrèce et celle de La réalité et son ombre d’Emmanuel Levinas ont nourri les analyses de ces œuvres.

2Les doctorants et post-doctorants de ce séminaire ont animé une lecture de quelques textes fondamentaux de l’histoire de l’art et de l’esthétique et organisé une présentation de leurs recherches dont ont pu bénéficier les étudiants de master. Ces derniers ont suivi l’enseignement Esthétique : histoire et théories que nous avons donné avec Jacques-Olivier Bégot dans le cadre d’une collaboration avec l’ENS-Ulm.

Publications

  • « Imitation » et « Fins de l’art », dans Dictionnaire des idées, Encylopædia Universalis, Paris, 2005, p. 307-310 et p. 410-413.
  • « Narziss und die Ehrlichkeit », dans Das Bild ist der König, V. Beyer, J. Voorhoeve, A. Haverkamp (éds), Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2006, p. 171-191.
  • « Nous n’irons plus au bois... », dans This Land, John Massey (éd.), Collection de l’Esplanade, Centre Culturel Canadien, Paris, 2006, p. 31-51.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Cohn, « Esthétique et morphologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 452.

Référence électronique

Danièle Cohn, « Esthétique et morphologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18278

Haut de page

Auteur

Danièle Cohn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals