Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Imaginaire et différence sexuelle

Sylviane Agacinski
p. 453-454

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sylviane Agacinski, professeur agrégée

1Nous avons, cette année, interrogé la différence sexuelle dans la philosophie contemporaine, en privilégiant la lecture de Heidegger et celle d’Emmanuel Lévinas. Nous avons d’abord rappelé en quel sens Heidegger peut dire du Dasein qu’il est « sans sexe » (Geschlechtlos) et Insisté sur l’absence de sexuation de l’existence sur le mode du « On ». Nous nous sommes demandé par exemple si le mode d’être inauthentique, qui précède l’accès à un véritable soi et dans lequel tous sont interchangeables, est réellement neutre sexuellement. Nous avons d’autre part interrogé les formes du Souci d’autrui, décrites dans Sein und Zeit comme, d’une part, une forme inauthentique – celle de l’assistance et du soin – et une forme authentique, qui consiste à restituer à l’autre sa responsabilité ontologique, puisqu’il m’est impossible de me substituer à l’autre pour vivre ou pour mourir. Cette perspective nous semble occulter la considération des modes d’être défaillants de l’existence que sont l’enfance, la vieillesse ou la maladie. Nous avons contesté le fait que le souci de l’autre puisse se comprendre en faisant abstraction de l’âge, introduit l’idée de dissymétrie ontologique entre les générations et suggéré une relation entre l’exclusion de la sexualité et de la génération dans la pensée du Dasein, qui peut aussi s’interpréter comme exclusion de la question de l’être comme vivant (le vivant étant renvoyé du côté de la biologie).

2Nous avons par ailleurs vérifié combien, à l’opposé de Heidegger, l’altérité sexuelle était présente dans la pensée de Lévinas, en particulier à l’époque de Totalité et infini.

3Certes, Lévinas reconduit une ontologie androcentrée qu’il critique en même temps : le sujet égocentré de l’ontologie est toujours qualifié de viril tandis que, en face de lui, surgit le féminin comme figure privilégiée de l’altérité. Et lorsque le féminin perd chez lui ce privilège, tandis que l’autre, autrui, est celui devant qui s’incline le sujet éthique, la sévérité et la rigueur du sujet éthique, à l’opposé de toute sentimentalité, se dresse comme une nouvelle figure virile (Élie, le plus dur des prophètes, incarne « l’esprit dans son essence virile »).

4Mais nous avons aussi souligné l’originalité d’une pensée qui, c’est rare en philosophie, affronte la question de l’altérité sexuelle à travers celle de la relation érotique et de la fécondité dans leur dimension ontologique : loin de me poser dans une identité stable, l’autre sexe me renvoie à mon insuffisance. La relation érotique ne s’interprète pas dans les termes d’un rapport entre deux sujets rivaux ou comme objectivation de l’autre, comme chez Sartre. Le sujet se transporte ou se dissipe dans le désir comme mode d’être vers l’autre, sans retour à soi, et la fécondité du moi, c’est sa transcendance même.

5Ces lectures nous ont conduite à interroger le caractère impersonnel ou dépersonnalisant de la sexualité, révélé pas l’érotisme et par la fécondité, et troublant pour la conscience subjective.

6Pour finir, nous avons relu la partie du Deuxième sexe consacrée aux mythes, pour y vérifier combien l’angoisse du féminin, manifeste dans l’imaginaire masculin, était interprétée par Simone de Beauvoir comme rejet, par l’homme, de sa propre condition charnelle.

7Par ailleurs, dans le cadre du séminaire commun « Théorie des images », nous avons travaillé sur le dessin chez Baudelaire.

8Au cours de cette année universitaire, l’enseignante a donné des conférences aux États-Unis (Universités de Tulane, Princeton, Columbia, New York, Brown), en France, à l’Université d’Aix-en-Provence et au Centre parisien d’études critiques. Elle a participé aux colloques sur Emmanuel Lévinas organisés, en janvier, par la revue Passages, et en mars par le Collège international de philosophie.

Publications

  • « Conversions de Sartre », La Revue littéraire, 17-18, septembre 2005, p. 126-157.
  • « Découpages du Tractatus », Revue Psychanalyse, 5, Érès, 2005, p. 73-103
  • « L’autre sexe », Passages, printemps 2006, p. 65-68.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylviane Agacinski, « Imaginaire et différence sexuelle », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 453-454.

Référence électronique

Sylviane Agacinski, « Imaginaire et différence sexuelle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18279

Haut de page

Auteur

Sylviane Agacinski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals