Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Histoire et critique des traductions

Fabienne Durand-Bogaert
p. 458

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Fabienne Durand-Bogaert, professeur agrégée

1Le séminaire s’est ouvert sur une question à laquelle le travail des années précédentes invitait : celle de la nature du rapport, dans le champ de la traduction, entre théorie et pratique. L’histoire de la traduction, en Occident, du moins, est jalonnée de traités stylistiques, rhétoriques, linguistiques édictant les règles plus ou moins rigides – et changeantes, selon les époques – du bien traduire. De tout temps, les théories de la traduction ont tenté de réglementer la part de l’affect qui régit tout travail de traduction dans la pratique. D’où une surenchère : plus la part de l’affect est forte, plus la théorie exerce son pouvoir normatif, s’appliquant à canaliser, limiter, voire enrayer ce qui relève de ce qu’Antoine Berman nommait la « pulsion du traduire. Dans l’opération, c’est la subjectivité du traducteur qui disparaît. Or, comme l’a montré Benjamin citant Panwitz, le véritable traducteur est celui qui accepte de se laisser mouvoir et émouvoir par la puissante action de la langue étrangère [« durch die fremde Sprache gewaltig bewegen zu lassen »].

2La première partie de l’année a été consacrée à préciser la notion d’« affect » (à partir de textes théoriques de Gilles Deleuze, d’Antoine Berman, ou d’écrits biographiques tels que Le poing dans la bouche, de Georges-Arthur Goldschmidt). Dans un second temps, une comparaison de deux traductions du roman de Virginia Woolf, The Waves (celle de M. Yourcenar, en 1947 et celle, plus récente, de Cécile Wajsbrot) a permis de montrer de quelles marques relevant de l’affect le texte lui-même de la traduction pouvait être porteur.

Publications

  • « Jean Le Gac, l’homme vigile », dans Et in fabula pictor : peintres-écrivains au XXe siècle : des fables en marge des tableaux, sous la dir. de F. Godeau, Paris, Kimé, 2006, p. 257-265.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Durand-Bogaert, « Histoire et critique des traductions », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 458.

Référence électronique

Fabienne Durand-Bogaert, « Histoire et critique des traductions », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18285

Haut de page

Auteur

Fabienne Durand-Bogaert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals