Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Musique et politique au XXe siècle

Esteban Buch et Laurent Feneyrou
p. 463-464

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Esteban Buch, maître de conférences avec Laurent Feneyrou, CNRS

1Cette année le séminaire a été consacré principalement à l’étude des rapports entre musique, politique et technologie, en prenant comme objet la notion de « recherche musicale » et l’histoire de l’Ircam. Après une brève analyse de l’articulation entre musique et science au sein de la bibliographie, le regard s’est porté sur le vingtième siècle, en étudiant le parcours du concept de recherche dans le domaine musical, par exemple l’idée schoenbergienne de la composition comme résolution de problèmes. Aussi, l’idée d’une institution consacrée à la collaboration entre scientifiques et musiciens a été suivie depuis ses premières formulations (Varèse), jusqu’à l’inauguration de l’Ircam en 1977. Les textes sur la recherche musicale (notamment de Pierre Boulez) ont fait l’objet d’un examen détaillé, tout comme certaines œuvres musicales créées au sein de cette institution qui ont thématisé les rapports entre musique et technologie (Globokar, Manoury, Aperghis, Matalón). La discussion s’est enrichie d’une conférence de Keith Chapin (Fordham University) sur le concept de technique musicale, et de plusieurs exposés d’étudiants. D’un point de vue général, la démarche s’est orientée vers l’exploration du dialogue entre la musicologie et l’histoire des sciences et des techniques.

2Cette thématique a alterné avec des séances mensuelles sur la musique et le réalisme socialiste, animées par Laurent Feneyrou. À travers l’étude des textes théoriques du réalisme russe jusqu’à Lounatcharski, de la critique léniniste et maoïste de l’art, et du réalisme socialiste de Jdanov, appliqués à la littérature, à la philosophie et à la musique, mais aussi de la charge d’Adorno contre le Manifeste de Prague, ont été abordées les conceptions et les pratiques en URSS, en RDA et en Chine, à travers notamment l’étude de cas emblématiques : Chostakovitch, dans sa confrontation avec Assafiev et Khrennikov, les censures exercées contre Paul Dessau (La Condamnation de Lucullus) et Hanns Eisler (Johann Faustus), l’émergence d’une (post)modernité musicale à l’issue de la Révolution culturelle chinoise.

Publications

  • « Figures politiques de la technique sérielle », dans Résistances et utopies sonores, L. Feneyrou (éd.), Paris, CDMC, 2005, p. 213-226.
  • « Skandalkonzerte. Arnold Schönberg ou le scandale de la forme pure », Politix, 18, 71, 2005, p. 107-120.
  • « Adorno’s “Schubert” : From the Critique of the Garden Gnome to the Defense of Atonalism », 19th Century Music, xxix/1, été 2005, p. 25-30.
  • « Vincent d’Indy et la Première Guerre mondiale : Sinfonia Brevis de bello gallico », dans Vincent d’Indy et son temps, M. Schwartz (éd.), Sprimont/Mardaga, 2006, p. 21-35.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esteban Buch et Laurent Feneyrou, « Musique et politique au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 463-464.

Référence électronique

Esteban Buch et Laurent Feneyrou, « Musique et politique au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18289

Haut de page

Auteurs

Esteban Buch

Articles du même auteur

Laurent Feneyrou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals