Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Psychologie et sciences cognitives

L’approche psychosociale de la connaissance ordinaire

Élisabeth Lage
p. 489-490

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Élisabeth Lage, maîtresse de conférences

Changement social et processus d’influence

1Cet enseignement fait partie du master 2 Recherche « Individu, social, environnement » de l’Université Paris-V. Après l’exposé, par Bernard Personnaz, de différents modèles théoriques d’Influence, étudiés par la psychologie sociale expérimentale, Élisabeth Lage a examiné ces modèles à la lumière de l’Affaire Dreyfus. Cet événement historique illustre de manière exceptionnelle les processus d’influence, à travers une dynamique qui se déroule sur douze années (1894-1906), et permet d’affiner les connaissances issues de la recherche expérimentale.

2Le fonctionnement du service de statistique (service de renseignement qui se trouve à l’origine de l’Affaire Dreyfus) pourrait servir de prototype du « group-think », étudié dans les années 1970 par le psychologue américain Janis. Ce mode de fonctionnement produit une distorsion du jugement, lorsque le groupe privilégie les satisfactions internes au détriment des conséquences extérieures des décisions prises. Le processus s’appuie sur une forte cohésion qui provient de l’esprit de corps et se caractérise par l’exclusion de toute réflexion critique. Le groupe écarte tous les contre-arguments et éjecte catégoriquement leurs auteurs. Ce conformisme extrême, arc-bouté sur la défense des privilèges acquis par un milieu qui partage la conscience de sa supériorité, peut engendrer des niches d’un fonctionnement tyrannique dans une société démocratique. L’Affaire Dreyfus permet d’en suivre les ressorts.

3Face au pouvoir militaire, appuyé jusqu’en 1899 par le pouvoir politique, un mouvement social émergeant parvient à modifier le cours des événements à l’issue de cinq années de lutte pour la révision du procès de Dreyfus (procès de Rennes, août-septembre 1899), même si les solutions politiques retenues (la grâce présidentielle accordée à Dreyfus, puis l’amnistie couvrant tous les faits relatifs à l’Affaire) ne correspondent pas aux objectifs poursuivis. Le mouvement dreyfusard illustre une mobilisation minoritaire loin des schémas expérimentaux recourant aux compères de l’expérimentateur au sein d’un petit groupe convoqué pour l’expérience. Les événements montrent un collectif d’individus provenant d’horizons divers, et se distinguant par l’autonomie du jugement et un engagement dans la défense des valeurs républicaines qui ne recule pas devant le sacrifice personnel et l’affrontement de la haine. Les aléas de l’action et des affrontements politiques et sociaux avec le camp adverse dévoilent la complexité stratégique et relationnelle d’un tel collectif, réuni autour d’un objectif imprévu par rapport aux conflits sociaux institutionnalisés.

4L’intervention des intellectuels marque les limites de La psychologie des foules, décrite par Gustave Le Bon (1895), alors que les débats à la Chambre des Députés, la campagne de la presse anti-dreyfusarde et les manifestations de rue illustrent cette psychologie des foules à travers la propagande et la mobilisation affective des masses en vue de l’action, qui en dernier ressort vise le régime républicain lui-même.

5La réflexion conduit à envisager les phénomènes d’obéissance et de désobéissance (cf. l’exemple du colonel Picquart) et rejoint l’interrogation menée par Michel Terestchenko dans son ouvrage Un si fragile vernis de l’humanité. Banalité du mal, banalité du bien (2005).

6Cette analyse a été discutée à l’Université d’Helsinki et a été présentée à la VIIIe conférence sur les Représentations sociales, axée sur « Les Médias et la société » qui s’est tenue à Rome du 28 août au 1er septembre 2006.

7Poursuivant dans l’expression collective des émotions, le professeur Dario Paez, de l’Université de San Sebastian, a présenté les travaux empiriques effectués par une équipe internationale sur les effets émotionnels à moyen terme, liés à la célébration collective des attentats du 11 mars 2002 perpétrés à Madrid. Les chercheurs ont comparé les répercussions de la remémoration individuelle, collectée par écrit, avec les effets de la participation aux commémorations publiques, concernant la perception du terrorisme et la persistance ou l’atténuation des affects négatifs, liés à ce drame.

8Dans le domaine de la diffusion sociale de la science, Clélia Nascimento-Schulze, de l’Université de Santa Catarina au Brésil, invitée par notre laboratoire et le CETSAH, a analysé dans une perspective historique les formes revêtues par la pensée scientifique, formes qui peuvent être utilement éclairées par la théorie des représentations sociales. Elle a également exposé les travaux empiriques portant sur la muséologie scientifique et sur la culture scientifique des lycéens. Les projets en cours sont consacrés à la réaction de la population de Santa Catarina à l’introduction des OGM dans l’agriculture. Cette problématique encore peu saillante au Brésil apparaît comme davantage reliée à la lutte contre la faim qu’à une menace pour l’environnement. L’accueil d’une doctorante préparant une thèse sur ce thème a consolidé notre collaboration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Lage, « L’approche psychosociale de la connaissance ordinaire », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 489-490.

Référence électronique

Élisabeth Lage, « L’approche psychosociale de la connaissance ordinaire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18324

Haut de page

Auteur

Élisabeth Lage

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals