Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Problèmes généraux

Traiter statistiquement des individus en histoire

Claire Lemercier
p. 519-520

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claire Lemercier, chargée de recherche au CNRS

1Ce séminaire, qui s’adressait à la fois à des étudiants en master et à des chercheurs plus avancés, avait pour double vocation :

  • de proposer un large tour d’horizon des méthodes quantitatives actuellement disponibles pour traiter des données historiques de type « nominatif » ou « pro-sopographique », en fonction des effectifs concernés, du type de données (longitudinales, en réseau...) et du type de questions posées.
  • d’aborder les débats de fond liés à ces questions de méthode : représentativité des cas individuels, opérationnalité des catégories « indigènes » ou produites par le chercheur, statut de la causalité en histoire...

2Le séminaire s’articulait en deux grandes séquences. La première portait sur le passage de la source à la base de données, et se centrait en particulier sur les questions de codage et de catégorisation, sans négliger d’autres aspects (échantillonnage, construction de liens entre sources...). Elle s’appuyait d’une part sur la lecture et la discussion collective d’articles (de Paul-André Rosental, Claire Dolan et Laure Pitti) centrés sur ces questions, d’autre part sur un travail pratique en salle d’informatique (structuration de l’information contenue dans une source simple – liste de membres d’une association –, tests de chi-deux...).

3La seconde séquence portait sur les opérations statistiques proprement dites. Ont été présentées les méthodes d’analyse factorielle, d’analyse de séquences (optimal matching analysis), d’analyse de réseaux, de régression logistique et d’event history analysis. À chaque fois ont été proposés un bref historique de la méthode, une présentation de ses contextes d’emploi les plus fréquents actuellement (pays, disciplines, types de données), une formation à la lecture des résultats (l’objectif prioritaire étant de permettre aux participants de lire sans crainte tout article utilisant des méthodes statistiques) et une indication du type de données et de questionnements pour lesquels la méthode est particulièrement adaptée ou inadaptée. On a particulièrement cherché à distinguer les méthodes exploratoires visant à rechercher de grands types d’individus des méthodes cherchant plutôt à dégager des causalités, tout en soulignant la complémentarité de ces deux approches. Pendant cette séquence, ont été discutés des textes particulièrement représentatifs de l’application de chaque méthode à des données historiques, dus à Gisèle Sapiro, Mary Blair-Loy, Pierre-Paul Zalio, Anne-Sophie Bruno et Martin Dribe. Cette discussion a aussi été l’occasion d’aborder des questions plus générales relatives à la rédaction d’articles scientifiques, en particulier quantitatifs (présentation des sources, de la méthode, des résultats).

4Lors de chaque séance, une bibliographie commentée a été distribuée. Ces documents sont disponibles en ligne (http://lemercier.ouvaton.org/​sommaire.php?id=118).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Lemercier, « Traiter statistiquement des individus en histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 519-520.

Référence électronique

Claire Lemercier, « Traiter statistiquement des individus en histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18374

Haut de page

Auteur

Claire Lemercier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals