Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire des sciences et des techniques

Repenser l’affaire Galilée du procès des philosophes de la Renaissance à la fabrication du mythe (XVIe-XXe siècle)

Francesco Beretta
p. 521-522

Texte intégral

Francesco Beretta, chargé de recherche au CNRS

1Les quinze dernières années ont été marquées par un important renouveau tant des études consacrées au procès de Galilée, et à son contexte culturel et scientifique, qu’à l’histoire du Tribunal romain de l’Inquisition. Le séminaire, qui s’est déroulé sur deux années, a permis de rendre compte de ce renouveau historiographique et de poser les jalons d’une véritable historicisation de l’affaire Galilée. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, elle reste encore largement à produire, en raison de l’influence qu’exerce toujours le mythe du « savant persécuté par l’Église », produit au XIXe siècle lors de la laïcisation des sociétés européennes.

2Le séminaire a été consacré à l’étude du procès, tout en le resituant dans le contexte d’un affrontement de longue durée entre théologiens et savants séculiers, en Italie, qui rivalisent pour le contrôle des représentations des élites sociales. À partir du milieu du XVIe siècle, les religieux-théologiens, soutenus par les élites politiques traditionnelles, arrivent à mettre en place un système de discipline morale et intellectuelle dont un élément important est l’Inquisition romaine. L’enjeu est donc celui de la production et de la régulation du savoir par des élites intellectuelles concurrentes. L’analyse des procès de Cesare Cremonini, chef de file des professeurs aristotéliciens des Universités, et de Giordano Bruno, prônant une philosophie naturelle radicalement antichrétienne, a permis d’Illustrer cette problématique.

3Nous avons ensuite abordé la question de l’héliocentrisme, de la révolution épistémologique que représente l’affirmation de la réalité de ce système du monde et des réactions des théologiens au XVIe siècle, tant du côté catholique que protestant (intervention de Michel-Pierre Lerner, Observatoire de Paris/CNRS). Suite aux découvertes astronomiques de Galilée, dès 1610, et à sa dénonciation à l’Inquisition, en 1615, Rome devient le théâtre d’un important débat sur l’héliocentrisme (intervention d’Isabelle Pantin, Université Paris-X), qui sera tranché par la mise à l’Index du De revolutionibus de Copernic en mars 1616. Le parti scolastique réaffirme ainsi publiquement son hégémonie intellectuelle, remise en cause par Galilée, philosophe du prince, qui s’en tire avec une simple admonestation.

4Après avoir étudié la réception du décret de 1616 (intervention de M.-P. Lerner), nous avons analysé l’opération qui a conduit à la publication du Dialogue sur les deux grands systèmes du monde de Galilée, en 1632, avec un double permis d’imprimer ecclésiastique, cautionné par le pape Urbain VIII Barberini. Vexé par le contenu de l’ouvrage lors de sa parution, le pape ouvrira et mènera personnellement à terme un procès dont le but, obtenu par l’abjuration de l’héliocentrisme infligée à Galilée, est l’humiliation du favori qui a trompé son patron. Une connaissance approfondie du fonctionnement du Saint-Office romain permet de reconstituer avec précision la logique du procès, en évitant les erreurs d’interprétation qui abondent encore dans l’historiographie. Dans cette atmosphère de cour baroque, Urbain VIII ira jusqu’à demander au peintre Pietro da Cortona de célébrer, dans une fresque du palais récemment acquis par la famille Barberini, sa victoire obtenue contre les philosophes rebelles.

5Nous avons ensuite étudié l’évolution de l’image de l’affaire Galilée du XVIIe siècle à l’époque contemporaine, selon deux axes d’analyse : celui de l’évolution de l’image du procès, de sa « mémoire », en rapport avec les transformations de l’espace Intellectuel européen ; celui des prises de positions des autorités ecclésiastiques catholiques par rapport à la condamnation. Ont été ainsi évoqués : la réception de la condamnation de Galilée en France (intervention de M.-P. Lerner) et en Italie au XVIIe siècle ; l’édition de ses Œuvres et la révocation partielle des décrets anticoperniciens au milieu du XVIIIe siècle ; la révision avortée de la condamnation de Galilée en 1820-1835 ; la fabrication du mythe du XVIIIe au XXe siècle, notamment dans l’historiographie, dans la peinture (intervention de François de Vergnette, Université Lyon-III) et dans la littérature (intervention de I. Pantin) ; le « révisionnisme » catholique de l’affaire Paschini au rapport Poupard et à la réhabilitation manquée de Galilée par Jean-Paul II (1992) ; les lacunes de l’historiographie du XXe siècle et les problèmes que soulève l’hypothèse d’une hérésie eucharistique de Galilée, pour cause d’atomisme, avancée par Pietro Redondi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Beretta, « Repenser l’affaire Galilée du procès des philosophes de la Renaissance à la fabrication du mythe (XVIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 521-522.

Référence électronique

Francesco Beretta, « Repenser l’affaire Galilée du procès des philosophes de la Renaissance à la fabrication du mythe (XVIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18378

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals